L’année 2014 a confirmé la tendance déjà constatée en 2013 : l’assurance-vie draine la majeure partie de l’épargne des Français, et supplante de plus en plus nettement l’épargne bancaire. Si les épargnants continuent de bouder les titres financiers, selon l’AMF, les actions cotées attirent elles à nouveau.

L’Autorité des marchés financiers a fait un « focus » sur l’évolution des placements des Français depuis 2007 dans sa dernière lettre de l’Observatoire de l’épargne, en se basant notamment sur des données Banque de France (1). Premier constat : le flux annuel de placements des ménages poursuit son érosion, à 74 milliards d’euros en 2014 contre 76 milliards en 2013.

Le focus de l’AMF permet surtout de mettre en évidence l’évolution des arbitrages des Français entre assurance-vie, épargne bancaire et titres financiers. A ce niveau, l’année 2014 a confirmé la tendance 2013 : poids croissant de l’assurance-vie, désaffection des Français pour les titres financiers (2) et faible attrait pour les produits bancaires. Pour ces derniers, les versements ont été réalisés « essentiellement en épargne-logement et… en comptes à vue ». Si l'on élude les flux vers les comptes courants, l'assurance-vie a ainsi réalisé en 2014 une collecte nette environ cinq fois supérieure à celle des produits d'épargne bancaire.

Les actions cotées séduisent à nouveau

L’AMF développe logiquement l’aspect titres financiers : si les flux ont été négatifs (-3 milliards), cette famille a surtout été plombée par les obligations (-11 milliards) et les placements collectifs (-9 milliards). En revanche, en 2014, « pour la première fois depuis 2011, les placements directs en actions cotées ont été positifs (6,4 milliards) ».

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 11 contrats comparés

Au global, les titres financiers (2) peinent à séduire ces dernières années : ils ont enregistré une décollecte de 76 milliards en cumulé depuis 2007. En parallèle, les seules actions non cotées ont attiré 118 milliards sur la même période, l’assurance-vie a réalisé une collecte de 424 milliards, et les dépôts bancaires de 313 milliards.

(1) Baromètre trimestriel de l’épargne des ménages de la Banque de France.

(2) Hors actions non cotées.