En France, une personne est considérée comme pauvre si ses revenus mensuels sont inférieurs à 1.008 euros. L’Insee a publié cette semaine son étude sur le niveau de vie en 2014, et ainsi mis à jour ce seuil de pauvreté.

Près de 9 millions de personnes, soit un Français sur sept, vit sous le seuil de pauvreté selon l’Insee. L’institut de la statistique calcule en effet ce seuil sur le base du revenu médian : 1.008 euros correspond donc à 60% du revenu mensuel médian des Français en 2014. Toujours selon l’Insee, un Français sur deux vit ainsi avec moins de 20.150 euros par an, soit 1.679 euros par mois (1). Le niveau de vie médian a très légèrement augmenté par rapport à 2013.

Lire à ce propos : Moins de 20.000 euros par an pour la moitié des Français en 2013

Pour ce revenu médian, l’Insee se base sur des unités de consommation : un enfant ne pèse donc pas autant qu’un adulte dans les statistiques. « Pour une famille composée d’un couple avec deux enfants de moins de quatorze ans, ce montant correspond à un revenu disponible de 42.320 euros par an (soit 3.530 euros par mois) », illustre l’institut.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

« Aucun seuil n’est plus objectif qu’un autre »

Logiquement, suivant l’évolution du revenu médian, le seuil de pauvreté pris en compte par l’Insee a donc lui aussi très légèrement augmenté, de 1.005 euros en 2013 à 1.008 euros en 2014. Mais d’autres modalités de calcul du seuil de pauvreté existent : l’Observatoire des inégalités, qui réunit notamment de nombreux universitaires, rappelle sur son site qu’« aucun seuil n’est plus objectif qu’un autre, il s’agit d’une convention statistique » : en utilisant un seuil à 50% du revenu médian, « le plus couramment utilisé en France » jusqu’en 2008, le seuil de pauvreté serait donc de 840 euros pour une personne seule, 1.260 euros pour un couple sans enfant ou encore 1.764 euros pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans.