La crise sanitaire du coronavirus a contraint Bercy à revoir le calendrier de la campagne annuelle de déclaration de revenus, en repoussant coup d’envoi et dates limites. Mais ce délai supplémentaire n’est pas le seul changement de la déclaration 2020 : zoom sur les 10 principales nouveautés, en commençant par une mesure qui va (peut-être) vous permettre d’échapper à la corvée…

1 – « Vérifier c’est déclarer » : la déclaration automatique

C’est LA grande nouveauté de l’année 2020, celle qui permettra (potentiellement) à « deux tiers » des foyers fiscaux de se soustraire à la corvée annuelle de la « déclaration d’impôts ». Si vous êtes éligible à cette toute nouvelle « déclaration automatique », ne pas compléter votre déclaration = valider les revenus préremplis. Elle sera proposée à tous les contribuables qui ont validé les revenus préremplis sans les modifier l’an passé, et qui n’ont signalé aucun changement de situation au fisc courant 2019.

Attention, cette nouveauté ne vous permet pas « d’oublier » de déclarer vos revenus : la déclaration reste obligatoire ! Mais le Code général des impôts dispose désormais qu’un contribuable ayant eu connaissance du « document spécifique » récapitulant ses revenus est désormais « réputé avoir souscrit la déclaration ». Plus concrètement, si et seulement si la Direction générale des Finances publiques (DGFiP) vous envoie un email (« vers le 20 avril ») vous prévenant de votre éligibilité à la déclaration automatique (nom de code « 2042K AUTO »), alors ne rien faire équivaut dans tous les cas à valider les revenus préremplis.

L’email que vous allez recevoir ne contiendra toutefois pas de document récapitulatif : pour en prendre connaissance, il faudra vous connecter à votre espace personnel sur impots.gouv.fr. Si vous ne vous connectez pas, vous validerez les revenus préremplis de façon tacite sans les avoir vérifiés : à vos risques et périls… La DGFiP vous invite donc fortement à vous connecter pour vérifier les données préremplies. Si elles sont exactes, il ne sera désormais plus nécessaire de valider la déclaration. Si elles sont incomplètes, il vous restera à compléter puis à valider la déclaration, comme d’habitude.

Déclaration papier : délai supplémentaire et format spécifique

Depuis 2019, la déclaration en ligne est obligatoire pour tous les foyers fiscaux, « sauf si vous ne disposez pas de connexion internet ou si vous ne vous estimez pas en mesure de le faire ». Par ailleurs, l’administration fiscale n’envoie désormais plus de déclaration préremplie en format papier : seuls ceux qui sont restés fidèles au papier en 2019 en recevront une.

Vous faites partie des derniers « déclarants papier » ? Vous pouvez, vous aussi, être concerné par la déclaration automatique. Dans ce cas, vous recevrez une déclaration dans un « format adapté » vous prévenant que vous êtes éligible à cette déclaration tacite. Si les informations préremplies sont exactes, vous n’aurez pas à renvoyer le courrier. S’il faut la corriger, vous aurez jusqu’au vendredi 12 juin pour renvoyer votre déclaration, le délai ayant été rallongé pour prendre en compte les difficultés liées à la crise du Covid-19.

Lire aussi : Quelle est la date limite pour remplir la déclaration de revenus dans votre département ?

2 – Prélèvement à la source : la retenue 2019 est préremplie

Le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu est en vigueur depuis le 1er janvier 2019. La déclaration 2020, qui porte sur les revenus 2019, est donc la première prenant en compte la retenue à la source en rythme de croisière. La rubrique (8 sur le formulaire papier) « Prélèvement à la source et divers » apparaît à la fin de la procédure. Elle intègre notamment l’avance de 60% sur les crédits et réductions d’impôts perçue en janvier dernier et, surtout, l’ensemble des sommes prélevées à la source courant 2019. Certaines cases de cette rubrique ne sont pas modifiables : elles apparaissent à titre indicatif et permettent de comprendre le calcul de l’impôt définitif. Le fisc vous précisera ainsi (de façon provisoire et indicative) s’il vous reste un solde à payer ou si vous pouvez espérer un remboursement en juillet prochain dans le cas où vous avez avancé trop d’argent au Trésor public.

3 - Les salaires déclarés sur Cesu et Pajemploi sont préremplis

Les salaires déclarés via les plateformes Cesu et Pajemploi, pour l’emploi à domicile et la garde d’enfants, sont désormais préremplis. Jusqu’à présent, ces montants étaient renseignés à titre indicatif, mais vous deviez les reporter dans les cases correspondantes : désormais, ils figurent par avance dans les cases dédiées, aussi bien pour les employeurs que pour les salariés.

Lire aussi : Crédit d'impôt : Cesu et Pajemploi vous facilitent désormais la déclaration

4 – Les revenus d’Airbnb ou Drivy (presque) préremplis

Si vous percevez des revenus provenant de l’économie « collaborative », via des plateformes telles qu’Airbnb, Abritel ou encore Drivy, la déclaration devrait cette année être (un peu) plus simple à remplir. Pour la première fois, les plateformes concernées devaient vous envoyer courant janvier 2020 un relevé de vos gains 2019, afin de vous faciliter la démarche. Les informations figurant dans ce relevé ont aussi été communiquées au Trésor public. Si vous avez perçu des revenus par ce biais, le fisc devrait vous le rappeler et vous inciter à compléter votre déclaration à l'aide de fiches explicatives dédiées. Mais attention, comme ces dernières années, seule une partie des revenus de l’économie collaborative sont à déclarer : tout dépend de leur nature.

