La hausse de taux du 1er février prochain n'y changera rien : le Livret A va rester incapable, en 2022, de neutraliser les effets délétères de l'inflation sur votre épargne. A l'inverse du LEP, qui a tout pour sortir de l'ombre. On vous explique pourquoi.

C'est une bonne nouvelle : le taux du Livret A va augmenter le 1er février prochain ! Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, l'a promis en début de semaine dernière, sans pour autant s'engager sur le futur taux. Selon toute vraisemblance, la rémunération, nette de prélèvements sociaux et fiscaux, du livret d'épargne préféré des Français — plus de 55 millions de comptes ouverts à la fin 2020 - devrait passer de 0,50% à 0,80%. C'est en tout cas le chiffre qui sortira de l'application de la formule mathématique conçue pour calculer ce taux. Selon le choix de l'exécutif, qui conserve le dernier mot en la matière, la hausse pourra, au choix, être ralentie ou accélérée.

Taux du Livret A : 3 scénarios pour une hausse

Une chose est sûre : ce coup de pouce ne suffira pas à ramener le rendement réel du Livret A en territoire positif. Le nouveau taux restera, en effet, bien inférieur à l'inflation, qui devrait atteindre les 2,1% en moyenne sur le 2e semestre 2021. En clair, la hausse des prix va continuer à grignoter le pouvoir d'achat de l'argent placé sur le Livret A. Et cela ne devrait pas changer à court terme : l'Insee, en charge de calculer l'indice des prix à la consommation, table désormais sur son maintien au-dessus des 2,6% au cours des six prochains mois.

Cette incapacité du Livret A, et avec lui du LLDS, à protéger l'épargne des Français de la hausse des prix, n'est pas une surprise. C'est même une conséquence directe de la réforme de la formule de calcul entrée en vigueur en février 2020. Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, en a profité pour supprimer ce qu'on appelait le « plancher inflation », c'est-à-dire l'obligation de fixer le taux du Livret A à un niveau au moins égal à celui de l'inflation. Désormais, un seul plancher subsiste, et il est fixe : 0,50%.

2,5 fois le Livret A, du jamais vu !

Un autre livret d'épargne, toutefois, a repris le flambeau : le Livret d'épargne populaire (LEP). Longtemps, la rémunération du LEP a été égale à celle du Livret A augmentée d'un demi-point. C'est d'ailleurs ce qui se passe actuellement : le LEP rapporte 1%, soit un demi-point de plus que le Livret A. Mais la réforme de février 2020 a introduit une autre référence : la moyenne semestrielle de l'inflation, qui fait désormais office de plancher de taux.

Concrètement, cela permet à la rémunération du LEP de s'écarter de celle du Livret A au-delà d'un demi-point sous certaines conditions. Or, ces conditions sont aujourd'hui réunies. Sauf volte-face du gouvernement, peu probable en période préélectorale, le taux du Livret d'épargne populaire devrait donc dépasser les 2% le 1er février prochain, probablement 2,1%. Soit, au moins, 2,5 fois celui du Livret A. Du jamais vu !

Pourquoi le LEP devrait rapporter 3 fois plus que le Livret A

Jusqu'à 15 millions de Français concernés

Avec un tel taux et un tel écart avec le Livret A, le LEP va changer de statut. A l'image du Plan Epargne Logement (PEL) qui, un temps, avait détrôné le Livret A dans le cœur des épargnants français, grâce à une rémunération nettement supérieure.

A 2,1% net, le LEP va se situer très haut dans la hiérarchie des taux, à mille lieux notamment des livrets d'épargne ordinaires, dont la rémunération moyenne est désormais inférieure à 0,10% brut. Son statut de meilleur choix possible pour placer son épargne de précaution va en sortir renforcé. Ce qui devrait achever de convaincre de nombreux épargnants de s'y intéresser.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Le LEP, en effet, est largement sous-utilisé. De fait, il n'est pas universel, contrairement au Livret A, mais réservé aux contribuables français peu imposés.

Plafond de Revenu fiscal de référence pour détenir un LEP en 2022
Parts de quotient familialFrance métropolitaineMartinique, Guadeloupe, La RéunionGuyaneMayotte
Première part20 016 €23 687 €24 763 €37 113 €
Majoration pour la première demi-part supplémentaire+ 5 345 €+ 5 658 €+ 6 817 €+ 10 212 €
Majoration pour les demi-parts supplémentaires suivantes+ 5 345 €+ 5 345 €+ 8 007 €
Soit pour 2 parts fiscales (couple marié ou pacsé, personne isolée avec un enfant, personne seule avec 2 enfants)30 706 €34 690 €36 925 €55 322€

Cette limite explique en partie le peu d'intérêt qui lui est porté. Actuellement, seuls 7 millions de Français en détiennent un. Son potentiel est bien supérieur : selon la Banque de France, le nombre de bénéficiaires potentiels s'approche des 15 millions. Ce qui signifie que 8 millions de Français supplémentaires vont pouvoir profiter de ce taux hyper intéressant.

Le LEP beaucoup plus facile d'accès

Vous en faites partie ? Bonne nouvelle : il y a de grandes chances que votre banque distribue le LEP. C'est le cas de 113 enseignes, sur les 129 recensées par MoneyVox. Seules les banques en ligne et les banques privées font l'impasse.

Pourtant, les banques ont, historiquement, peu mis en avant le produit, pour une raison simple : sa gestion est chronophage. Le LEP nécessite en effet, à l'ouverture puis chaque année, de vérifier l'éligibilité des épargnants. Jusqu'ici, cette vérification se faisait manuellement : le détenteur devait présenter chaque année son avis d'imposition, et le conseiller vérifier si la condition de revenus était remplie. On a vu plus pratique.

Heureusement, ce n'est plus le cas depuis cette année. Cette vérification est désormais automatisée, les banques pouvant interroger directement l'administration fiscale. Résultat : avec un taux qui va s'envoler et un accès simplifié, les planètes s'alignent pour faire du LEP le hit du début 2022.

Banques moins chères : le classement