Les valeurs mobilières suscitent toujours l'intérêt des épargnants. Mais au lieu d'investir en direct, ils préfèrent utiliser les unités de compte disponibles dans leurs contrats d'assurance vie.

Actions, obligations, OPCVM, Sicav, FCP, ETF... Ces valeurs dites « mobilières » sont de moins en moins détenues dans le cadre d'un compte-titres ou d'un PEA. En revanche, elles le sont beaucoup plus dans le cadre d'une assurance vie, via les unités de compte (UC) qui offrent des rendements potentiellement plus intéressants mais plus risqués que les fonds euros. C'est ce que révèle une nouvelle étude (1) réalisée par l'Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Le nombre de personnes déclarant détenir une assurance vie en UC a augmenté, passant de 8% en 2009 à 13,4% en mars 2022, relate cette même étude. Dans le même temps, le nombre de particuliers qui possèdent des valeurs mobilières en direct, lui, ne fait que baisser passant de 18% 2009 à moins de 10% en 2022. Parmi ces valeurs mobilières, l'AMF s'attarde notamment sur les actions dont le taux de détention de placements (en direct ou via un fonds d'action), en dehors des UC de l'assurance vie, est passé de 15% en 2009 à 7,5% en mars 2022.

Livrets, assurance vie, PER... Ces Français qui multiplient les placements

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Un phénomène porté par la recrudescence des contrats d'assurance vie multisupports

Si les épargnants privilégient l'assurance vie pour investir dans les valeurs mobilières, c'est notamment car l'offre de contrats multi-supports, qui permettent à la fois d'investir sur des fonds euros à capital garanti et sur des unités de comptes, grossit. Les contrats multisupports représentaient, en 2015, 33,6% des offres contre 40,9% aujourd'hui, selon une étude de l'Insee. La tendance à l'investissement en unités de compte pour des valeurs mobilières est portée par la multiplication des offres mais pas seulement.

Assurance vie : acheter des actions, un bon plan ?

Investir sur des actions via son assurance vie est moins onéreux que dans le cadre d'un PEA ou d'un compte-titres et les intérêts perçus s'inscrivent dans le régime fiscal avantageux de l'assurance vie.

Assurance vie : le comparatif des offres à frais réduits

(1) basée sur l'étude SoFia réalisée en octobre 2021 auprès d'un échantillon constitué de 12 000 individus âgés de 15 ans et plus