C'est la grande nouveauté fiscale de l'année 2022 : plus de 4 millions de particuliers employeurs vont pouvoir réclamer l'avance immédiate de crédit d'impôt. Et ce dès aujourd'hui, vendredi 28 janvier, ou dès avril, selon les cas. Mode d'emploi.

Le crédit d'impôt emploi à domicile, ou crédit d'impôts services à la personne, vous connaissez ? Si vous faites appel à une entreprise de ménage, de soutien scolaire, d'aide aux personnes âgées, ou si vous employez directement – via le chèque emploi service universel, Cesu – un jardinier, vous connaissez forcément ce crédit d'impôt. Car l'avantage fiscal est loin d'être négligeable : 50% de vos dépenses liées à un emploi à domicile sont remboursées par le fisc. Et ce en crédit d'impôt : à la différence d'une réduction d'impôt, tous les contribuables en profitent, qu'ils soient imposables ou non.

Problème : actuellement, un an s'écoule entre le moment où vous réglez le salaire de votre employé à domicile (où réglez la facture de l'entreprise ou association prestataire) et le moment où vous touchez le crédit d'impôt. Promise, réclamée par les professionnels du secteur, et à l'étude de longue date, « l'avance immédiate de crédit d'impôt » voit réellement le jour en 2022 à compter de ce vendredi 28 janvier.

Après une phase d'expérimentation, le crédit d'impôt « immédiat » ou mensualisé se généralise, pour l'emploi à domicile, en deux temps : les particuliers employeurs d'abord, les clients des entreprises et associations de service à la personne ensuite.

Ménage, jardinage... Vaut-il mieux employer un salarié en direct ou passer par un prestataire ?

Janvier 2022 : Cesu, mais à quelle condition ?

La première phase est lancée, pour les particuliers employeurs qui salarient directement – ou via un mandataire associatif - un employé à domicile. Les particuliers peuvent activer et utiliser ce service à partir de ce vendredi. « Nous vous confirmons que le service est bien ouvert aujourd'hui. La date du 28 correspond à la période de déclaration habituelle pour les particuliers employeurs », explique l'Urssaf à MoneyVox. Mais qui peut profiter de ce nouveau service ? Et comment ?

Déjà, il faut remplir une condition sine qua none, cochée par une minorité de particuliers employeurs à ce jour : adhérer à Cesu+. Au 1er janvier 2022, sur environ 2 millions de particuliers employant un salarié via le Cesu, 400 000 utilisateurs y ont adhéré selon l'Urssaf. Le « Cesu plus » est un service récent qui automatise le règlement des cotisations sociales : l'Urssaf prélève directement le salaire brut (avec les cotisations sociales) sur le compte du particulier employeur, puis verse le salaire net (cotisations déduites) au salarié à domicile. L'avance immédiate de crédit d'impôt ajoute une couche supplémentaire d'automatisation au Cesu+. Information cruciale : l'activation du Cesu+ se fait en accord avec votre salarié à domicile. Pour la paie de ce mois-ci, il faut activer Cesu+ avant le 31 janvier.

Exemple. Vous déclarez 500 euros de salaire net pour un emploi à domicile. L'Urssaf y ajoute 250 euros de cotisations sociales. Grâce à l'avance immédiate de crédit d'impôt, le salaire brut de 750 euros est divisé par deux : l'Urssaf ne prélève que 375 euros sur votre compte et verse 500 euros de salaire net à l'employé à domicile.

Cesu crédit impot

Exemple fourni par l'Urssaf.

Où activer l'avance immédiate ? Si vous avez déjà adhéré à Cesu+, rendez-vous désormais sur votre tableau de bord sur la plateforme Cesu : à la rubrique « mon avantage fiscal », suivez la procédure indiquée en cliquant sur le bouton « Activer l'avance immédiate de crédit d'impôt ». Tout particulier employeur adhérant à Cesu+ pourra activer l'avance immédiate pour le salaire de janvier, c'est-à-dire une activité en janvier payée fin janvier ou début février. Seule exception : les bénéficiaires APA ou PCH qui devront patienter quelques mois (voir ci-dessous).

Avril 2022 : sur les factures des entreprises et associations... avec réduction automatique ?

