Bonne nouvelle : le taux de rémunération du PEL, le Plan épargne logement, est désormais de 2% depuis le 1er janvier, contre 1% jusqu'ici. Mais avez-vous vraiment intérêt à en ouvrir un ? Voire même à fermer votre PEL pour en ouvrir un au nouveau taux de 2% ? Pas toujours. Tout dépend de votre situation. Explications.

2% bruts, soit 1,40% net de flat tax. C'est le taux des nouveaux plans épargne logement (PEL) ouverts depuis le 1er janvier 2023. Bloqué à 1% depuis 6 ans et demi, le taux du PEL a bénéficié de la hausse des taux monétaires, utilisés comme référence dans la formule de calcul.

PEL : quel taux pour le plan épargne logement en 2023 ?

Evidemment, ce doublement du rendement d'un des produits d'épargne les plus populaires change la donne sur le marché de l'épargne. A 2%, le PEL retrouve, mécaniquement, un peu de l'attractivité qu'il a perdu après la chute de son taux à 1% en août 2016, suivie de la fiscalisation de ses intérêts et de la disparition de la prime d'Etat, en janvier 2018.

En tant que produit d'épargne, en tout cas, car dans le même temps, le nouveau taux du prêt PEL s'enchérit lui aussi, à 3,20%, s'éloignant des standards actuels du marché du crédit... alors que l'ancien plan à 1% permettait de décrocher un prêt immobilier ou travaux à 2,20%. Un taux d'emprunt bloqué qui pourrait, a contrario, ressembler à une aubaine dans quelques mois si les taux immobiliers poursuivent leur remontée.

Plan épargne logement : qui a droit à ce taux de 2,20% pour un prêt PEL ?

Vous faites partie de celles et ceux qui s'interrogent sur l'opportunité d'ouvrir un PEL en 2023, voire de clore votre PEL actuel pour en rouvrir un ? Soyons clair : l'affaire n'est pas simple ! Voici de quoi vous aider à trancher, en évitant de perdre plus que ce que vous espériez gagner.

Que faire... si vous n'avez pas de PEL ?

Vous aviez choisi, jusqu'ici, de ne pas ouvrir de PEL ? Difficile de vous blâmer. A 1%, il n'avait plus aucun intérêt en tant que produit d'épargne. Non seulement sa rémunération était largement inférieure à celle du Livret A, mais elle a également été dépassée par celle du compte épargne logement (CEL), ce qui était sans précédent.

Quant au « prêt PEL », accessible après au moins 3 années d'effort d'épargne, son taux de 2,20% commençait à peine à redevenir compétitif, à la faveur de la remontée générale des taux immobiliers. Nous y reviendrons. Finalement, son seul point fort était son plafond de versement (61 200 euros), bien plus élevé que celui du Livret A (22 950 euros).

Sans faire du PEL une martingale, le doublement à venir de son taux de rémunération change la donne. « A 2%, il redevient intéressant pour ceux qui n'en détiennent pas », analyse l'économiste Philippe Crevel, du Cercle de l'Epargne. « Plus d'ailleurs pour le côté logement que pour le côté épargne. »

« A 2%, il redevient intéressant pour ceux qui n'en détiennent pas »

Côté épargne, le PEL 2023 à 2%, sans atteindre des sommets, retrouve un rendement acceptable pour un produit de moyen terme. D'autant que ce taux est fixe, et donc garanti dans le temps : de quoi offrir une certaine tranquillité d'esprit dans une conjoncture économique plus qu'incertaine.

Côté crédit, ce nouveau PEL mieux rémunéré permet de générer plus de droits à prêt, puisque ces derniers sont indexés sur le montant des intérêts capitalisés dans le temps. Certes, à 3,20%, le taux de ce “prêt PEL” n'est aujourd'hui pas concurrentiel. Mais, au rythme auquel les taux du marché remontent actuellement, il devrait, tôt ou tard, le redevenir.

Pour Philippe Crevel, le PEL 2023 retrouve ainsi « sa vocation première » : celle d'un produit précieux dans la préparation d'un projet immobilier à moyen terme. Une vision à laquelle souscrit pleinement Patrick Cuvilliers, chef du crédit immobilier chez LCL. Philippe Crevel insiste : « Le PEL impose une discipline d'épargne, qui permet de se constituer un apport dans un premier temps, puis d'assumer les mensualités du crédit une fois propriétaires ».

