Les performances annuelles des fonds d’investissement investis en actions ont lourdement chuté en janvier et février 2016, suivant la tendance des indices boursiers. Depuis, les marchés boursiers se sont relevés. Les statistiques de la Banque de France portant sur le mois de février permettent de mesurer la dégringolade.

+15% en octobre, +13,9% en novembre, toujours +9,9% en décembre puis la chute : -2,9% en janvier 2016 et donc -10,7% en février. Les dernières statistiques de la Banque de France portant sur « les performances des OPC » (1) permettent de mesurer à quel point les « fonds actions » ont été touchés par la chute des indices boursiers lors de cette période. Pas de panique, cette chute a depuis été enrayée. Supérieur à 4.900 points début décembre, le CAC40 est ainsi tombé sous les 4.000 points avant la mi-février, avant de remonter. Ces derniers jours, passée la mi-avril, l'indice a même dépassé le seuil des 4.500 points.

La dernière publication de la Banque de France permet donc probablement de chiffrer le « plus-bas » des performances moyennes des OPCVM. Parmi les fonds d’investissement en actions, les fonds indiciels, aussi appelés trackers ou ETF, ont subi la baisse la plus marquée, avec un rendement annuel de -16,2% en s’arrêtant au mois de février. Suivent les fonds investis en actions de pays de la zone euro (-10,4%), les actions UC et internationales (-9,8%) et les actions françaises (-7%).

Les fonds monétaires restent dans le vert

L’amplification, en février, de la baisse de la performance annuelle concerne « toutes les catégories » de fonds non monétaires, comme le souligne la Banque de France. Outre les fonds actions, les plus durement marqués, « les fonds diversifiés et les fonds d’épargne salariale enregistrent également un net repli de performance », passant respectivement de -2,6% en janvier à -5,6% en février et de +0,4% à -4,2%. L’évolution des fonds obligations est elle « légèrement négative (-0,7%) », sur un an, au mois de février.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 11 contrats comparés

Seule exception au tableau : la performance des fonds monétaires. Si elle reste extrêmement basse, comme c’était déjà le cas ces dernières années, elle se maintient en territoire positif, à +0,10% sur un an, contre +0,12% en janvier.

Lire aussi : Assurance-vie : comment réagir quand la bourse fait du yoyo ?

(1) La Banque de France indique choisir l’appellation OPC plutôt que OPCVM (organismes de placement collectif en valeurs mobilières), dénomination pourtant plus utilisée. Motif : « La directive européenne sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (…) conduit à modifier l’appellation OPCVM en OPC ». L'institution précise par ailleurs que rendements mentionnés s'entendent net de frais de gestion « mais avant déduction des éventuels frais d’entrée et de sortie ».