La deuxième phase de l'avance immédiate de crédit d'impôt sera pour le deuxième trimestre : elle concerne toutes les factures de services à la personne – ouvrant habituellement droit à crédit d'impôt - réglées à des entreprises ou associations prestataires. 1,8 million de clients ! Là, la mise en œuvre apparaît pour l'heure plus floue que pour les utilisateurs du Cesu : « Nous travaillons avec l'Urssaf pour une application de l'avance immédiate pour les prestations d'avril 2022, payées en mai », précise d'emblée Antoine Grézaud, directeur général de la Fédération du service aux particuliers (Fesp).

La facture sera-t-elle d'office divisée par deux ? Ou faudra-t-il un accord préalable du client ? Car la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2022, qui ancre ce mécanisme dans le marbre, est claire : le versement immédiat du crédit d'impôt restera optionnel.

Il serait question d'une facture réduite d'office, avec un délai de 48h laissé au client pour renoncer à cette avance immédiate de crédit d'impôt... Antoine Grézaud ne confirme pas, soulignant que de nombreux questions pratiques restent à éclaircir avec l'Urssaf, qui centralise les échanges avec la Direction générale des finances publiques (DGFiP).

Investissez dans la Bourse au meilleur prix ! 7 offres comparées

Le directeur général de la Fesp estime que la facture sera effectivement réduite par deux dès le mois de mai pour tous les nouveaux clients, l'accord étant évidemment plus facile à ficeler à la signature d'un contrat. En revanche, pour les 1,8 million de clients actuels, Antoine Grézaud avoue ne pas savoir à quel rythme s'opérera la bascule. En cause : la plateforme informatique permettant l'automatisation de ce crédit d'impôt pour les prestataires reste à finaliser avec les Urssaf, lesquels gèrent actuellement l'avance immédiate pour le Cesu...

« On [les prestataires, NDLR] voudrait appeler nos clients courant mars pour les prévenir qu'ils vont pouvoir profiter du crédit d'impôt immédiat », affirme Antoine Grézaud, qui insiste sur l'intérêt marketing de cette avance fiscale pour les prestataires. Car ces entreprises pourront proposer plus de services à leurs clients grâce à une facture réduite. « Mais il faudra pour cela avoir de la visibilité sur la mise en place effective, d'un point de vue technique. » La mise en place sera peut-être plus lente qu'attendue... Rendez-vous à la fin du 1er trimestre.

Pajemploi, APA, PCH... Le calendrier « lointain » de l'avance immédiate

Le déploiement de cette avance immédiate de crédit d'impôt sera progressif. Un calendrier précis a été voté par le Parlement via la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2022. Une double première phase en 2022 : Cesu+ puis les entreprises et associations prestataires, comme expliqué ci-dessus.

Deuxième phase en 2023 : « une extension progressive aux prestations donnant lieu à une prise en charge au titre de l'Allocation personnalisée à l'autonomie (APA) ou à la Prestation de compensation du handicap (PCH) sera envisageable à compter de 2023, en fonction de l'avancée de l'expérimentation [concernant ce public, NDLR] », comme l'explique le gouvernement dans l'exposé de la loi.

Enfin, dans 2 ans : « Une extension à l'activité de garde d'enfants pourra enfin être envisagée à compter de 2024, le temps de procéder à la rénovation préalable de la plateforme Pajemploi. »

Attention : à ne pas confondre avec l'avance de la mi-janvier

Oui, l'administration aurait pu éviter d'utiliser le même terme (« l'avance ») pour deux dispositifs. Il n'empêche. Voici deux dispositifs qui n'ont rien à voir... et qui vont coexister en 2022. L'avance immédiate décrite ci-dessus est une réduction instantanée : une avance fiscale sur des dépenses effectuées en 2022.

Le virement bancaire de la DGFiP que près de 9 millions de foyers vont toucher le 17 janvier est, lui, une avance sur les réductions et crédits d'impôt que vous devriez toucher à l'été 2022 suite à la déclaration du printemps 2022. Bref une avance fiscale sur un avantage prévu en 2022 sur la base de dépenses estimées pour 2021.

Un même nom, deux dispositifs différents, pour deux calendriers totalement distincts.

Crédit et réduction d'impôt : pourquoi je n'ai pas reçu l'avance espérée ?