Quel est le support préféré des Français pour s’assurer un complément de revenus à l’âge de la retraite ? L’assurance-vie, et de loin, selon un sondage Caisse d’Epargne-Le Parisien-Odoxa.

43% des non-retraités souhaiteraient mettre de l’argent de côté mais n’en ont pas les moyens. 36% des retraités auraient pour leur part souhaité épargner mais y ont renoncé pour la même raison. Selon cette enquête publiée courant novembre (1), 52% des Français comptent en revanche mettre de l’argent de côté ou s’y emploient déjà. Et 53% des retraités avaient économisé en vue de leurs vieux jours.

Quels sont les placements que ces derniers ont choisis pour s’assurer un complément de revenus ? Les non-retraités répondent l’assurance-vie à 53%. Suivent le Plan d’épargne retraite populaire (Perp), cité par 32% des sondés, les placements immobiliers ou locatifs (28%), et le Plan d’épargne en actions (PEA), cité par 24% d’entre eux (réponse à choix multiples).

Le Perp en progression

Le fait que le Perp, support d’épargne dédié à la retraite créé en 2003 mais peu connu du grand public, arrive en deuxième position, peut étonner. Début 2014, un sondage CSA pour le Cercle des épargnants soulignait que seules 21% des personnes interrogées avaient déjà entendu parler de ce produit d’épargne retraite. Les statistiques récentes des assureurs confirmaient déjà un regain d’intérêt pour le Perp depuis deux ans.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

A contrario, le sondage Caisse d’Epargne-Le Parisien-Odoxa montre que ceux qui sont déjà à la retraite n’ont que très peu utilisé le Perp comme support d’épargne pour s’assurer un complément de revenus. Seuls 10% des retraités ayant économisé citent le Perp alors qu’ils sont 80% à avoir eu recours à l’assurance-vie. Les retraités ont aussi utilisé le PEA (37%) et les placements immobiliers ou locatifs (34%) pour s’assurer d'un matelas supplémentaire.

(1) Enquête réalisée par internet les 13 et 14 novembre auprès d’un échantillon de 1.007 personnes représentatif de la population française majeure.