Le gendarme boursier vient d’ajouter à sa liste noire un site vantant les mérites des actions de la Française des Jeux qui ne seront pourtant pas cotées en Bourse avant le 21 novembre. Objectif : profiter de l’attente autour de cette privatisation pour repérer des victimes potentielles.

La privatisation de la Française des Jeux (FDJ) n’est pas entrée en phase active que déjà, certains fraudeurs sautent sur l’occasion. L’Autorité des marchés financiers (AMF), en charge de la régulation du secteur financier, vient en effet de mettre à jour sa liste noire, regroupant des dizaines de sites et de sociétés proposant au grand public, sans autorisation, de mettre de l’argent sur des supports aussi risqués que le Forex, les options binaires ou encore les crypto-actifs.

Le nouvel entrant ? Un site baptisé Gestion Epargne et disponible à l’adresse « placement2019.fr ». Plutôt soigné mais dépourvu des mentions légales obligatoires, il fait notamment la promotion, sous entête de la FDJ, de la future ouverture du capital, vantant une « opportunité en or » et la « bonne affaire de l’année pour les investisseurs ». Surtout, il propose aux visiteurs d’inscrire leur nom, prénom, adresse mail et numéro de téléphone pour « en savoir plus » et obtenir des « conseils pour investir dès maintenant ». Une manière de se constituer une liste de particuliers intéressés par d’éventuels placements, et préparer ainsi le terrain pour de futures sollicitations frauduleuses.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Rappel : l’ouverture des réservations d’actions de la FDJ n’interviendra pas avant jeudi prochain 7 novembre. Une fourchette de prix sera dévoilée le même jour. Le titre, lui, sera côté, sauf surprise, à partir du 21 novembre. Toute proposition d’acheter des actions FDJ avant cette date est donc nécessairement frauduleuse. Il est impératif, par ailleurs, de passer par un intermédiaire financier dûment autorisé : une banque, un courtier spécialisé, etc. Vous pouvez pour vous en assurer vous reporter sur le registre des agents financiers (Regafi) mis en ligne par l’ACPR, le gendarme bancaire.

Lire sur le sujet : Française des Jeux : faut-il acheter des actions de la FDJ ?