A l’échelle de l’assurance vie, c’est une petite révolution ! Generali France compte imposer une double condition d’accès à ses fonds en euros : contraindre les épargnants à investir plus de la moitié de leurs versements sur des fonds risqués, et rétablir les frais d’entrée sur les fonds sécurisés.

« Aujourd’hui, les fonds en euros sont un produit de luxe ! » Cette punchline prononcée en 2016 par Sonia Fendler, à l’époque en charge de la clientèle patrimoniale de Generali France, trouve un véritable écho dans les annonces de l’assureur italien concernant le fonds en euros. Ce produit sécurisé, avec une garantie en capital à 100%, est le support « star » de l’assurance vie puisqu’il représente toujours plus de 70% de versements.

« Le monde du fonds euros roi est terminé ! »

« Le monde du fonds euros roi est terminé ! », tonne ce mercredi 25 septembre, dans Les Echos, Jean-Laurent Granier, PDG de Generali France. En cause : la conjoncture durable de taux bas. « Le modèle de la sécurité absolue, de la liquidité permanente, de la garantie totale et à tout instant du capital, qui est finalement une réplication du modèle du Livret A, est à bout de souffle. » Les dirigeants de Generali France cités par le quotidien expliquent vouloir favoriser les supports en unités de compte, sans garantie en capital, et l’eurocroissance, qui profite d’une garantie en capital partielle mais soumise à une durée de détention minimale. Generali France fait partie des assureurs moteurs au sujet de l’eurocroissance, en ayant intégré le fonds G Croissance 2014 progressivement à un large panel de contrats à partir de 2015.

Le PDG de Generali France poursuit l’offensive « anti fonds en euros » entamée par le vice-président du régulateur banque-assurance, l’ACPR, Bernard Delas. Ce dernier a appelé les assureurs à « renoncer aux produits en euros », le 10 septembre dans L’Argus de l’assurance, pour préserver leur équilibre financier.

Lire aussi : Devrez-vous bientôt renoncer au fonds en euros ?

Une importante baisse des rendements dès 2019

Toujours dans Les Echos, Hugues Aubry, membre du comité exécutif en charge du marché de l’épargne et de la gestion de patrimoine, annonce lui deux mesures « chocs » que l’assureur compte mettre en place pour limiter l’accès au fonds en euros : une contrainte de 60% d’investissement en unités de compte pour les nouveaux versements, et l’éventualité de nouveaux frais d’entrée sur les fonds en euros en 2020. Cette seconde mesure reste toutefois à l’état de réflexion selon Les Echos. Ces restrictions d’accès au fonds en euros et nouveaux frais concerneront-elles uniquement les nouveaux contrats ? Ou plus largement la majeure partie des détenteurs d’assurance vie auprès de Generali. Contacté, l’assureur n’a pas encore répondu à notre sollicitation.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Le PDG de Generali France, Jean-Laurent Granier annonce par ailleurs une baisse significative des rendements pour l'année 2019 : « Nous ne voulons pas donner l’illusion qu’il serait encore possible de servir un rendement à 1,50% pour un contrat en fonds euros alors que le taux sans risque est négatif. » Les principaux fonds en euros de Generali ont servi des rendements de 1,75% ou 1,65%, selon les gammes de contrats, au titre de l'année 2018.

Voir aussi la comparaison de contrats en ligne assurés par Generali