Les principaux contrats d’assurance-vie du Crédit Agricole affichent des rendements 2015 autour des 2%. Predissime 9, le contrat multisupports phare de la banque, régulièrement mis en avant en agence, voit lui le taux de son fonds en euros passer de 2,10% à 1,80%.

Si la fédération des assureurs a estimé à 2,3% le rendement moyen de l’assurance-vie en euros pour 2015, les contrats bancaires grand public se situent assez clairement en dessous de cette moyenne. Les premiers réseaux bancaires à avoir dévoilé les rémunérations de leurs contrats « standard », le Crédit Mutuel, CIC, BNP Paribas et la Caisse d’Epargne, ont ainsi communiqué des taux soit légèrement sous les 2% (1), soit juste au-dessus. Crédit Agricole Assurances, 2e gestionnaire d’assurance-vie en France, a dévoilé les rendements des contrats actuellement commercialisés dans les réseaux de la banque verte et LCL : tous très proches des 2%.

Au Crédit Agricole, l’assurance-vie mise en avant auprès du plus grand nombre, en agence, se nomme Predissime 9. Créé en 1994, ce contrat multisupports voit le rendement de son fonds à capital garanti, Predi-euros, s’éroder une nouvelle fois : 2,80% en 2012, 2,50% en 2013, 2,10% en 2014, et donc 1,80% pour l’année 2015. Si la baisse, de 30 points de base, n’est pas beaucoup plus élevée que celle constatée sur l’ensemble du marché, le contrat phare du Crédit Agricole se positionne désormais clairement comme l’un des moins rémunérateurs de la place. Or, fin 2012 (dernière statistique disponible), Predissime 9 pesait à lui seul près de 36 milliards d’euros.

Floriane : de 1,80% à 2,30% pour 2015 sur Actif Euro

Autre « gros » contrat commercialisé actuellement par le Crédit Agricole (près de 30 milliards d’euros d’encours fin 2012) : Floriane, accessible à condition de réaliser un versement bien plus conséquent que sur Predissime 9. Sur Floriane, le fonds Actif Euro sert une rémunération différente selon les clients, en fonction de la hauteur des frais de gestion : de 1,80% à 2,30% selon les cas, contre 2,10% à 2,60% en 2014.

Espace Liberté, autre contrat haut de gamme, voit lui aussi sa revelorisation annuelle perdre 0,30 point : il rapporte 2,10% à 2,40% selon la hauteur des frais de gestion. Même logique pour les supports euros des contrats professionnels Floriagri et Floripro (1,80% à 2,30%), ou encore pour l’assurance-vie dédiée aux enfants Vers l’Avenir (1,90% à 2,10%).

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

1,60% sur le contrat d’entrée de gamme Cap Découverte

Le très accessible contrat Cap Découverte, proposé aux clients pour « découvrir l’assurance-vie », voit lui son fonds en euros servir du 1,60% pour 2015, contre 1,85% en 2014. Le fonds euros du Contrat Solidaire fait légèrement mieux en 2015, 2%, même si la baisse s'avère un peu plus importante que sur les autres contrats (2,34% en 2014).

Face à cette nouvelle érosion, le Crédit Agricole continue de mettre en avant les supports en unités de compte, sans garantie en capital. Les propositions de « bonus » de rendement sur le fonds en euros, conditionnés à un investissement minimal en unités de compte, se font de plus en plus réguliers. Un bonus de 0,30 point est ainsi proposé en ce début d'année, mais il s'applique uniquement sur les sommes versées, pas sur l’ensemble de l’encours du contrat.

L'appel à la « prudence » écouté

Crédit Agricole Assurances justifie par ailleurs la nouvelle baisse de ses rendements dans un article publié fin janvier sur son site. Les assureurs sont « appelés à la prudence dans la revalorisation des rémunérations des supports en euros », plaide la filiale de la banque verte, notamment car ils doivent « juguler la collecte sur les supports sécurisés ». L'assureur tente par ailleurs de faire œuvre de pédagogie : « La collecte sur les supports en euros oblige les assureurs à investir massivement sur les marchés obligataires, avec, à la clé, un risque sur les rendements des contrats. Du fait de la baisse des taux obligataires, les assureurs investissent dans des obligations qui rapportent actuellement moins de 1% par an, ce qui dilue les rendements des portefeuilles et les entraîne à la baisse. » Autrement dit : aucun inversement de tendance à l’horizon.

(1) Comme tous les taux mentionnées : net de frais de gestion mais avant contributions sociales et fiscales.