Des annonces de dernière minute sont tombées ce jeudi pour l’ouverture de la déclaration des revenus 2020. Et il y a des bonnes nouvelles pour les contribuables.

C’est parti. Depuis ce jeudi, il est possible de déclarer ses revenus 2020 et ce dans un délai maximal de 2 mois selon le département de résidence. Pour marquer ce coup d’envoi, Bruno Le Maire, ministre l’Economie, et Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes publics, ont fait un point presse pour détailler cette campagne 2021. Et il y a quelques surprises à la clef.

1. Un accompagnement renforcé

Contrainte sanitaire oblige, l'administration fiscale souhaite privilégier les échanges à distance avec les contribuables qui auront besoin d'aide pour faire leur déclaration. Un assistant virtuel est ainsi mis en place sur la page d’accueil de la messagerie dans l’espace sécurisée de l’usager sur impots.gouv.fr. Cet outil est en mesure de répondre aux questions simples afin d’orienter au mieux les utilisateurs. Mais ce n’est pas tout. Un numéro de téléphone unique a aussi été dévoilé (0809 401 401). « Les usagers auront un interlocuteur qui aura accès au dossier fiscal de l’usager et qui pourra si nécessaire le réorienter vers un interlocuteur idoine quand le niveau d’expertise le justifie », explique Olivier Dussopt. Malgré tout, les centres des finances publiques resteront ouverts avec des règles sanitaires renforcées et la prise de rendez-vous sera recommandée en cas de forte affluence.

2. Le « grand retour » de la déclaration papier

En théorie, déclarer ses revenus en ligne est obligatoire. Sauf que dans la pratique, c’est plus compliqué. Si vous n’avez pas accès à internet ou si vous vous sentez incapable de remplir le formulaire en ligne, il est possible d’opter pour la déclaration papier. Ce qu’ont fait 5 millions de foyers l’an dernier, bien moins qu’en 2019. Mais dans le contexte particulier de la crise sanitaire, la déclaration papier reprend de la vigueur.

« Nous avons décidé de maintenir l’envoi d’une déclaration papier pour les personnes qui n’ont déclaré qu’une seule fois en ligne auparavant. La période de pandémie a très certainement incité un certain nombre d’usagers, peut-être hésitants, à procéder à leur déclaration de façon numérique. Nous avons considéré que cette première déclaration numérique ne valait pas nécessairement adhésion définitive des usagers. C’est la raison pour laquelle nous attendons qu’il y ait deux déclarations en ligne consécutive pour retirer et supprimer l’envoie papier aux usagers concernés », souligne Olivier Dusspot. Résultat : sur un total de 38 millions de foyers fiscaux, 14,4 millions de déclarations sur papier vont être envoyées cette année , soit un nombre semblable à la quantité de formulaires en papier envoyée en 2020.

Qui peut échapper à la déclaration de revenus ?

Frais bancaires : jusqu'à 222 € d'économies grâce à notre comparateur

3. Souplesse du fisc en cas de difficultés de paiement

Dans un contexte économique très difficile pour de nombreux ménages frappés par une chute de leurs revenus, c’est le cas de 25% des Français, « des consignes de bienveillance et de grande attention » ont été adressées par le ministre aux agents du fisc. « Nous savons qu’un certain nombre de nos concitoyens sont durement touchés par la crise. Quand les situations sont difficiles, ils sont accompagnés par nos agents », indique Olivier Dussopt. Autre sujet de bienveillance de la part du fisc : l'amende de 15 euros par document exigible en cas de non respect de l'obligation de faire sa déclaration en ligne, sauf si on ne peut pas faire autrement. Là encore cette année, les inspecteurs feront preuve de mansuétude concernant cette disposition prévue par le bulletin officiel des finances publiques - impôts.

4. Des messages d’alerte pour éviter les erreurs

Les erreurs lors de la déclaration de revenus sont courantes et peuvent vous coûter cher. C’est pourquoi des messages d’alerte sont prévus pour les éviter. C’est le cas notamment pour la déclaration des personnes à charge, la déclaration des abattements pour les journalistes ou assistants maternels ou encore la demande de réduction d’impôts pour les enfants à charge qui poursuivent des études supérieures ou secondaires.

14 erreurs à éviter dans votre déclaration de revenus

Le fisc se montre aussi beaucoup plus vigilant sur la case 2OP qui permet de renoncer à la « flat tax » de 30% (12,80% d’impôt sur le revenu et 17,20% de cotisations sociales) sur les revenus de l’épargne. Avantageuse pour les ménages les plus aisés, cette flat tax ne l’est pas pour les ménages faiblement ou pas imposés. En 2019, plus de 8 millions de foyers fiscaux ont « manqué » une économie d’impôt en ne renonçant ainsi pas à la « flat tax ». Le surplus d’impôt payé dépassait 50 euros pour 1,6 million de contribuables !

Pour éviter qu’une telle mésaventure ne se reproduise, même si les contribuables lésés avaient pu récupérer le manque à gagner, le fisc à mis en place l’an dernier une information pour les usagers éligibles à l’imposition au barème. Le dispositif est maintenu cette année mais en plus, la case 2OP sera pré-cochée pour les usagers qui avaient fait ce choix en 2020 afin qu’ils ne l’oublient pas. Et si le dispositif ne leur est plus favorable, ils sont prévenus. Ce pré-cochage s'applique également à la déclaration papier.

Les 10 nouveautés qui vont simplifier votre déclaration de revenus