Plus d’infos : Leboncoin, Airbnb, Blablacar, Uber : comment déclarer vos gains aux impôts

5 - Épargne : quelques changements, à la marge

Pour les épargnants, le « big bang » de la flat tax (ou prélèvement forfaitaire unique) est passé : la déclaration 2020 ressemble donc grandement au formulaire rempli en 2019 concernant l’ensemble des revenus de placement. A quelques exceptions près, pour des opérations bien spécifiques : un retrait anticipé réalisé en 2019 sur un Plan d’épargne en actions (PEA) intègre désormais les revenus de capitaux mobiliers soumis par défaut à la flat tax (12,8% d’impôt sur le revenu), tout comme les gains issus de la vente de crypto-actifs (bitcoin, etc.). La création du Plan d’épargne retraite (PER) et la fenêtre de transfert de l’assurance vie vers ce nouveau PER (avec un abattement spécifique à la clé) se concrétisent dans la déclaration par de nouvelles lignes spécifiques (2RA à 2RD). Pour vous simplifier la tâche, vous pouvez vous appuyer sur l’imprimé fiscal envoyé par votre banque, conseiller financier ou autre intermédiaire.

Plus d’infos : Imprimé fiscal unique (IFU) : pourquoi il faut y prêter attention

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

6 - Epargne retraite : le PER rejoint les Perp, Madelin, Prefon…

Les versements effectués sur les différents plans d’épargne retraite restent déductibles du revenu imposable : vous renseignez comme chaque année les dépôts effectués sur votre Perp, Madelin, etc. L’année 2019 est toutefois celle de la création du Plan d’épargne retraite (PER). Une ligne spécifique a été créée : attention, donc, à ne pas déclarer les versements effectués sur un PER entreprise ou sur un PER individuel à la même ligne que celle dédiée aux « anciens » produits d’épargne retraite.

Lire aussi : Plan d'épargne retraite : un piège sur les versements volontaires

7 - Indépendants, revenus fonciers : les « restes » de l’année blanche

Vous souvenez-vous du crédit d’impôt spécial « année blanche », le CIMR, qui permettait d’effacer les revenus « habituels » de l’année 2018 ? Ce crédit d’impôt éphémère n’existe plus pour une large majorité de contribuables. Mais des dispositifs anti-optimisation avaient été mis en place pour les travailleurs indépendants et chefs d’entreprise ainsi que pour les contribuables percevant des revenus fonciers. La déclaration des revenus 2019 est ainsi particulièrement importante pour les indépendants et chefs d’entreprise : ce crédit d’impôt a en effet été calculé de façon défavorable l’an passé, et il va être ajusté à la vue des revenus 2019, avec un impôt moindre à payer dans de nombreux cas.

Lire aussi : Impôts 2020 : une bonne nouvelle pour certains indépendants et chefs d'entreprise

8 – Prime Macron, heures sup’ : des nouveautés sans plus de démarches

Plusieurs mesures fiscales liées à la crise des Gilets jaunes se concrétisent maintenant dans la déclaration de revenus. C’est le cas de la « prime Macron », éventuellement versée par votre entreprise début 2019 : elle ne doit pas être déclarée, du moins si elle ne dépasse pas 1 000 euros et si votre rémunération ne dépasse pas le plafond prévu à l’époque. Concernant les heures supplémentaires partiellement défiscalisées, elles doivent elles bien être déclarées, puisqu’elles sont prises en compte dans le calcul du revenu fiscal de référence (RFR). Pas de panique : en théorie, tous ces revenus sont préremplis, le « revenu imposable » annuel figurant sur votre bulletin de salaire de décembre 2019 doit prendre en compte ces spécificités.

Baisse d’impôts pour les classes moyennes ? Déclaration 2021...

A l’image de la prime Macron, la baisse d'impôt sur le revenu pour les classes moyennes fait suite à la crise des Gilets jaunes. Elle passe par une refonte du barème fiscal, en vigueur depuis le 1er janvier 2020. Tous les contribuables figurant dans les tranches d’imposition à 14% (désormais à 11%) et 30% bénéficient d’une baisse d’impôt en 2020. Mais la déclaration de ce printemps 2020 porte sur les revenus 2019 : c'est l'ancien barème qui s'applique. Si vous faites parties des contribuables éligibles, vous profitez tout de même déjà de cette refonte fiscale – sans rien n’avoir réclamé – via le prélèvement à la source : le taux de prélèvement a dû diminuer début 2020.

9 - Notre-Dame de Paris : une réduction d’impôt spécifique

L’incendie ravageant la cathédrale de Notre-Dame de Paris, c’était il y a déjà un an. Le gouvernement ayant choisi de lancer une réduction d’impôt exceptionnelle (de 75% jusqu’à 1 000 euros de dons), une case spécifique (la 7UE) apparaît sur votre déclaration de revenus, spécifiquement pour les dons versés courant 2019 pour la restauration de la cathédrale.

Lire aussi : Comment déclarer les dons aux associations, aux pompiers, à Notre-Dame…

10 - Un logo droit à l’erreur

Si vous découvrez un « smiley » avec les yeux écarquillés lors de votre déclaration, c’est normal : ce nouveau logo illustre le « droit à l’erreur ». Il s’agit du logo du site officiel Oups.gouv.fr. Le fisc le fait apparaître lors de la procédure à l’occasion de « nouveaux contrôles » automatiques, destinés à vous éviter des erreurs déclaratives.