Selon un communiqué publié lundi par l'Association française de l'assurance, la collecte d'assurance-vie a été quasiment à l'équilibre en septembre, les retraits ne dépassant les versements que de 100 millions d'euros, pour un total de 1.373,5 milliards déposés sur ce produit.

Ce résultat tient en grande partie au fort ralentissement des prestations (ou retraits), qui ont reculé de 22% par rapport à leur niveau de septembre 2011. Les versements ne sont, eux, qu'en retrait de 7,8%, selon l'association qui réunit les deux principaux groupements d'assureurs. Même si le chiffre de collecte nette reste légèrement négatif, il s'agit du troisième meilleur résultat depuis le durcissement du marché de l'assurance-vie, il y a quatorze mois.

Parmi les facteurs qui ont joué contre ce placement a régulièrement été citée l'incertitude fiscale. Alors que le candidat François Hollande brandissait, durant sa campagne, la menace d'un alignement sur le barème de l'impôt de la fiscalité des contrats de moins de 8 ans, aucune modification n'est finalement prévue dans le projet de loi de finances 2013.

En attendant le rapport Berger-Lefebvre

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a même enfoncé le clou en assurant, devant la commission des Finances du Sénat, que le gouvernement n'avait pas l'intention de modifier la fiscalité de ce produit, sauf à encourager éventuellement une détention plus longue qu'actuellement.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Pour autant, le gouvernement a confié, début octobre, aux députés PS Karine Berger (Hautes-Alpes) et Dominique Lefebvre (Val-d'Oise) un rapport sur l'épargne financière, qui doit servir de point d'appui à une future réforme. « Le gouvernement a l'intention de légiférer sur la question dans le cadre d'un projet de loi sur la compétitivité; laissons-lui donc le temps de finaliser son projet », a indiqué jeudi le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, lors des débats à l'Assemblée.