Or bénéficier d'un bon apport devient de plus en plus important pour espérer décrocher un crédit. Au moment de choisir de prêter, ou non, les banques se montrent de plus en plus attentives à ce critère. Dans ce contexte, le plafond actuel de versement (61 200 euros) est même un peu faible, rapporté aux prix de l'immobilier. « Pour que le PEL redevienne vraiment attractif, ce plafond pourrait être revu à la hausse, à 150 000 euros par exemple », estime Philippe Crevel.

Verdict : pourquoi pas

Si vous avez un projet immobilier à moyen terme (plus de 4 ans), le PEL 2023 redevient un produit d'épargne à considérer. Il reste moins bien rémunéré que le Livret A dont le taux passe à 3% au 1er février, mais il bénéficie d'un plafond de versement plus élevé, et donc plus adapté à la constitution d'un apport digne de ce nom. Par ces contraintes, il vous impose aussi une discipline d'épargne de plus en plus indispensable pour devenir propriétaire. Il a enfin l'avantage de la lisibilité : son taux de rémunération est fixe et garanti pour toute sa durée de vie, comme le taux du prêt dont vous pourrez bénéficier à terme. Cela le rend plus simple et rassurant, par exemple, que l'assurance vie.

Que faire... si vous en avez déjà un ?

Vous avez déjà un PEL ? Impossible de dresser un conseil général, comme le confirme Patrick Cuvilliers, de LCL. Pour l'épargne logement, aussi bien pour l'aspect rémunération que crédit, « c'est toujours du cas par cas » : « Le taux des PEL a évolué plusieurs fois au fil des années ce qui génère de nombreux cas de figure ». Revue d'effectif des PEL existants...

« C'est toujours du cas par cas »

Si vous l'avez ouvert depuis janvier 2018

Soyons clair : si vous avez ouvert un PEL après le 1er janvier 2018, votre placement n'a rien d'une aubaine. Depuis l'entrée en vigueur de la flat tax (12,8% d'impôt sur le revenu + 17,2% de cotisations sociales), le plan épargne logement est soumis à l'impôt dès sa première année d'existence, alors qu'il profitait jusque-là d'une exonération de 12 ans. Pire : la prime d'Etat, accessible jusqu'à présent en cas d'obtention d'un prêt PEL, a été supprimée pour toute cette génération de plans.

Dans ces conditions, certains peuvent être tentés de clore leur PEL existant à 1% pour en ouvrir un nouveau à 2% en 2023. Une stratégie envisageable, avec toutefois une subtilité à anticiper : si vous fermez votre plan moins de 2 ans après son ouverture, les intérêts seront recalculés au taux du compte épargne logement. Une règle en théorie défavorable... qui est de façon très inhabituelle favorable à l'heure actuelle, puisque le CEL est rémunéré 1,25% brut (soit 0,88% net après flat tax). Attention : indexé sur le Livret A, le taux du CEL va remonter à 2% au 1er février. Si vous choisissez de clore votre PEL ouvert récemment pour en ouvrir un nouveau, autant attendre février... pour que les intérêts de votre PEL à clôturer soient recalculés au taux de 2% (soit 1,40% net).

Verdict : fermer pour rouvrir ? Les PEL existants sont les moins intéressants. Le fermer pour en ouvrir un nouveau est une option à étudier.

Quelle fiscalité pour les intérêts 2022 de mon PEL ?
Plan ouvert...

Cotisations sociales (17,2%)

Impôt sur le revenu (12,8%)

Total prélevé sur vos intérêts 2022

... après 2018

30%

... entre 2011 et 2017

17,2%

... avant 2011

30%

Attention aux quiproquos : pour simplifier, nous citons l'année 2011 mais c'est bien le « cap des 12 ans » du PEL qui le soumet à l'impôt sur le revenu. Cette année, en 2022, les PEL ouverts en 2011 ne sont pas encore fiscalisés, mais il le seront en partie l'an prochain.

Plan épargne logement : quand vais-je payer des impôts ?

Si vous l'avez ouvert depuis août 2016

Tout dépend de comment vous comptez utiliser votre PEL. Côté épargne, soyons clair, l'intérêt est faible : 1% brut, certes exonéré d'impôt sur le revenu pendant 12 ans mais tout de même soumis aux cotisations sociales. Soit 0,83% net chaque année. Il existe plus attractif sur le marché de l'épargne.

