psa

Livret A à 0,50% : combien allez-vous perdre ?

Des pièces sur un Livret A
© Unclesam - Fotolia.com

Le taux du Livret A, gelé à 0,75% depuis le 1er août 2015, sera ramené, le 1er février prochain, à 0,50%, son plancher réglementaire. Quel manque à gagner cela représentera-t-il pour vous, par rapport au rendement actuel ? Nous avons testé plusieurs scénarios, selon l’usage que vous faites de votre Livret A.

Le suspense a pris fin. Le gouvernement vient d'annoncer mercredi soir que taux du Livret A va passer à 0,50% au 1er février, un nouveau plus bas historique, et même un plancher : dans la formule de calcul réformée, il ne peut en effet pas aller plus bas.

Il aurait été « irresponsable et incohérent » de maintenir ce taux à 0,75% par rapport à « notre politique de diversification des placements » et aux « milliers de Français qui attendent un logement social », a expliqué le ministre de l'Economie dans un entretien au Parisien. « Ce chiffre tient compte des taux d'intérêt bas et du niveau de l'inflation », défend également Bruno Le Maire, qui a suivi les recommandations du gouverneur de la Banque de France, publiées peu avant la communication du ministre.

Symboliquement, il s’agit d’un nouveau coup dur pour des épargnants, qui subissent aussi actuellement de fortes baisses de rendement sur la plupart des fonds euros des contrats d’assurance vie. Mais concrètement, combien risquez-vous de perdre ? Nous avons comparé le manque à gagner attendu en 2020 pour différents niveaux de solde, en partant sur l’hypothèse suivante : un rendement de 0,75% sur un mois, en janvier, puis une baisse à 0,50% à compter du 1er février et d’un maintien de ce niveau sur 11 mois, jusqu’à la fin 2020.

Livret A moyen : 11 euros d’intérêts en moins

4 800 euros : c’était, fin 2018, le solde moyen d’un Livret A, selon les derniers chiffres publiés par l’Observatoire de l’épargne réglementée de la Banque de France. A cette date, 82% des Français détenaient un Livret A, soit un total de 55 millions de comptes. Le montant total placé sur le produit dépassait 263 milliards d’euros.

En 2019, ce livret moyen a ainsi rapporté à son titulaire 36 euros d’intérêts, nets de prélèvements fiscaux et sociaux. Avec une baisse du taux à 0,50% à partir du 1er février, il rapporterait 25 euros en 2020, soit une perte de 11 euros.

Le Livret A comme quasi-compte courant : 35 centimes en moins

Cet encours de 4 800 euros est toutefois loin de concerner tous les Livrets A. Fin 2018, 40% d’entre eux, soit 22 millions, affichaient un encours inférieur à 150 euros, et 59% inférieur à 1 500 euros. Il s’agit pour une part de comptes dormants, inutilisés ou oubliés. Leur nombre, toutefois, a été largement réduit depuis l’entrée en vigueur de la loi Eckert sur les comptes bancaires inactifs.

Mais l’essentiel de ces « petits » Livrets A sont en fait des quasi-comptes courants, utilisés par leurs titulaires, souvent des exclus du paysage bancaire, pour régler leurs dépenses du quotidien. C’est en particulier le cas à La Banque Postale qui, en vertu de la mission d’accessibilité bancaire confiée par l’Etat, permet d’utiliser son Livret A pour domicilier des prélèvements ou de le débiter à l’aide de chèques de banque.

Pour ces usagers dont la thésaurisation n’est pas l’objectif premier, l’impact d’une éventuelle baisse du taux du Livret A sera très limité. Un Livret A affichant un solde de 150 euros tout au long de l’année 2019 aurait ainsi rapporté 1,12 euro d’intérêts nets. En 2020, dans le scénario retenu, ce même Livret A rapporterait 0,77 euro, soit 35 centimes d’euros en moins. Un manque à gagner négligeable, même pour des titulaires souvent en grandes difficultés financières.

Le Livret A pour l’épargne de précaution : 15 euros en moins

Pour une autre catégorie d’usagers, le Livret A est le support privilégié d’une épargne de précaution, une réserve d’argent disponible en cas de dépenses urgentes ou de coup de dur. Les spécialistes de la gestion budgétaire conseillent ainsi en général de placer l’équivalent de 3 mois de salaire sur un livret bancaire : au-delà, mieux vaut diversifier ses placements vers des supports un peu moins disponibles mais un peu plus rémunérateurs, notamment vers l’assurance vie.

Quel sera votre manque à gagner si vous faites partie de cette catégorie de titulaires ? Tout dépend évidemment de vos revenus. Selon l’Insee, le salarié moyen dans le privé gagnait 2 238 euros nets par mois en 2016. En bon gestionnaire, il lui faut donc mettre de côté environ 6 700 euros sur son Livret A pour parer les coups durs. En 2019, un Livret A affichant en permanence un tel solde a rapporté 50,25 euros d’intérêts nets. En 2020, ce montant pourrait passer, dans notre scénario, à 34,90 euros, soit une baisse de 15,35 euros.

