Fin février, le groupe Aéma, né du rapprochement entre la Macif et Aésio, est entré en négociations exclusives pour acheter Aviva France. Alors que la signature finale reste à être apposée, un premier changement se profile pour ses 3 millions de clients et 4 500 employés.

A quelle sauce les clients et les salariés d’Aviva France vont-ils être mangés ? La question reste entière alors que les discussions se poursuivent avec Aéma, groupe né début 2021 du rapprochement entre les assureurs mutualistes Macif et Aésio. En effet, si début janvier plusieurs assureurs étaient en lice - Generali, Eurazeo ou encore le tandem Athora-Allianz étaient évoqués - c’est le groupe Aéma qui a annoncé le 23 février dernier être entré en négociations exclusives avec l’assureur britannique Aviva afin de lui racheter sa branche française pour 3,2 milliards d’euros.

D’après le cabinet spécialisé Facts & Figures, ce rapprochement va aboutir à créer le groupe numéro 2 en France en santé individuelle et le 4ème acteur en assurance dommages des particuliers. Aéma et Aviva France compteraient ensemble plus de 11 millions de clients, dont 5,5 millions de sociétaires pour la Macif, et 3,1 millions d'assurés pour Aviva France.

Un nouveau patronyme pour Aviva

S’il est trop tôt pour dévoiler précisément les répercussions pratiques de ce rapprochement encore à finaliser, Jean-Philippe Dogneton, directeur général de la Macif, a esquissé quelques pistes ce 25 mars à l’occasion de la présentation du plan stratégique 2021-2023 de l’assureur mutualiste. Capitalistiquement, tout d’abord, Aviva France sera filiale de la Société d’assurance mutuelle Macif intégrée au groupe Aéma.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

« Aviva France conservera son autonomie d’action et de marque », a aussi martelé Jean-Philippe Dogneton, ce, bien qu’il y ait des cibles communes avec la Macif. « Aviva France a son écosystème au niveau des professionnels sur des champs qui lui sont propres. La Macif, elle, a été construite autour des commerçants et industriels de France et a conclu un accord avec Inter Mutuelles Entreprises qui demeurera. Aviva aura son propre parcours autour des professionnels. Le tout fera que l’on aura un positionnement plus fort sur ce segment », a détaillé le directeur général de la Macif.

En revanche, Aviva France, filiale actuelle de l’assureur britannique éponyme, risque de perdre son nom, comme l’a souligné Jean-Philippe Dogneton ce 25 mars. « La question est maintenant de savoir si ce sera la marque Aviva ou pas. C’est un nom d’emprunt que l’on ne pourra pas nécessairement reprendre, mais il y aura bien une marque propre », a-t-il expliqué.