La CLCV a engagé une action de groupe contre Cdiscount Energie et GreenYellow pour que leurs clients, forcés de changer de contrat de gaz, reçoivent une indemnisation à hauteur du préjudice subi. Le premier fournisseur doit cesser son activité dans trois semaines mais 30 000 clients n'ont pas encore changé de fournisseur.

L'association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) a lancé une action de groupe contre deux fournisseurs alternatifs de gaz : Cdiscount Energie et GreenYellow. Les deux entités, qui appartiennent au groupe Casino, se voient reprocher en pleine période de crise énergétique de pousser depuis deux mois les clients qui ont souscrit à leur offre à prix fixe pendant deux ans - « Cdiscount Energie Fixe 2 ans » - à résilier leur contrat. Ces fournisseurs avaient déjà été assignés en justice début janvier par la CLCV.

Ces contrats dits « bloqués » ne sont pas soumis aux fluctuations du marché et protégent les consommateurs de factures parfois complètement folles. Ils sont aussi très néfastes pour les comptes des fournisseurs alors que Cdiscount Energie souhaite stopper son activité le 6 avril prochain. Or, à date, 30 000 clients sont encore chez eux avec un contrat fixe de deux ans. Une situation qui rappelle celle de Leclerc Energies en septembre dernier où 150 000 clients avaient dû trouver une solution en urgence.

Un geste commercial de 100 euros

« Depuis le début de l'année, des équipes dédiées démarchent tous ces clients, dénonce François Carlier, le délégué général de la CLCV dans les colonnes du Parisien. Le but de ces manœuvres, que nous estimons trompeuses et agressives, est de les inciter à résilier leur contrat de manière anticipée, en échange d'un geste commercial », entre 50 et 100 euros mais jugé insuffisant par rapport aux prix actuels du marché. L'action de groupe vise donc à obtenir une « juste réparation », explique l'association dans un communiqué. Sollicités par MoneyVox, Cdiscount Energie et GreenYellow n'ont pas encore donné suite.

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

Si vous avez des difficultés à payer vos factures, pensez à demander au fournisseur de pouvoir l'étaler. Il pourra aussi vérifier si le contrat est adapté et voir votre éventuelle éligibilité au chèque énergie. Services sociaux, Caf, associations caricatives avec des fonds dédiés sont aussi listés sur le site du Médiateur de l'énergie pour aider les foyers dans le besoin.

La protection des TRV

Dans la situation actuelle, où l'incertitude énergétique est renforcée par le conflit militaire en Ukraine, il faut se méfier des changements contraints de contrats, avec souvent une hausse importante de la facture. Si vous êtes client des tarifs réglementés du gaz ou que votre contrat est indexé sur eux, vous êtes « tranquille » en 2022. Pour rappel, le gouvernement a décidé de geler les prix du gaz jusqu'à la fin 2022 afin de préserver le pouvoir d'achat des particuliers, quand les prévisions tablaient sur des augmentations moyennes comprises entre 10 et 20%, chaque mois.

Et si jamais votre facture vous semble trop élevée au regard de votre consommation, pensez à faire une réclamation auprès du fournisseur d'énergie.

Electricité et gaz : faut-il modifier son contrat avant 2023 ?

L'action de groupe, autorisée depuis 2014, reste en rare en France. Récemment des commerçants ont attaqué les émetteurs de tickets restau via une une action en indemnisation collective.

ENERGIE : ECONOMISEz