Le Livret A comme placement : 53 euros en moins

Certains titulaires, enfin, utilisent le Livret A comme un placement à part entière. Il s’agit en général d’épargnants aisés, qui possèdent d’autres produits d’épargne, mais veulent profiter à plein des avantages du Livret A : capital garanti, disponibilité immédiate, exonérations de taxes.

En 2018, 20% des Livrets A concentraient ainsi 80% des encours. Parmi eux, 6% dépassaient même, grâce aux intérêts capitalisés au fil des années, le plafond réglementaire de versement de 22 950 euros. Quel serait l’impact d’une baisse de taux pour ces livrets au plafond ? En 2019, un compte affichant en permanence un solde de 22 950 euros a rapporté 172,12 euros d’intérêts nets. En 2020, ce montant passerait, en cas de baisse à 0,50%, à 119,52 euros, soit une baisse de 52,6 euros. Si, comme c’est le cas dans certaines familles, votre conjoint et vos enfants détiennent également un Livret A au plafond, le manque à gagner pourra donc atteindre plusieurs centaines d’euros.

Le LDDS, le LEP et le CEL entraînés dans la chute ?

Pour les ménages possédant d’importantes liquidités, l’impact sera d’autant plus important que le taux du Livret A, entraîne dans sa chute d’autres produits d’épargne réglementée auxquels ils peuvent avoir aussi recours. Notamment le Livret de développement durable et solidaire (LDDS), dont la rémunération est alignée sur lui et passera donc également à 0,50%.

Le taux du Livret d’épargne populaire (LEP), 1,25% actuellement, est lui aussi indexé sur le Livret A, égal au taux de ce dernier augmenté d’un demi-point. Il risque de baisser à 1%. C'est ce que souhaite la Banque de France.

Le taux du Compte Epargne Logement (CEL), 0,50% actuellement, est lui égal au 2/3 du taux de Livret A, arrondi au 1/4 point le plus proche. Il devrait donc baisser d’un quart de point, à 0,25%. Pas celui du Plan Epargne Logement, 1% actuellement, en revanche, puisqu’il est indépendant du Livret A.

A consulter : les taux indicateurs des livrets bancaires

(1) Institut national de la statistique et des études économiques

Partager cet article :

© MoneyVox / VM / Janvier 2020

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 17 janvier 2020 à 15h00 - #1raz le bol

au lieu de toujours fragiliser le peuple, qu'ils aillent piocher sur les dividendes du CAC40, mais cela c'est contraire à la thématique de M LEMAIRE > grand economiste, n'est ce pas?????

Trouvez-vous ce commentaire utile ?02
Publié le 17 janvier 2020 à 16h13 - #2Pat 51

Il faut comparer ce qui est comparable.la prise de risque n’est pas la même ! Demandez à ceux qui ont souscrit il y a près de 20 ans à la privatisation de France telecom s’ils ont gagné de l’argent avec un dividende égal ou supérieur à 5% !

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 17 janvier 2020 à 18h04 - #3€nzo
  • Homme
  • Paris

Et toujours cette manie de nous culpabiliser "des milliers de Français qui attendent un logement social", c'est sûr que c'est la faute de nous pauvres épargnant du livret A. Vivement 2022 pour que la bande Macron dégage.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?02
Publié le 18 janvier 2020 à 21h39 - #4Newton
  • Lille

"Il n'y a au un interet à placer de l'argent sur un livret A" on est sur une autre planète : les frais bancaires sont tres tres superieurs au moindre dividende , les banques vous menace.t même d'une amende si vous ne declarez pas votre nro fiscal de resident alors que c'est facultatif !!! Gagnez un peu plus du salaire de reference ( le minimim ) et on vous "écrème" allègrement le petit surplus , travaillez parce que vous avez une petite retraite insuffisante et aussitôt ( par un savant calcul ) la retaite est amputée calcul savant : si vous gagnez plus que le montant de la retraite ! ) ....donc on a déjà beaucoup de mal à épargner et rien ne nous y incite...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 19 janvier 2020 à 00h00 - #5Djack
  • Homme
  • Essonnes

@Pat51...
...à propos de votre commentaire : "Il faut comparer ce qui est comparable.la prise de risque n’est pas la même ! Demandez à ceux qui ont souscrit il y a près de 20 ans à la privatisation de France telecom s’ils ont gagné de l’argent avec un dividende égal ou supérieur à 5% !"
Sans généraliser pour le cas "France Télécom", je peux vous répondre que oui ... mais il fallait savoir revendre ses actions à temps:
Le cours de la première tranche de privatisation en 1997 était de 27€70, et de la seconde en 1998 à 59€. En Mars 2000, l'action cotait +150€ et est monté ensuite jusqu'à 219€ ... avant de plonger.
Je peux vous répondre que oui, on pouvait gagner de l'argent, à condition de ne pas croire que les "arbres montent au ciel", et de sortir dès qu'une PV raisonnable a été réalisée (et je vous parle en connaissance de cause ;-) )

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20

Ajouter un commentaire