Plan du site Rechercher

Assurance-vie : les taux minimum garantis ont-ils encore un intérêt ?

  • Par Nathalie FOULON
Assurance vie
© Olivier Le Moal - Fotolia.com

Depuis 2010, les taux minimum garantis proposés par les assureurs sur leurs fonds en euros sont plus strictement encadrés. Conséquence : ces rendements, autrefois alléchants, peinent actuellement à dépasser les 2%.

Il y a encore trois ans, les taux minimum garantis (1) des fonds en euros étaient souvent attractifs pour les épargnants. Concurrence oblige, les assureurs n’hésitaient pas, en effet, à utiliser des taux d’appel élevés pour attirer les nouveaux clients. Il en va tout autrement aujourd’hui, depuis qu’une réglementation mise en place en 2010 impose le plafonnement de ces taux garantis en fonction des rendements antérieurs servis et du TME (2). Le but étant d’éviter l’utilisation abusive de ces taux par les assureurs qui risquaient de largement entamer leurs réserves financières.

Lire aussi : Le plafonnement des taux garantis entre en vigueur

Des taux qui dépassent rarement 2%

Trois ans plus tard, la communication des assureurs autour des taux minimum garantis est beaucoup plus discrète, les taux affichés étant peu élevés. Actuellement, les TMG des fonds en euros tournent fréquemment autour de 2% : 2,10% par exemple pour le contrat Altinéo de GMF Vie, 2% pour Eurossima de Generali, 2% pour le fonds de la Macif ou encore 1,90% pour Maif Investissement Responsable Europe…

Pour pouvoir afficher des taux un peu plus « appétissants », certains assureurs mettent en place des offres promotionnelles (également réglementées) sur une période limitée, de six mois (minimum permis par la loi) à deux ans. C’était le cas, en début d'année, du fonds euros du contrat BforBank Vie (2,62% en 2013 et 2014) ou du contrat Puissance Avenir du courtier Assurancevie.com (2,25% au premier semestre 2013). Ces taux, toutefois, s’appliquent uniquement aux nouveaux versements et sont généralement assortis de conditions qui concernent par exemple la disponibilité du capital ou le versement d’une partie de l’épargne sur les unités de compte. Reste donc à l’assuré d’être attentif à ces contreparties.

Lisibilité

Pour autant, les TMG ont-ils perdu tout intérêt pour l’épargnant ? Pas sûr. Dans un contexte d’incertitude économique, ils permettent toujours de lui offrir un minimum de lisibilité sur ce qu’il peut attendre de son placement, et donc de le rassurer. « En matière de fonds en euros, les épargnants recherchent davantage de la sécurité que du rendement », confirme Philippe Crevel, secrétaire général du Cercle des Epargnants et économiste. « L’épargnant veut avant tout la sécurité de son capital et il est prêt à faire l’impasse sur un rendement supérieur ».

(1) Le taux minimum garanti (TMG) correspond au taux de rendement minimum, garanti par l’assureur, du fonds en euros d’une assurance-vie. Généralement, il atteint 60% (avant prélèvement sociaux) de la moyenne des rendements des deux dernières années.

(2) Taux mensuels des emprunts d’Etat, c’est-à-dire le taux de rendement sur le marché secondaire des emprunts d'État à taux fixe supérieurs à sept ans.

Partager cet article :
Par Nathalie FOULON

© cbanque.com / NF / Septembre 2013

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox