Interrogé par Radio Classique, Bernard Spitz, le président de la FFSA, estime qu'il n'y a pas lieu de « tomber dans le catastrophisme », malgré les mauvais chiffres de l'assurance-vie en novembre,

Bernard Spitz a rappelé que depuis le début de l'année, « les encours ont augmenté de 3% et les versements nets sont positifs à +15 milliards ». Pour le président de la Fédération française des sociétés d'assurance, « ce n'est pas parce qu'à un moment les choses vont moins bien qu'il faut tomber tout de suite dans le catastrophisme ».

Reconnaissant qu'avec le vieillissement de la population, les retraits sont devenus « structurellement élevés », il fait valoir toutefois que « le niveau des dépôts reste très élevé », soit de plus de 8 milliards en novembre. « Cela montre quand même qu'il y a une confiance intacte des Français pour l'assurance-vie », dont les encours s'élèvent à 1.371 milliard d'euros.

« Trop de régulation »

Pour Bernard Spitz, ces retraits, qu'il se refuse à qualifier de « massifs », sont moins inquiétants pour les assureurs que les nouvelles règles prudentielles. « L'enfer est pavé de bonnes intentions : l'idée qu'il y a ait de la régulation, tout le monde est pour » mais à imposer « trop de régulation (...) on risque d'étouffer l'économie », fait-il valoir, rappelant que les assureurs français détiennent pour quelque 1.600 milliards d'actifs investis à 56% dans les entreprises.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 350 € grâce à notre comparatif des assurances vie

« Les assureurs, qui sont des investisseurs de long terme, sont les principales victimes d'une régulation qui a été pensée à court terme », critique le président de la FFSA, faisant référence à l'adoption par l'Europe de la règle comptable anglo-saxonne de la « fair value » (alignement du prix des actifs sur leur valeur de marché).