Bercy a lancé des vérifications concernant la présence ou non de résidents fiscaux français parmi les personnes épinglées dans les Pandora papers, a indiqué mardi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'AFP, disant ne pas pouvoir se prononcer sur ce sujet à ce stade.

« Nous ne pouvons pas confirmer pour le moment la présence de résidents fiscaux » français a indiqué le ministre dans une déclaration transmise à l'AFP.

« Si des résidents fiscaux français devaient être impliqués dans des schémas d'optimisation abusifs, la direction générale des finances publiques, à ma demande, engagerait sans aucun délai des démarches nécessaires en lien avec la justice pour récupérer toutes les sommes dues », a encore affirmé Bruno Le Maire.

« L'exemplarité fiscale est la clé de voute de la confiance dans les institutions », a conclu Bruno Le Maire, se disant « choqué » par les révélations des Pandora papers.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

600 Français mentionnés dans l'enquête

Les révélations Pandora papers, qui s'appuient sur quelque 11,9 millions de documents provenant de 14 sociétés de services financiers, ont mis au jour plus de 29 000 sociétés offshore.

L'opacité entourant ces sociétés situées dans des pays ou territoires à la fiscalité très avantageuses peut être utilisée afin de dissimuler des actifs financiers et de frauder l'administration fiscale.

Selon le journal Le Monde, 600 Français apparaissent dans l'enquête des Pandora papers. Or ces derniers peuvent être résident fiscaux d'autres pays, à l'instar de Dominique Strauss-Kahn, qui affirme être résident marocain depuis 2013.

« Ce que nous en savons à ce stade relève de ce qui a été révélé dans la presse », mais « nous avons donné consigne à la Direction générale des finances publiques d'exploiter et d'analyser chaque information rendue publique », a précisé le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt, interrogé mardi lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Abritel et Airbnb épinglés par la répression des fraudes

200 millions d'euros de pénalités en 2016

Les documents révélés dans les Pandora papers surviennent dans le sillage d'une série d'affaires mises au jour par le réseau international de journalistes ICIJ, parmi lesquels les Offshore leaks, Panama papers ou encore les China leaks.

A la suite des révélations des Panama Papers en 2016, « ce sont 257 cas (de Français) qui ont été redressés ou judiciarisés, plus de 200 millions d'euros de pénalités ou de redressements qui ont été adressés », a indiqué mardi Olivier Dussopt, y voyant « la démonstration » de l'engagement de l'administration fiscale et du gouvernement à lutter contre la fraude.