Le don, facile, rapide et sans engagement : c’est la promesse du micro-don. Cette nouvelle forme de solidarité, popularisée par des start-ups, suscite un engouement croissant en France.

Dans la lignée des célèbres opérations « pièces jaunes », le micro-don repose sur un principe simple : soutenir une œuvre de charité en faisant un don de quelques centimes. Peut-être l’avez-vous déjà croisé, au moment de votre passage en caisse, sous sa forme la plus populaire : l’arrondi solidaire. Son principe : juste avant de taper votre code de carte bancaire, un message apparaît sur le terminal de paiement électronique et vous propose d’arrondir le montant de votre transaction à l’euro supérieur. Ces centimes d’écart sont alors automatiquement reversés à une association partenaire.

Une goutte d'eau de plus en plus grosse

A l’origine du déploiement du dispositif en France, se trouve l’entreprise solidaire microDON. D’après elle, ces petites contributions auraient permis d’amasser quelque 8 millions d’euros en 2020. Un chiffre en hausse de 15% par rapport à 2019, et ce, malgré la crise sanitaire. La grande distribution s’impose aujourd’hui comme le principal moteur de croissance du micro-don. Mais d’autres formes de micro-dons se glissent peu à peu dans votre quotidien.

L’entreprise microDON propose par exemple – en partenariat avec les enseignes BNP Paribas et Hello bank ! – l’arrondi sur relevé bancaire. Chaque mois, les quelques centimes du solde de votre compte (plus un petit montant fixe à partir de 1 euro) sont automatiquement reversés à l’association de votre choix. Concrètement, imaginons qu'à la fin du mois votre solde soit de 542,87 euros. 87 centimes + 1 euro, soit 1,87 euro est alors reversé à l'association ou à la fondation que vous souhaitez soutenir.

Sur le même principe, dans certaines entreprises, comme Saint-Gobain, Accenture, Air Liquide ou encore de la Caisse d’Épargne Hauts de France, c’est sur votre feuille de salaire que vous retrouverez la possibilité de faire un micro-don. Ce dispositif a déjà convaincu plus de 700 entreprises, affirme microDON.

Mais en dépit de sa montée en puissance, le micro-don ne représente aujourd’hui qu’une goutte d’eau dans l’océan de la générosité en France. Selon l’association Recherches et Solidarités, qui s’appuie sur les données de la Direction générale des Finances publiques, les dons des particuliers ont représenté 2,6 milliards d’euros en 2019.

Le micro-don déductible des impôts ?

Micro ou non, un don reste un don. Vos micro-dons sont donc déductibles de votre impôt sur le revenu à hauteur de 66 ou 75% du montant donné. Dans le cas de l’arrondi en caisse, il faut bien penser à conserver ses tickets de caisse. « Si un client peut justifier de 5 euros de dons au moins sur l’année en cumulant et envoyant ses tickets, il peut bénéficier d’un reçu pour le montant de ses dons », précise microDON. Dans le cas de l’arrondi sur salaire, c’est plus simple ! Il est en effet possible de télécharger sur la plateforme web un reçu compilant les sommes ainsi versées que l’internaute peut reporter dans sa déclaration de revenus.

Publicité contre dons d'argent

Indolore, accessible à tous, et directement embarqué dans notre quotidien, le micro-don représente un virage important pour la solidarité en France. Selon l’étude précédemment citée, 70% des donateurs ont plus de 50 ans. Confrontées, de fait, au défi du renouvellement générationnel des donateurs, les associations touchent ainsi un public plus jeune.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

S’adresser aux Français plus jeunes, c’est également l’objectif de Goodeed et de son concept du « don gratuit ». Cette plateforme propose de visionner une publicité pour soutenir un projet solidaire. Une partie du budget publicitaire est ensuite reversée à l'organisme choisi par l’internaute. Goodeed indique que 80% de ses donateurs ont entre 18 et 35 ans.

L’application WalkUnited propose, quant à elle, d’allier sport et don ! Son idée : convertir le nombre de pas en don d'argent. Concrètement, à mesure que l’utilisateur marche, il accumule des « walks ». Au bout de 1 000 points, il choisit un organisme bénéficiaire parmi les partenaires de WalkUnited et valide son don de 5 centimes en visionnant, là encore, un contenu publicitaire.

Parce qu’il offre une nouvelle manière de donner, même modestement, le micro-don fait bouger les lignes de la générosité en France. Et le concept semble encore avoir quelques belles années devant lui. En effet, à en croire un sondage OpinionWay de 2019, un Français sur deux se dit prêt à tester ce dispositif. Et 97% des « micro-donateurs » envisagent de donner à nouveau dans un futur proche.