L'assurance-vie en France a enregistré une collecte nette (versements supérieurs aux retraits) pour la quatrième fois d'affilée en octobre, de 400 millions d'euros, selon les chiffres publiés lundi par l'Association française de l'assurance (Afa).

L'assurance-vie, considérée comme le placement préféré des Français en termes de sommes placées, connaît un net regain d'intérêt depuis le début de l'année, profitant notamment de la baisse du taux du Livret A. Hormis juin, terminé sur une décollecte nette de 200 millions d'euros, les autres mois ont tous terminé dans le vert depuis janvier.

Sur les dix premiers mois de l'année, la collecte nette atteint désormais 11,6 milliards d'euros, a souligné l'Afa, qui regroupe les deux principales fédérations d'assureurs. En octobre, les cotisations (ou versements) ont atteint 10,2 milliards d'euros, en baisse de 5% sur un an, tandis que les prestations (ou rachats) ont augmenté de 6,5%, à 9,8 milliards d'euros, pour une collecte nette de 400 millions d'euros.

Un résultat moindre qu'en octobre 2012

Lors du même mois en 2012, l'assurance-vie avait enregistré une collecte nette de 1,4 milliard d'euros. Au total, 1.454,8 milliards d'euros étaient déposés sur des contrats d'assurance-vie en cette fin octobre 2013, montant en hausse de 5% sur un an.

A titre de comparaison, le Livret A a subi en octobre une décollecte de 1,44 milliard d'euros. Les assureurs estiment toutefois qu'il n'existe pas de concurrence entre ces deux placements.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Le gouvernement a présenté sa réforme de l'assurance-vie dans le cadre du projet de loi de finance rectificative, actuellement examiné par les sénateurs. Cette réforme introduit deux nouveaux contrats, dont l'euro-croissance, un « troisième pilier » de l'assurance-vie à mi-chemin entre unités de compte et fonds en euros. La réforme, globalement saluée par les assureurs, revoit également à la hausse la fiscalité en cas de transmission des très gros contrats, ceux de plus d'un million d'euros par bénéficiaire. Le taux du barème applicable devrait passer de 25% à 31,25%.