Maintenu à 1% net au 1er février sur décision gouvernementale, le Livret A est à l’abri pour un temps de la conjoncture de taux bas, qui touche en revanche de plein fouet les livrets d’épargne fiscalisés. Toutefois, une poignée d’entre eux, distribués par les banques en ligne ou spécialistes du crédit, continuent à tenir la dragée haute à l’épargne réglementée. Quels sont ces livrets qui rapportent plus que le Livret A ? Qui sont les contribuables qui ont intérêt à en profiter ? Analyse.

C’est une affaire apparemment entendue : rémunéré 1% net depuis le 1er août 2014, le Livret A (comme son proche cousin, le Livret de développement durable) aurait perdu tout intérêt pour les épargnants. La preuve ? Ils s’en sont assez massivement détournés en 2014, avec une décollecte nette cumulée de 6,14 milliards d’euros pour les deux produits. L’heure est au PEL et à l’assurance-vie en euros, qui affichent en effet des rendements supérieurs (2% brut depuis le 1er février pour le premier ; 2,5% brut, en moyenne en 2014, pour la seconde). Ces deux produits ont toutefois un inconvénient, majeur pour certains : ils ne permettent pas toujours de disposer facilement, immédiatement et sans pénalités de son épargne.

L’autre alternative, ce sont les comptes épargne fiscalisés, ces « livrets B » présents au catalogue de toutes les enseignes bancaires. Problème : eux aussi subissent la conjoncture, plus encore même que l’épargne réglementée. Ainsi, alors que le gouvernement a choisi de maintenir le taux du Livret A à 1% net (alors qu’il aurait normalement dû chuter à 0,25% au 1er février) au nom de la protection du pouvoir d’achat des ménages, le rendement moyen des livrets ordinaires décroît de mois en mois, pour atteindre 0,96% brut en décembre 2014 (derniers chiffres Banque de France disponibles).

Il s’agit bien, toutefois, d’un rendement moyen. Certains produits, en effet, restent assez largement au-dessus de ce chiffre. Après avoir fait le tour du marché, nous avons ainsi sélectionné, parmi les comptes distribués par des banques couvrant l’ensemble du territoire national, les 7 produits qui affichaient au 1er février 2015 les meilleurs taux de base (1) :

Les banques traditionnelles hors jeu

Tous, on le constate, sont distribués soit par des banques 100% en ligne (Hello Bank, Fortuneo, etc.), soit par des spécialistes du crédit à la consommation (PSA Banque, RCI Banque, Cetelem). Les comptes sur livret des grands réseaux, eux, sont hors-jeu : aucun ne dépasse les 0,90% brut, et certains ne rapportent plus actuellement que 0,50% (au Crédit Agricole et à la Banque Postale notamment).

Tous les livrets de notre sélection ont en commun d’afficher des rémunérations supérieures aux 1% du Livret A. Toutefois, il s’agit de taux bruts, avant impact des prélèvements sociaux et de l’impôt sur le revenu, lorsque celui du Livret A est un taux net. Ainsi, pour déterminer les rendements nets de toute fiscalité de ces « super-livrets » et pouvoir les comparer au Livret A, il faut d’abord leur retrancher 15,5%, le taux global de prélèvements sociaux en vigueur depuis le 1er juillet 2012, dont une partie (à hauteur de 5,1%) est ensuite déductible. Ce taux net dépend ensuite de votre taux marginal d’imposition (TMI) et donc de vos revenus par part fiscale, comme détaillé dans le tableau ci-dessous. Ces tranches d’imposition, il faut le rappeler, ont été assez largement revues en 2015, avec la suppression de la première tranche à 5,5%, un abaissement de l'entrée dans la tranche à 14% et une modification du calcul de la décote qui présente des effets induits. Nous y reviendrons.

Tableau des TMI - Impôt 2015 sur les revenus de 2014
Revenu par partTaux marginal d'imposition (TMI)
Jusqu'à 9.690 €0%
de 9.690 à 26.764 €14%
de 26.764 à 71.754 €30%
de 71.754 à 151.956 €41%
Plus de 151.956 €45%
Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Tranches supérieures : l’épargne réglementée s’impose

Vous faites partie des 4,8 millions de foyers (2) émargeant dans les tranches supérieures de l’impôt sur le revenu (30%, 41%, 45%) ? La question de l’arbitrage entre épargne réglementée et livrets fiscalisés ne se pose vraiment pas pour vous. Seuls les livrets Hello Bank (1,12% net) et Distingo (1,01% net) présentent un léger intérêt, et uniquement pour les « TMI à 30% ». Dans les autres cas, le rendement net est systématiquement inférieur aux 1% du Livret A, comme le détaille le tableau ci-dessous (en gras, les taux nets supérieurs à 1%).

