Les prix des carburants ont augmenté en France ces derniers jours pour se rapprocher de la barre des 2 euros le litre. Dans le même temps, seuls 3 millions de personnes sur les 10 millions éligibles ont réclamé la prime carburant proposée par le gouvernement.

Le gouvernement bat le rappel des troupes alors que les prix à la pompe remontent. « Seulement » 3 millions de personnes sur 10 millions potentiels ont réclamé la prime carburant de 100 euros mise en place par le gouvernement au 1er janvier 2023 », a indiqué le ministre de l'Economie Bruno Le Maire sur Europe 1. « Sept millions peuvent encore la demander, a insisté le numéro 2 du gouvernement. Le système est extrêmement simple, je n'ai eu aucun retour négatif de ceux qui sont allés s'inscrire sur le site de la Direction générale des finances publiques mais il y a des personnes qui ne viennent pas solliciter cette aide, je leur dis d'aller le faire, c'est un soutien au pouvoir d'achat. »

Comment demander l'aide de 100 euros ?

Pour demander cette aide qui a remplacé la réduction directe à la pompe, il faut remplir un formulaire mis en ligne sur le site impots.gouv.fr.

Pour la réclamer, vous aurez besoin de votre numéro fiscal et du numéro de la plaque d'immatriculation du véhicule conduit. Il faudra ensuite remplir une « déclaration sur l'honneur » indiquant avoir besoin de votre voiture pour aller au travail.

Les 100 euros seront alors versés par la direction générale des finances publiques (DGFiP) sur le compte en banque sous 8 jours, et à partir du 27 janvier pour les premiers dossiers traités par les services des impôts.

Qui peut en bénéficier ?

Les contribuables établis en France métropolitaine, à Mayotte, en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique et à La Réunion, et imposables en France au titre de l'année 2021. Les demandeurs doivent avoir au moins 16 ans au 31 décembre 2021 et avoir déclaré, au titre des revenus 2021, un revenu d'activité dans l'une des rubriques suivantes de la déclaration de revenus :

  • ensemble des traitements et salaires et revenus assimilés (hors chômage et préretraite) ;
  • bénéfices industriels et commerciaux (BIC) micro-entrepreneurs ou professionnels ;
  • bénéfices non commerciaux (BNC) micro-entrepreneurs ou professionnels ;
  • bénéfices agricoles (BA).
Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

Quelles sont les conditions de revenus ?

Les ménages situés dans « les cinq premiers déciles » de revenus, soit un revenu fiscal de référence inférieur (RFR) à 14 700 euros en 2021 pour chaque part fiscale de votre foyer. C'est-à-dire précisément 14 700 euros de RFR annuel pour un célibataire, 29 400 euros de RFR pour un couple sans enfant, 36 750 euros pour un couple avec un enfant, etc.

Prime carburant : « J'ai un salaire de 1 314,39 euros par mois, puis-je la toucher ? »

A titre indicatif, le gouvernement a livré les seuils suivants pour donner un ordre d'idée des revenus éligibles à cette aide.

Pour pouvoir réclamer l'indemnité carburant 2023, il faut gagner moins de...
Composition du foyerSalaire net mensuel maximum, par foyer
Personne seule

1 314 €

Couple avec 1 enfant

3 285 €

Femme seule avec 2 enfants

3 285 €

Couple avec 2 enfants

3 941 €

Couple avec 3 enfants

5 255 €

Source : gouvernement. Seuils correspondant au 5ème décile de l'année 2021 (revenu fiscal de référence par part inférieur à 14 700 euros).
Précision de Matignon : « Supposant que le salaire correspondant est le seul de revenu du foyer. S'il y a deux actifs, il s'agit de leurs revenus cumulés. »

Quel véhicule est éligible à la prime ?

La demande doit être formulée au titre d'un véhicule à 2, 3 ou 4 roues, thermique et/ou électrique, utilisé à des fins professionnelles incluant les trajets entre le domicile et le travail, et régulièrement assuré à la date de la demande. Sont toutefois exclus les quadricycles lourds à moteur, les véhicules agricoles, les poids lourds et les véhicules de fonction ou de service.

Le prix de l'essence frôle les 2 euros le litre

Les prix des carburants ont augmenté en France ces derniers jours, selon des chiffres publiés lundi par le gouvernement, pour se rapprocher de la barre des 2 euros le litre. Le gazole s'est vendu au prix moyen de 1,9162 euro le litre, l'essence sans plomb 95 a augmenté pour sa part de 4,36 centimes, pour un prix affiché de 1,9008 euro en moyenne, et le SP95-E10 était en hausse de 3,83 centimes, vendu à un prix moyen national de 1,8748 euro le litre.