Le groupe Indexia, qui commercialise notamment des services pour assurer des téléphones et des ordinateurs, sera prochainement jugé pour pratiques commerciales trompeuses après avoir écopé d'une amende de 10 millions d'euros en 2019...

Pour la cinquième année consécutive, les Cactus de la consommation sont décernés par la rédaction de 60 Millions de consommateurs. Le but ? Piquer là où ça fait mal les entreprises dont les pratiques contestables n'ont pas ménagé la vie de leurs clients. Et cette année encore, le groupe Indexia qui commercialise des services pour assurer des téléphones et des ordinateurs ainsi que des abonnements pour obtenir des réductions après achat (cashback) est cloué au piloris.

La condamnation pour pratiques trompeuses en 2018 et la lourde amende de 10 millions d'euros en 2019, n'ont pas refroidi le groupe Indexia (avec ses sociétés Sfam, Foriou, Hubside, Celside, Cyrana et Serena). 60 Millions de consommateurs explique que l'entreprise est dans le viseur de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) après de nombreuses plaintes.

Des demandes clients rarement prises en compte

Une nouvelle enquête, dont les conclusions ont été transmises à la procureure du tribunal judiciaire de Paris, s'est s'achevée cet été et justifie ce Cactus 2022 : « Lorsque des abonnés, pas toujours consentants à des prestations (d'assurance ou de location), souhaitent faire cesser des prélèvements, résilier leur abonnement ou se faire rembourser les sommes prélevées après résiliation, on leur fait faussement croire que leurs demandes sont prises en compte, voire effectives... alors qu'il n'en est rien », concluent les enquêteurs.

A la suite de plaintes similaires, l'autorité belge des services et marchés financiers a interdit le 2 mars à la filiale belge de la SFAM, « Switch », de commercialiser ses produits d'assurance sur le territoire.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 100 € par an grâce à notre comparateur en ligne

Les assurances affinitaires, en particulier celles couvrant les smartphones, devront être présentées de façon plus transparente désormais. Surtout, le délai de rétractation a été allongé et ne peut plus être effacé par une période de gratuité. Les assurances affinitaires pèsent entre 2 à 3 milliards d'euros en France en 2020 selon les chiffres de la Fédération du secteur (FG2A).