Rendement net au 1er février 2015 - TMI de 30%, 41% et 45%
LivretsTaux brutTMI de 30%TMI de 41%TMI de 45%
Livret Hello2%1,12%0,91%0,84%
Livret Distingo1,80%1,01%0,82%0,75%
Livret Zesto1,50%0,84%0,68%0,63%
Compte Epargne Cetelem1,30%0,73%0,59%0,54%
Livret + de Fortuneo (*)1,25%0,70%0,57%0,52%

La meilleure stratégie, pour ces catégories de contribuables, est donc de garnir au maximum Livret A (dont le plafond de dépôts est de 22.950 euros) et LDD (12.000 euros) - un par membre du foyer, le cas échéant - avant de s’orienter pour le surplus vers les super-livrets.

A moins, toutefois, de toucher moins de 2.000 euros d’intérêts annuels, ce qui permet d'opter pour l’acompte libératoire de 24%. Dans ce cas de figure en effet, les livrets Hello Bank et Distingo, encore eux, présentent un intérêt avec des rémunérations nettes respectives de 1,21% et 1,09% (voir le tableau ci-dessous).

Tranches à 0 et 14% : des super-livrets à regarder de plus près

Qu’en est-il des tranches à 0 et 14%, qui représentent, il faut le rappeler, la très grande majorité des foyers fiscaux français ? Si vous faites partie des contribuables non imposés, les rendements nets des livrets de notre sélection sont systématiquement plus intéressants que le Livret A, parfois nettement (1,69% pour le Livret Hello Bank, 1,52% pour Distingo). Ce qui, en passant, confirme que l’épargne réglementée n'est pas forcément aussi « populaire » que les pouvoirs publics aiment à le rappeler.

Le constat est plus ambivalent si vos revenus sont taxés à 14%. Pour cette tranche, la plus importante en nombre de contribuables (14,5 millions en 2014, soit 41% des foyers fiscaux), le Compte Epargne Cetelem et le Livret + de Fortuneo descendent sous la barre des 1%, comme le montre le tableau ci-dessous.

Rendement net au 1er février 2015 - TMI de 0% et 14% - Taux forfaitaire de 24%
LivretsTaux brutTMI de 0%TMI de 14%Imposition
forfaitaire
Livret Hello2%1,69%1,42%1,21%
Livret Distingo1,80%1,52%1,28%1,09%
Livret Zesto1,50%1,27%1,07%0,91%
Compte Epargne Cetelem1,30%1,10%0,93%0,79%
Livret + de Fortuneo (*)1,25%1,06%0,89%0,76%

Pour certains contribuables s’ajoute une autre problématique : celle de la décote. Ce mécanisme complexe, qui permet d’alléger la facture des plus modestes, n’est pas exempt d’effets pervers. Pour les contribuables qui en bénéficient, tout revenu supplémentaire (par exemple des intérêts de livrets) augmente les impôts et diminue d'autant le montant de cette décote. Ce qui revient à appliquer deux fois la tranche à 14% sur ces gains, créant ainsi un taux marginal intermédiaire de 28%. Conséquence : les bénéficiaires de la décote sont taxés sur ces sommes à peu de choses près comme les contribuables ayant un TMI de 30%. Dans ce cas précis, il peut même être plus rentable, si le montant de vos intérêts (moins de 2.000 euros) vous y autorise, à opter pour l'acompte libératoire à 24%. Ou, de manière plus simple et plus prudente, à privilégier les livrets d'épargne réglementée !

Lire aussi : Fiscalité 2015 : comment la décote brise la progressivité de l'impôt

(*) Les Compte sur Livret Boursorama et Livret d’épargne Monabanq rapportent eux aussi 1,25%.

(1) Ces produits ont aussi en commun de faire profiter leurs nouveaux clients d’offres promotionnelles, sous la forme de taux bonifiés sur quelques mois ou de primes, voire parfois les deux.

(2) Selon les statistiques de la Direction de la législation fiscale, la tranche à 30% concernait en 2014 4,4 millions de contribuables, celle à 41% 355.000 et celle à 45% 60.600.