Côté crédit, en revanche, ce prêt PEL à 2,20% retrouve des couleurs. Non seulement ce taux d'emprunt maximum redevient compétitif, et pourrait l'être encore plus dans quelques mois ou années, mais il ouvre droit à la prime d'Etat. Potentiellement 1 000 euros voire 1 525 euros maximum en cas de logement « vert » : ces montants restent toutefois des plafonds, le montant de la prime d'Etat étant calculé en fonction des intérêts perçus lors de la phase d'épargne.

Verdict : à conserver pour le prêt PEL et la prime d'Etat ? A conserver si vous avez un projet immobilier ou travaux à court voire moyen terme, afin de profiter d'un prêt PEL à 2,20% et de la prime d'Etat.

Plan épargne logement : puis-je à nouveau décrocher la prime de 1 000 euros ?

Si vous l'avez ouvert début 2016

Une génération de transition... Les PEL ouverts entre le 1er février 2016 et le 31 juillet 2016 sont rémunérés 1,50% brut (soit 1,24% net de cotisations sociales) et ouvrent droit à un taux de prêt épargne logement de 2,70%, avec à la clé la perspective d'une possible prime d'Etat. Tout dépend de votre projet...

Verdict : un pari pour un prêt PEL ? A ce jour, un taux d'emprunt de 2,70% pour le prêt épargne logement est élevé, d'autant qu'il faut y ajouter le coût de l'assurance emprunteur. Le taux d'épargne étant modeste, converser ce PEL est un pari à moyen terme, si les taux immobiliers remontent.

Si vous l'avez ouvert en 2015

Une autre génération de transition mais plus intéressante du point de vue de l'épargne : les plans ouverts de février 2015 jusqu'à janvier 2016 sont rémunérés 2%. Bonnet blanc et blanc bonnet avec les nouveaux PEL 2023 ? Non ! Les PEL de 2015 disposent de deux atouts supplémentaires : les intérêts sont exonérés d'impôt sur le revenu pendant 12 ans (donc jusqu'en 2027), ce qui donne un taux net de cotisations sociales d'environ 1,66%, plus intéressant que les nouveaux PEL ! Second atout supplémentaire : la perspective d'une prime d'Etat, si jamais les taux d'emprunt remontent et que la prespective d'une prêt PEL à 3,20% s'éclaircit.

Verdict : plus intéressant que les nouveaux PEL. Fermer ce PEL à 2% exonéré d'impôt pour rouvrir un PEL à 2% version 2023 n'est pas opportun.

Si vous l'avez ouvert avant le 1er février 2015

Votre PEL est rémunéré à 2,50% bruts, et les intérêts sont pour l'heure encore exonérés d'impôt sur le revenu. Soit 2,07% nets. Même si le taux du Livret A va remonter à 3%, cette génération de PEL reste une opportunité rare pour un placement sans risque.

Quid du prêt PEL ? A 4,20%, le taux reste très élevé... et la perspective de la prime d'Etat très lointaine.

Verdict : plus intéressant que les nouveaux PEL. Circulez, rien de neuf.

Si vous l'avez ouvert avant le 1er mars 2011

2,50% bruts. Mais la plupart de ces plans ont dépassé les 12 ans d'existence. Un anniversaire synonyme d'impôt sur le revenu. Après flat tax, ces PEL sont donc rémunérés 1,75%.

Tous les plans ouverts avant mars 2011 ont toutefois un atout inestimable : vous pouvez garder votre PEL aussi longtemps que vous le souhaitez. Une aubaine.

Verdict : à conserver. Vous faites partie des « chanceux » qui disposent d'un PEL rémunéré 2,50% bruts, soit 1,75% net... sans aucune date de péremption. Sauf besoin d'argent à court terme, casser votre PEL n'est évidemment pas dans votre intérêt.

Plan épargne logement : ma banque peut-elle clôturer mon PEL sans mon accord ?

Si vous l'avez ouvert avant 2003

Votre PEL est hors catégorie. Le taux brut navigue dans les 3%, 4% voire plus. Imbattable pour un placement à capital garanti.

Verdict : un « trésor ». Débloquer un vieux PEL qui vous rapporte chaque année plus de 3% après impôt et cotisations sociales n'est évidemment pas dans votre intérêt. Sauf si vous avez besoin de cette épargne.

Comment les banques espèrent casser le taux de votre vieux PEL