La période de confinement qui s'impose à nous actuellement a au moins un avantage : elle nous laisse le temps, pour une fois, de nous pencher sur nos budgets. Voici quelques postes sur lesquels vous pouvez facilement envisager de faire des économies, et quelques conseils pour y parvenir.

Banque au quotidien : jusqu’à 290 euros d’économies annuelles

Combien vous coûte votre banque chaque année ? La réponse, si vous ne la connaissez pas, se trouve dans le récapitulatif annuel des frais que votre banque a dû vous faire parvenir en début d’année, et qui est toujours disponible dans votre espace bancaire en ligne. Une chose est sûre : selon l’enseigne à qui vous faites confiance, la facture peut être très, très différente. Au classement MoneyVox des banques les moins chères, l’écart entre la moins chère et la plus chère, sur un panier de produits et de services standard, est actuellement de plus de 290 euros par an !

Pour réduire sensiblement la facture, il vous faudra vous adresser à une catégorie d’enseignes en particulier : les banques 100% en ligne, moins chères notamment parce qu’elles n’ont pas de réseaux d’agences à entretenir, et même entièrement gratuites pour l’essentiel des services du quotidien : tenue de compte, cartes bancaires, virements et prélèvements, etc. Un basculement qui implique d’accepter l’idée de ne plus rencontrer de conseillers en chair et en os. Cela tombe bien : le confinement nous impose à tous d’expérimenter l’usage de la banque à distance, les agences étant pour la plupart fermées.

Pour savoir si vous êtes prêts pour la banque en ligne, posez-vous donc une série de questions :

  • Vous rendez-vous encore régulièrement dans votre agence ?
  • Avez-vous besoin de l’aide d’un guichetier pour effectuer vos opérations du quotidien ?
  • Avez-vous besoin de rencontrer un conseiller pour ouvrir un livret d’épargne, une assurance vie ou souscrire un crédit conso ?

Si vous répondez « non » à ces 3 questions, vous êtes clairement prêts pour le grand saut. Et si vous répondez « oui » à une ou plusieurs d’entre elles, rien ne vous empêche néanmoins d’ouvrir un compte en ligne pour tester : les banques en ligne, en effet, ne facturent généralement pas de frais de tenue de compte, et les contraintes d’usage du compte sont minimes, voire nulles. Cerise sur le gâteau : certaines enseignes, comme ING, proposent actuellement des primes très alléchantes pour leurs nouveaux clients.

Electricité et gaz : quitter les tarifs réglementés ?

Comme la plupart des Français (3 sur 4 pour l’électricité, 2 sur 3 pour le gaz), vous êtes encore certainement clients des fournisseurs d’énergie historiques - EDF pour l’électricité, Engie pour le gaz naturel - et soumis pour la plupart aux tarifs réglementés de vente (TRV), fixés par l’Etat. Pourtant, depuis une quinzaine d’années déjà, les marchés de l’électricité et du gaz ont été ouverts à la concurrence. Et il existe aujourd’hui, en France, des dizaines d’offres alternatives, proposées par des fournisseurs français et étrangers. Encore faut-il avoir une bonne raison de quitter les tarifs réglementés. On peut en citer au moins deux :

  • pour payer son électricité et son gaz moins cher ;
  • pour acheter une électricité ou un gaz naturel plus vert.

Il y a effectivement des économies à faire en changeant de fournisseur : vous pouvez alléger votre facture annuelle jusqu’à 10%, par rapport au tarif réglementé de l’électricité, selon des chiffres présentés par la Commission de régulation de l’énergie. Et jusqu’à 8%, de même source, pour le gaz naturel.

Si vous êtes sensibles au sujet, vous pouvez également opter pour une électricité plus respectueuse de l’environnement, car issue de sources d’énergie renouvelable : hydroélectricité, éolien, etc. Attention toutefois, toutes les offres d’électricité verte ne se valent pas, comme nous vous l’expliquions dans cet article : Electricité verte : comment démêler le vrai du faux.

Rappel enfin : changer de fournisseur d’énergie, a fortiori si vous êtes équipés d’un compteur communicant - Linky pour l’électricité, Gazpar pour le gaz -, est presque aussi simple que de changer d’opérateur mobile. Il suffit de suivre le guide.

