L’assurance-vie en ligne attire en premier lieu grâce aux frais réduits. Un sondage publié jeudi sur ce sujet montre que la rapidité de gestion ou les rendements élevés n’apparaissent que comme des critères secondaires.

« Ne pas avoir de contact avec un conseiller » : tel est le premier frein à la souscription d'une assurance-vie en ligne selon le sondage commandé par Assurancevie.com à l’institut Ipsos (1). Ainsi, pour 31% des Français intéressés par ce produit d'épargne, l’absence de contact et de conseil reste un frein pour se tourner vers un courtier ou une banque en ligne. Edouard Michot, président de ce courtier en ligne, reconnaît donc des « réticences » : « Si des épargnants veulent être autonomes dans la souscription de leur contrat, d’autres exprimeront toujours un besoin d’accompagnement. »

Parmi les sondés sensibles à la thématique assurance-vie, le contrat en ligne présente toutefois un atout, cité par 40% des personnes interrogées : « Le fait qu’il n’y ait aucun frais à l’entrée et que les frais de gestion annuels soient compétitifs. » La renommée éventuelle de la compagnie d’assurance gérant le contrat (30%), le rendement potentiellement élevé du fonds en euros (27%), la rapidité de gestion (27%) et l’autonomie des choix (25%) n’apparaissent que comme des atouts secondaires.

Investissez dans les PME françaises - 3 plateformes comparées

Le courtier a par ailleurs profité de ce sondage pour jauger sa notoriété. 8% des sondés, intéressés ou non par l’assurance-vie, affirment « connaître » Assurancevie.com, probablement grâce à sa marque évocatrice, contre 2% et 3% pour les courtiers Linxea et Mes-placements. Cependant, parmi les distributeurs d’assurance-vie en ligne, les banques Boursorama, Fortuneo et ING Direct profitent d’un taux de notoriété bien supérieur, autour de 40%.

(1) Sondage réalisé sur internet, du 29 avril au 3 mai 2016, par l’institut Ipsos pour Assurancevie.com, auprès de 2.126 Français de 18 à 75 ans, selon la méthode des quotas. Les questions sur l’attrait ou la réticence à l’assurance-vie en ligne ont été posée aux détenteurs d’assurance-vie ou « intentionnistes », soit 1.209 personnes.