L'agence d'évaluation financière Fitch Ratings a abaissé lundi la perspective de la note des entreprises françaises d'assurance-vie de stable à négative, évoquant les défis auxquels est confronté ce secteur.

Cet abaissement de la perspective signifie que l'agence estime qu'une part importante des évaluations des sociétés proposant de l'assurance-vie pourrait être revue en baisse d'ici un à deux ans. « L'industrie française de l'assurance fait face à bon nombre de défis, qui ont été amplifiés par la crise financière », explique Fitch dans un communiqué.

Même si le secteur de l'assurance-vie a fait preuve d'une certaine résistance, sa politique de taux d'intérêt et son portefeuille d'activités « défavorable » vont continuer à pénaliser sa rentabilité et sa solvabilité. Fitch s'attend notamment à une nette baisse de la collecte en 2011-2012 en raison de primes plus faibles et de la hausse du nombre de contrats arrivant à expiration.

Les ventes de contrats en unités de compte (à capital non garanti), générateurs de marges élevées en France, sont par ailleurs menacés par la volatilité des marchés financiers. Fitch cite deux conditions pour réviser sa perspective: des taux d'intérêt plus élevés, qui pourraient permettre au secteur français de l'assurance-vie de reconstituer ses marges et d'augmenter ses profits, et une solvabilité « plus forte ».

Perspective stable sur le dommage

L'agence de notation franco-américaine a, à l'inverse, relevé lundi la perspective de l'assurance dommage française de négative à stable, jugeant que les conditions tarifaires et les demandes d'indemnisation avaient montré des signes d'amélioration. Aucun évènement climatique majeur n'a eu lieu et les demandes d'indemnisation dans l'automobile sont restées stables, souligne Fitch.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Néanmoins, la croissance des primes d'assurance est restée faible en 2010 et ce secteur est lui aussi confronté à des défis, pointe l'agence, qui évoque l'apparition d'offres à bas coût plus séduisantes pour les assurés à la recherche de produits d'assurance moins onéreux et plus simples. 

Fitch table pour les 12 à 24 mois qui viennent sur un retour des politiques tarifaires agressives, qui auraient un effet négatif sur la rentabilité du secteur. Elle prédit également un rôle toujours plus important de la bancassurance dans le domaine de l'assurance dommages en 2011, avec le développement d'une offre proposée par La Banque Postale.