L'association UFC-Que Choisir qui consacre un dossier au compte formation cette semaine alerte les salariés : le mois de juin 2021 devrait voir fleurir les tentatives d'arnaques car la bascule finale entre ancien et nouveau système s'opère au plus tard à la fin de ce mois.

Noter sa formation comme un restaurant ? On peut désormais le faire pour les organismes présents sur la plate-forme du compte personnel de formation (CPF), rapporte Le Parisien ce vendredi. « Désormais, une note de 0 à 5 figure sous la fiche de la moitié des organismes présentés sur notre plateforme, soit 106 000 évaluations, qui couvrent un peu moins de 40 000 formations », explique Michel Yahiel, directeur des politiques sociales à la Caisse des dépôts, l'organisme qui soutient ce dispositif comparable à TripAdvisor.

« La moyenne générale est pour l’instant de 4,6/5 », à partir des notes laissées par d'anciens participants sur la base de cinq critères : la qualité de l’accueil des organismes de formation, la qualité du contenu, le niveau de l’équipe de la formation, les moyens matériels et pédagogiques mis à disposition et l’accompagnement.

Chaque année, le CPF, qui a remplacé le droit individuel à la formation (DIF), permet d’acquérir des droits à la formation utilisables tout au long de sa vie professionnelle. Ces droits, depuis le 1er janvier 2019, sont crédités automatiquement en euros, et non plus en heures, sur le compte des salariés par les employeurs, dans la limite d’un plafond de 5 000 euros.

Attention aux arnaques

Mais en plus d'améliorer les formations et le niveau d'informations des salariés interressés, le but de cette innovation est aussi de limiter les arnaques alors que des milliers d'euros ont pu être détournés. « Des organismes de formation peu scrupuleux utilisent des méthodes de démarchage illégales pour pousser à payer une formation professionnelle dans le cadre du CPF », dénonce l'association de consommateurs UFC-Que Choisir.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Une arnaque au CPF démarre souvent par un appel téléphonique où l’escroc fait valoir à la victime ses possibilités de droits à la formation et la pousse à s’inscrire à une formation. Entre 10 et 12 millions d’euros auraient été détournés de la sorte selon la Caisse des dépôts, qui a déposé 26 plaintes en justice.

UFC-Que Choisir conseille aussi de se méfier des semaines à venir : « ces tentatives devraient se multiplier d’ici au 30 juin prochain. À cette date, les salariés qui n’auront pas encore crédité leurs anciens Droits individuels à la formation (DIF) sur leur compte CPF (et qui peuvent ainsi récupérer 1 300 euros en moyenne), les perdront définitivement. Une échéance dont comptent bien profiter les escrocs qui misent sur l’urgence de la situation pour parvenir à leurs fins. ». En cas de doute, vous pouvez consulter les pages spécialement réalisées par Cybermalveillance.gouv.fr pour déjouer les arnaques.