Le Sénat à majorité de droite a adopté mercredi soir en première lecture une réforme de l'assurance emprunteur refusant la possibilité d'en changer à tout moment. En revanche, le texte prévoit de nouvelles dispositions sur le volet santé.

C'était attendu. Le Sénat à majorité a rejeté mercredi la réforme de l'assurance emprunteur qui prévoyait la possibilité d'en changer à tout moment. Portée par la députée Patricia Lemoine (groupe Agir) et soutenue par le gouvernement, son objectif est d'introduire davantage de concurrence dans le secteur bancaire, en position de force dans ce domaine (88% de part de marché), et celui des assurances, afin de faire baisser les coûts pour le consommateur.

L'interview de Patricia Lemoine : « La réforme de l'assurance emprunteur va rendre du pouvoir d'achat »

Mais le Sénat a retoqué le cœur du texte, la possibilité de changer d'assurance emprunteur, sans frais, à tout moment, et non plus seulement à la date anniversaire. La Fédération bancaire française a salué « un choix de bon sens des sénateurs et vanté l'équilibre » trouvé par la chambre haute « entre concurrence, individualisation et mutualisation ».

« C'est du pouvoir d'achat, et en plus on ne crame pas la caisse »

« Je suis extrêmement déçu », a réagi à l'inverse Eric Maumy, président du groupe April et membre de l'Association pour la promotion de la concurrence en assurance des emprunteurs. « La résiliation à tout moment est la seule mesure efficace pour permettre aux 7 millions de Français (ayant un crédit en cours, ndlr), notamment les plus fragiles, de faire jouer la concurrence et de réaliser des économies substantielles », a-t-il estimé.

Dans l'hémicycle, la discussion a été vive. « Pourquoi avoir vidé de sa substance cette avancée ? », a interrogé le ministre Jean-Baptiste Lemoyne, vantant « une mesure qui ne coûterait pas un euro à l'Etat ». « C'est du pouvoir d'achat, et en plus on ne crame pas la caisse », a-t-il ironisé. « La simplicité, le bon sens, c'est la résiliation à tout moment », a appuyé Emmanuel Capus (Indépendants), tandis que l'écologiste Daniel Salmon laissait entendre que la position de la droite sénatoriale répondait « au lobby bancaire ». « Nous ne travaillons pas ici pour les lobbys », a réagi la présidente de la commission des Affaires économiques Sophie Primas (LR).

Depuis 2010, la loi Lagarde permet aux emprunteurs d'opter pour une autre assurance que celle proposée par leur banque. Et plusieurs autres lois ont ensuite déjà oeuvré pour plus de concurrence, permettant notamment aux clients de changer d'assurance tous les ans, mais les assureurs alternatifs accusent les banques, qui détiennent la majorité du marché, de faire obstruction.

Fustigeant « fausses informations » et « caricatures », le rapporteur du texte au Sénat Daniel Gremillet (LR) a affirmé que « la concurrence existe bien déjà sur ce marché et fonctionne bien ». Selon lui le nouveau dispositif ne créerait pas de nouvelles économies, mais risquerait de pénaliser les publics âgés et fragiles.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Réduction du délai du « droit à l'oubli »

Le Sénat a à la place prévu de renforcer l'information des assurés sur le droit actuel. La notion de « date d'échéance, » à partir de laquelle est calculée aujourd'hui la période durant laquelle l'assuré est autorisé à résilier, serait clarifiée. Le Sénat a par ailleurs réécrit le volet santé du texte. Les sénateurs ont ainsi prévu de supprimer le questionnaire médical pour les prêts immobiliers de moins de 350 000 euros qui arrivent à leur terme avant le 65e anniversaire de l'emprunteur.

Si le rapporteur a vanté « une avancée inédite », Jean-Baptiste Lemoyne a mis en garde contre des « solutions de facilité parfois séduisantes à première vue mais qui peuvent avoir l'effet inverse à l'effet recherché. » La chambre haute a encore adopté un amendement visant à inscrire directement dans la loi la réduction du délai du « droit à l'oubli » de dix à cinq ans pour les cancers, à étendre ce « droit à l'oubli » aux pathologies chroniques et à supprimer le plafond d'emprunt pour les personnes bénéficiant de la convention AERAS (s'Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé). Le texte adopté par l'Assemblée nationale appelait seulement les signataires de la convention AERAS à travailler sur ces évolutions.

Députés et sénateurs vont maintenant tenter de trouver un accord sur une version commune du texte en commission mixte paritaire. S'ils échouent, c'est l'Assemblée nationale qui aura le dernier mot.

Economisez sur l'assurance emprunteur