Conséquence d'une année boursière morose, les performances 2018 des Yomoni, WeSave et autres Nalo, qui misent sur des fonds répliquant des indices financiers, risquent de passer en territoire négatif. Mais alors que ces robo-advisors mettent en avant la transparence de leurs offres, ils ne préviennent pas tous leurs prospects de cette contre-performance.

A l’image du CAC 40 qui a perdu plus de 12% de sa valeur sur un an, l’ensemble des places financières mondiales dégringolent en 2018. Le Nikkei japonais plonge ainsi de 11% par rapport à fin 2017. L’EuroStoxx 50 chute lui de près de 16%. Aux Etats-Unis, la sentence est la même : le S&P 500 va par exemple accuser une perte de plus 10 points cette année. Les gestionnaires d’actifs tentent de limiter la casse en baissant leur exposition aux actions les plus impactées. Cette morosité touche ainsi de plein fouet les offres basées sur les trackers (aussi appelés fonds indiciels ou ETF), qui répliquent des indices boursiers – comme les assurances vie de Yomoni, WeSave et autres robo-advisors. Les épargnants vont en faire les frais.

Yomoni joue carte sur table

Dans une newsletter adressée le 26 décembre dernier à ses clients, Yomoni joue carte sur table. « (…) nos portefeuilles sont touchés par ces mouvements baissiers, avec des performances trimestrielles de -2% à -15%. Nous avons cependant baissé notre exposition aux actions et au pétrole au profit des bons du Trésor et de l’or, et nous favorisons les secteurs défensifs comme l’immobilier afin d’absorber une partie de la baisse », peut-on y lire. Une information que le courtier partage également avec ses prospects. Sur son site internet, Yomoni a en effet actualisé en conséquence les performances de ses 10 profils type. Entre le 29 décembre 2017 et le 21 décembre 2018, le rendement de ses contrats d’assurance vie oscille ainsi de -1,4% pour le profil 2 (investi à 20% sur des fonds indiciels et à 80% sur le fonds euros Suravenir Rendement) à -11,1% pour le profil 10 exposé totalement aux ETF.

Lire aussi : Assurance-vie : toutes les performances 2017 de la gestion pilotée

Son concurrent direct, WeSave, se montre lui moins transparent vis-à-vis des épargnants tentés par son offre de gestion pilotée. Sur son portail, les performances sont certes visibles mais s’arrêtent à fin 2017. Le robo-advisor ne donne ainsi aucun indice sur les gains (ou les pertes) pour 2018. Et les prospects ont donc accès aux rendements de 2017, une année exceptionnelle pour les marchés financiers. Ce qui se ressent dans les performances 2017 mises en avant sur son site : de 2,27% à 10,17% nets de frais de gestion pour son contrat WeSave Patrimoine. Mais de tels rendements ont peu de chance de se réitérer en 2018. En attestent les performances réalisées au cours du premier semestre de l’année que WeSave a divulguées par communiqué début août. Du 31 décembre 2017 au 30 juin 2018, la valorisation des 10 profils de gestion gagnait entre 0,33% et 1,27%. En comparaison, sur cette période, le CAC 40 accusait, lui, un repli de 0,5%.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Cette transparence en demi-teinte n’est pas propre à WeSave. En cours d’année, les courtiers communiquent rarement sur les performances de la gestion pilotée. Mais, concernant WeSave, qui comme ses concurrents robo-advisors a fait de la transparence un argument commercial, c’est plus surprenant. Nalo, une autre jeune pousse qui propose également une assurance vie en gestion pilotée investie sur des fonds indiciels, ne communique pas non plus sur ses résultats, mais cela s'explique par la jeunesse de son offre, lancée il y a seulement un an. Par ailleurs, son président, Guillaume Piard, reconnaissait dans un entretien diffusé le 3 décembre dernier, que ses performances 2018 sont négatives.

Plus d'info sur le contrat Yomoni Vie et WeSave Patrimoine