Les taux des livrets réglementés ont augmenté depuis le 1er août, pour attendre 2% pour le Livret A. L'inflation, elle, dépasse les 6%. Alors qu'en est-il des fonds en euros de l'assurance vie ? Les rendements vont-ils augmenter en 2022 ? Les assureurs devraient-ils piocher dans leurs réserves ? Réponse d'un expert.

Gildas Robert, Senior partner Actuarial & Financial Services chez Optimind
Gildas Robert
Senior partner Actuarial & Financial Services chez Optimind

C'est un trésor qui est là pour booster le rendement de votre assurance vie. La provision pour participation aux bénéfices (PPB) est une réserve d'argent alimentée par la partie de la performance des fonds en euros qui n'est pas distribuée immédiatement aux assurés. Elle permet notamment de lisser les rendements de ces fonds d'une année à l'autre, évitant aux épargnants de subir de plein fouet les baisses des taux des obligations d'État et d'entreprises, dont les fonds euros sont principalement constitués.

Alors que la rémunération moyenne des fonds euros a atteint 1,28% en 2021, le taux du Livret A vient de passer à 2%. De quoi « ringardiser » encore un peu plus la performance de l'assurance vie. Dans ce contexte, les assureurs ont-ils intérêt à piocher dans cette réserve afin d'augmenter les performances de leurs fonds en euros ? La réponse d'un expert, Gildas Robert, directeur conseil actuariat et finance du cabinet de conseil Optimind.

À quel taux peut-on s'attendre pour la rémunération des fonds en euros en 2022 ?

Gildas Robert : « La PPB moyenne des assureurs s'élève à 5,4% à la fin de l'année 2021, ce qui représente environ 63 milliards d'euros. En lien avec la baisse des taux obligatoires, particulièrement marquée depuis 2015, les rendements des fonds en euros sont en baisse. En parallèle, chaque année, les assureurs ont doté leur PPB de 30 à 50 points de base en moyenne (0,3 à 0,5%). Ce qui est certain c'est qu'ils ne vont pas la doter cette année, ils devraient, au contraire, piocher dedans. Le taux de rendement des actifs des assureurs évolue peu d'une année sur l'autre et la remontée des taux n'aura qu'un impact marginal. Connaissant le taux servi moyen de 1,28% l'année passée, et sachant qu'il a été pénalisé de 0,3% de dotation à la PPB, on peut partir d'une base de 1,58%. Même si le contexte invite à la prudence, on peut envisager une reprise de PPB équivalente aux dotations de ces dernières années, ce qui pourrait conduire à un taux servi moyen se situant entre 1,80% et 2%. »

Assurance vie : le rendement de votre fonds euros va-t-il enfin remonter avec la hausse des taux ?

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 500 € grâce à notre comparatif des assurances vie
Les assureurs ont donc intérêt à utiliser leur PPB dès 2022 pour suivre la hausse des taux du Livret A ?

G.R. : « Reprendre une partie de ces fonds pour augmenter les taux de rémunération des fonds euros permettrait aux compagnies d'assurance de se positionner d'un point de vue commercial. Elles veulent préserver l'image de l'assurance vie en tant que produit attractif. Donc oui, elles ont intérêt à puiser dans leurs réserves pour augmenter les rendements des fonds euros. Cet argent mis en réserve appartient aux assurés et les assureurs ont l'obligation de la reverser dans un délai de 8 ans maximum. L'utiliser maintenant leur permettrait de se rapprocher des taux des livrets réglementés et de concurrencer d'autres placements, comme l'immobilier. L'assurance vie peut plus facilement être comparée à des SCPI qui offrent de meilleurs rendements, mais exposent à un risque de perte sur le capital. Le fonds en euros présente un rendement modéré, mais il associe liquidité et garantie en capital à tout moment. Son vrai concurrent, c'est le Livret A. Ce dernier a toutefois une contrainte forte en raison de son plafond [22 950 euros de versements, NDLR]. »

Assurance vie : peut-on craindre un blocage des retraits ?

Ont-ils des raisons de limiter son utilisation ?

G.R. : « Oui, il existe des contraintes qui vont pousser les assureurs à ne pas trop puiser dans leur PPB. S'ils ont intérêt à en utiliser une partie dès 2022, ils doivent quand même garder des réserves pour les exercices futurs. Il y a aussi, malheureusement, un effet pervers de la réglementation qui a permis ces dernières années aux assureurs d'intégrer une partie de la provision pour participation aux bénéfices dans leurs fonds propres, et ainsi de majorer leur ratio de solvabilité. Reprendre de la PPB conduit mécaniquement à une baisse du ratio de solvabilité. »

Peut-on craindre un blocage des retraits ?

G.R. : « Depuis la loi Sapin 2, le Haut Conseil de Stabilité Financière, l'autorité macroprudentielle française chargée d'exercer la surveillance du système financier dans son ensemble, peut activer, dans des situations exceptionnelles, des mécanismes de protection comme le blocage des rachats. Cette loi a été mise en place notamment pour prévenir le risque de rachats et préserver la solvabilité des assureurs. Cependant, beaucoup de professionnels croient assez peu au scénario de rachat massif, au regard des autres barrières de protection, telles que la fiscalité. Si cette situation ne s'est jamais produite, on pourrait imaginer qu'elle survienne, par exemple, en cas d'écart majeur de rendement entre l'assurance vie et les autres supports d'investissement, ou bien de défiance des épargnants envers la solvabilité des assureurs. C'est un cas extrême qui, aujourd'hui, n'est pas d'actualité ».

Comparez les meilleures offres d'assurance vie