Assurances : comparer pour économiser

Avec le confinement, vous allez sans doute beaucoup moins utiliser votre automobile. Faut-il pour autant suspendre son assurance ? Ce n’est pas conseillé. La couverture de la responsabilité civile, tout d’abord, est obligatoire, même si la voiture ne roule pas. Même immobile, ensuite, elle court des risques, de vol ou d’incendie par exemple, en particulier si elle est garée sur la voie publique. Et rares sont les contrats qui intègrent une clause permettant de suspendre tout partie du paiement de son assurance lorsqu’elle ne roule pas. N’hésitez pas à vérifier ce point, néanmoins.

Prêt travaux : les crédits les moins chers pour votre maison

En revanche, c’est le bon moment pour prendre le temps de réévaluer plus généralement les contrats qui protègent votre véhicule, votre habitation, voire le remboursement de votre crédit immobilier. L’assurance est en effet un secteur concurrentiel, où il est possible de faire des économies en changeant de fournisseur. L’opération, toutefois, n’est pas toujours simple : les conditions générales des contrats sont souvent complexes et difficiles à comparer. Elle ne doit pas non plus être prise à la légère : le degré de couverture varie d’un contrat à l’autre, et il ne s’agit pas de se retrouver exposé en cas de sinistre. Prenez donc tout le temps nécessaire pour faire un choix éclairé, et le cas échéant, appuyez-vous sur des comparateurs, disponibles en ligne, qui font une partie du travail pour vous.

A consulter avant de changer :

Abonnements mobile et internet : une concurrence effrénée

C’est un autre marché où la concurrence joue à plein, et où il y a donc des économies potentielles à faire : les télécoms. Depuis l’arrivée de Free, qui a cassé les prix, les différents opérateurs - Orange, SFR, Bouygues et de multiples opérateurs sans réseau propre (Crédit Mutuel Mobile, NRJ Mobile, La Poste Mobile, etc.) - se livrent une intense compétition pour vous capter.

Résultat, les prix des forfaits mobiles n’ont jamais été aussi bas : 12 euros par mois, en moyenne, pour des appels illimités et 50 Go de data, selon la Fédération française des télécoms. Si vous payez plus cher, vous avez forcément des économies à faire. Et sans vous faire de cheveux blancs : pour changer, il vous suffit de souscrire le nouveau forfait et de fournir au nouvel opérateur un numéro, le RIO, que votre opérateur a l’obligation de vous donner. Et bien sûr, vous gardez, si vous le souhaitez, votre numéro.

Commencez par prendre le temps de faire le point sur la réalité de votre consommation mobile. Avez-vous vraiment besoin de beaucoup de data ? Toutes les options que vous détenez vous sont-elles vraiment utiles ? Allez-vous utiliser ces minutes de communication aux Etats-Unis ou en Australie ? Une fois ce bilan réalisé, faites le tour des offres des opérateurs et de leurs filiales low cost. Pour vous aider à les comparer, vous trouverez sur leurs sites web des fiches d'information standardisées décrivant avec précision l’offre, son fonctionnement et les services annexes.

Ces remarques valent également pour les offres d’internet fixe, sur lesquelles la concurrence est tout aussi intense, notamment dans les zones où la fibre est déployée.

Loisirs : c’est le moment de faire des choix

C’est une des grandes tendances de la consommation à l’âge d’internet : nous accédons de plus en plus souvent à certains biens et services par l’intermédiaire d’un abonnement. C’est vrai notamment dans le domaine des loisirs : cartes ciné illimitée au cinéma, salles de sport, streaming vidéo, streaming audio, jeux vidéos, applications mobiles, etc. La période qui s’ouvre est peut-être le moment d’y mettre un peu d’ordre. Prenez le temps de regarder en détail quelques relevés de compte mensuels, et pointez tous les paiements récurrents d’abonnements de loisirs. Puis faites le tri entre ce qui est vraiment important pour vous, et ce qui est superflu.

Où placer l’argent économisé ?

Une fois votre budget rationnalisé, que faire de l’argent économisé ? Où le placer en attendant des jours meilleurs ? Si votre Livret A, votre LDDS ou votre PEL sont pleins, vous pouvez opter pour un livret bancaire classique : le Livret Distingo de PSA Banque, par exemple, affiche une rémunération de 0,80% actuellement, avec une garantie sur le capital jusqu’à 100 000 euros et une disponibilité permanente de l’argent ! Ou choisir l'assurance vie, généralement un peu mieux rémunérée et sur laquelle l'argent n'est pas non plus bloqué.

A consulter : nos comparatifs des offres commerciales des livrets bancaires et des meilleurs contrats d'assurance vie