L'Afer, l'une des principales associations d'épargnants qui commercialise des produits d'assurance-vie, a annoncé mardi un taux de rémunération de son fonds garanti en léger recul, à 3,43% net en 2011 contre 3,52% en 2010.

L'Afer est « un roc qui a su résister contre vents et marées à l'une des pires turbulences financières que le monde ait connues depuis l'avant-guerre », a affirmé le président de l'Afer Gérard Bekerman, lors de la présentation des résultats 2011 de l'association. Le taux de 3,43% classe en effet le fonds garanti de l'Afer dans la fourchette haute des plus rémunérateurs du marché.

Philipe Maso Y Guell Rivet, directeur général d'Aviva France, l'assureur qui gère les fonds collectés par l'Afer, a d'aillleurs salué un « excellent taux » et évoqué une « structure d'investissement extrêmement prudente ».

Collecte brute en chute libre

Après une année 2010 marquée par une collecte stable, l'année 2011 a enregistré une décollecte nette de plus de 900 millions d'euros. « La collecte relève d'une préoccupation financière, économique qui n'est pas prépondérante dans une association », a estimé Bekerman. « Le contrat est transparent, sans pénalité de sortie, voilà pourquoi disposer de son épargne s'inscrit à nos yeux dans un schéma normal du cycle de vie ».

La collecte brute a chuté par rapport à 2010, passant de 3 milliards à 1,9 milliard d'euros, et les prestations se sont accélérées, notamment les rachats partiels. Ils totalisent 1,9 milliard d'euros, contre 261 millions d'euros pour les rachats totaux et 747 millions pour les prestations décès. De manière générale, l'assurance-vie en France a enregistré en novembre une désaffection record, avec des retraits nettement supérieurs aux versements pour le troisième mois consécutif, un phénomène inédit pour ce produit à la croissance jusqu'ici insolente.

Investissez dans les PME françaises - 3 plateformes comparées

Encours quasi-stable

L'encours géré est resté quasiment stable sur un an à 45,5 milliards d'euros (après 45,9 milliards d'euros en 2010), dont 40 milliards d'euros pour le fonds en euros, qui assure aux épargnants la garantie de leur capital. Avec 18.000 nouveaux arrivants en 2011, l'association compte désormais 735.000 adhérents.

« On s'engage dans une année qui va être un peu compliquée », a prévenu le DG d'Aviva France, citant la crise de la dette et le ralentissement de l'économie dans la zone euro, mais en estimant que l'épargne en sortirait renforcée. « Je crois beaucoup au fonds en euros comme produit d'épargne (...), sa pérennité est assurée », a-t-il ajouté.