L’année 2020 a (aussi) été chaotique sur les marchés financiers. Du krach boursier de février-mars à la remontée progressive des cours… Malgré la tempête, la fintech Yomoni, dont les portefeuilles sont basés sur une gestion « passive », affiche des performances positives sur tous ses mandats, en PEA et compte-titres comme en assurance vie.

Sébastien d’Ornano

Sébastien d’Ornano, président de Yomoni

Les performances des profils de Yomoni Vie vont de 2,8% à 7,6% en 2020, alors que le CAC 40 a baissé de 7%. Comment expliquez-vous ces chiffres honorables en temps de crise ?

Sébastien d’Ornano : « Les marchés ont bien rebondi suite à la chute de février-mars 2020. Nous récoltons là les résultats d’une ligne directrice : nous nous sommes tenus à notre discipline de gestion, sans à-coups et sans être guidés par l’émotion du moment. Nous avons une équipe de gestionnaires ‘‘seniors’’, qui ont déjà géré des portefeuilles financiers face à des crises : ils nous ont permis de ne pas céder à la panique. Par ailleurs, la gestion passive, reposant sur un large panel d’ETF [fonds indiciels, qui répliquent la performance d’indices, tels que le CAC 40 ou l’Euro Stoxx 50, NDLR] a un avantage face à de tels bouleversements : vous enlevez les biais psychologiques. Nous sommes donc restés focalisés sur le long terme, malgré la pression, d’autant que 70% de nos clients ont des projets d’épargne sur des durées supérieures à 10 ans. »

Performances 2020 sur l'assurance vie de Yomoni :

  • P2 : 2,8% en 2020 (2,6% par an depuis 2016)
  • P3 : 3,9% (3,1% par an sur 5 ans)
  • P4 : 4,8% (3,7% par an sur 5 ans)
  • P5 : 5,7% (4,2% par an sur 5 ans)
  • P6 : 6,5% (4,6% par an sur 5 ans)
  • P7 : 6,8% (5,5% par an sur 5 ans)
  • P8 : 7,1% (6,4% par an sur 5 ans)
  • P9 : 7,3% (6,9% par an sur 5 ans)
  • P10 : 7,6% (8,2% par an sur 5 ans)

Plus de détails sur l’assurance vie de Yomoni

Performances nettes de frais de gestion (avant toute fiscalité)

Vos clients vous ont-ils demandé de limiter les risques, à la fin de l’hiver dernier ?

S.d’O. : « Tout l’intérêt du mandat de gestion est de déléguer à des experts qui gardent la tête froide face aux évolutions des marchés. Beaucoup de clients nous ont demandé de limiter les risques. Nous avons répété que ce n’était pas le bon moment, ou qu’il était déjà trop tard… Plusieurs ont tout de même revu leur niveau de risque, en modifiant leur profil : 12% de nos clients, ce qui est très élevé par rapport aux dernières années. Mais, paradoxalement, 68% ont opté pour un profil plus risqué ! Nos équipes ont passé beaucoup de temps au téléphone au plus fort de la crise, en conseillant à nos clients de ne pas céder à la panique. »

L’Autorité des marchés financiers a constaté une forte hausse du nombre d’investisseurs boursiers en 2020, y compris sur les ETF. Constatez-vous aussi cette attirance nouvelle pour les actions et ETF ?

« Nous ne faisons pas de trading. Notre credo, c’est la diversification sur le long terme »

S.d’O. : « Il y a eu une forte vague d’investisseurs opportunistes en 2020. Nous sommes clairs de ce point de vue pour les nouveaux clients : nous ne sommes pas une plateforme de trading. Notre credo, c’est la diversification d’un portefeuille sur le long terme. Quant à l’intérêt grandissant pour les ETF, nous l’accueillons évidemment très favorablement : cela fait 5 ans que l’on milite pour les fonds indiciels, et l’on sent en effet que le regard évolue, y compris dans les médias. En Europe, quand on se penche sur les chiffres de progression de la gestion indicielle, nous avons 10 ans de retard sur les États-Unis… mais, au-delà de ce délai, la progression se fait au même rythme. »

Protégez votre compagnon grâce à notre comparateur d'assurances animaux
Vous proposez votre gestion pour de l’assurance vie, le compte-titre, le Plan d’épargne en actions (PEA) et plus récemment le Plan d’épargne retraite (PER) : quel produit a le plus de succès chez Yomoni ?

S.d’O. : « L’assurance vie représente toujours 75% de la collecte, et ce même si l’année 2020 n’a pas été favorable à l’assurance vie sur l’ensemble du marché. Notre offre ne repose pas sur le fonds en euros : la majorité de nos clients sont sur des profils 100% unités de compte [les profils P6 à P10, NDLR]. De nombreux clients sont attachés à l’enveloppe fiscale de l’assurance vie. Le PER fait un bon démarrage : nous en avons ouvert 1 500 sur la fin d’année 2020. »

Prévoyez-vous de lancer un nouveau produit en 2021 ?

« Nous voulons intégrer un filtre ESG à chacun de nos profils »

S.d’O. : « Nous proposons déjà les quatre enveloppes majeures : de ce point de vue, nous sommes complets, en comptant aussi l’assurance vie Yomoni Kids. En 2021, nous allons travailler sur les critères ESG [environnementaux, sociaux et de gouvernance, NDLR]. Nous voulons permettre d’intégrer un filtre ESG à chacun de nos profils, pour les épargnants qui souhaitent donner une dimension écologique ou durable à leur épargne. Nous cherchons surtout à trouver des manières de matérialiser l’ESG… »

Comment rendre concret cet investissement responsable ?

S.d’O. : « C’est la question essentielle, centrale. Les labels ne sont pas suffisants de ce point de vue. Nous allons tâcher de trouver un moyen de rendre concret les investissements : quelles sont les entreprises qui se cachent derrière les actions de chaque indice en portefeuille. »

Plus d'infos sur la gestion pilotée en assurance vie