Comme promis mi-mars par la ministre de la transition écologique Barbara Pompili, l'État renforce MaPrimeRénov' en augmentant de 1 000 euros, à partir du 15 avril, les aides accordées pour l'installation d'un système de chauffage vertueux.

Mi-mars, la ministre Barbara Pompili annonçait que l'État allait « renforcer MaPrimeRénov' afin d'accélérer le remplacement de chaudières à énergie fossile par des solutions de chauffage renouvelable » comme « les pompes à chaleur y compris hybrides, ou les chaudières biomasses ».

« Le gouvernement a décidé d'augmenter de 1 000 euros à partir du 15 avril prochain et jusqu'à la fin de l'année 2022 les aides MaPrimeRénov' accordées pour l'installation d'un système de chauffage vertueux qui permet de sortir du gaz ou du fuel », peu importe la tranche de revenus concernée, et ainsi de réduire la dépendance du pays aux importations d'énergies fossiles, précisait encore la ministre de la Transition écologique.

Jusqu'à 140 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif des banques en ligne

Un arrêté du 7 avril vient encadrer cette promesse. Sont concernées, à partir du 15 avril, les chaudières à alimentation automatique et manuelle fonctionnant au bois ou autres biomasse, les équipements de production de chauffage fonctionnant à l'énergie solaire thermique et les pompes à chaleur géothermiques ou solarothermiques.

Immobilier : les rénovations à prévoir plombent le prix des passoires thermiques

À noter qu'à partir du 1er janvier 2023, les primes relatives à l'installation de « chaudières à très haute performance énergétique, à l'exception de celles utilisant le fioul comme source d'énergie » sont supprimées. Soit 1 200 euros de moins pour les ménages très modestes, et 800 euros pour les ménages modestes.

Le montant des primes à partir du 15 avril 2022 :

- chaudières à alimentation automatique fonctionnant au bois ou autres biomasse

Ménages très modestes : 11 000 euros au lieu de 10 000

Ménages modestes : 9 000 euros contre 8 000 actuellement

Ménages intermédiaires : 5 000 euros au lieu de 4 000

- chaudières à alimentation manuelle fonctionnant au bois ou autres biomasse

Ménages très modestes : 9 000 euros au lieu de 8 000

Ménages modestes : 7 500 euros au lieu de 6 500

Ménages intermédiaires : 4 000 euros au lieu 3 000

- équipements de production de chauffage fonctionnant à l'énergie solaire thermique

Ménages très modestes : 11 000 euros au lieu de 10 000

Ménages modestes : 9 000 euros au lieu de 8 000

Ménages intermédiaires : 5 000 euros au lieu de 4 000

- pompes à chaleur géothermiques ou solarothermiques

Ménages très modestes : 11 000 euros au lieu de 10 000

Ménages modestes : 9 000 euros au lieu de 8 000

Ménages intermédiaires : 5 000 euros au lieu de 4 000

- pompe à chaleur air/ eau

Ménages très modestes : 5 000 euros au lieu de 4 000

Ménages modestes : 4 000 euros au lieu de 3 000

Ménages intermédiaires : 3 000 euros au lieu de 2 000