Le président de la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA), Bernard Spitz, s'est réjoui mercredi de l'annonce d'un maintien du cadre fiscal de l'assurance-vie jusqu'en 2017 faite la veille par le président François Hollande.

« Le président de la République a sanctuarisé l'assurance-vie en matière de stabilité fiscale, c'est quelque chose d'extrêmement important », a déclaré Bernard Spitz à l'occasion d'une conférence organisée par l'agence de notation Fitch Ratings.

Une décollecte historique en 2012

Mardi, à l'occasion de ses vœux aux partenaires sociaux, François Hollande avait affirmé que la fiscalité de l'épargne, « aussi bien pour l'assurance-vie que pour le plan d'épargne en actions », serait « maintenue jusqu'à la fin du quinquennat ». « C'est un élément essentiel pour les épargnants de savoir qu'il y a au moins une fenêtre de trois ans de stabilité fiscale sur l'assurance-vie », a insisté Bernard Spitz.

Après une décollecte nette historique de 6,5 milliards d'euros en 2012, l'assurance-vie a renoué avec une collecte nette positive en 2013. Les chiffres détaillés de l'assurance en France pour 2013 doivent être dévoilés le 30 janvier par la FFSA.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 10 contrats comparés

Euro-croissance : un contrat positif pour tout le monde

Revenant sur le futur contrat euro-croissance, le président de la FFSA a estimé qu'il allait être « gagnant pour tout le monde ». Présenté comme le troisième pilier de l'assurance-vie, ce nouveau contrat offrira un capital garanti à l'épargnant au bout de huit ans. « C'est la perspective pour les assurés d'avoir des rendements supérieurs et, pour les assureurs (...), de pouvoir s'engager dans des placements à rendements supérieurs sur une plus longue durée », a fait valoir Bernard Spitz.