Elisabeth Borne assure que les ménages ne subiront pas de coupures d'énergie cet hiver. Néanmoins, un risque existe et le gouvernement s'y prépare. Dans le pire des scénarios, un rationnement pourrait être mis en place pour soulager le réseau électrique.

Pas de coupure d'électricité, ni de gaz cet hiver pour les particuliers, même en cas de pénurie, a promis Elisabeth Borne mardi. Néanmoins, « tout ce qu'on peut faire pour baisser nos consommations » est bon à prendre, a-t-elle expliqué sur le plateau de l'émission Quotidien. Car le gouvernement se prépare malgré tout aux pires scénarios : « si la Russie coupe ses approvisionnements, si jamais il y a des tensions sur le GNL [gaz naturel liquéfié] et que les commandes qu'on a passées ne sont pas honorées, s'il y a un hiver très froid », la donne pourrait changer a admis Elisabeth Borne.

Dans ce cas extrême, des quartiers ou même des villes entières seraient « plongées dans le noir et parfois sans chauffage, pendant trente minutes, une heure voire plus, pour soulager notre réseau électrique et éviter un black-out total », écrit Le Parisien ce mercredi. Alors que le russe Gazprom ne fournira plus Engie en gaz, dès jeudi 1er septembre, l'alliance d'un thermomètre bas et de stocks limités fragilise les positions françaises.

« C'est malheureusement plus que probable compte tenu des tensions sur l'approvisionnement en gaz, explique un cadre d'Engie au quotidien. Même si nous avons rempli nos stocks avec plus d'un mois d'avance, ceux-ci n'offrent que l'équivalent de deux mois de notre consommation nationale. »

Gaz et électricité : Engie va compléter le chèque énergie en novembre

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

32 réacteurs nucléaires sont à l'arrêt sur un total de 56

Par ailleurs, côté électricité, quatre réacteurs nucléaires souffrant de corrosion sont en arrêt a annoncé EDF la semaine passée. Entre opérations de maintenance prévues et arrêts liés à ce sujet de corrosion, 32 réacteurs nucléaires ne fonctionnent plus sur un total de 56.

Pour éviter le pire, le président de la République et l'ensemble du gouvernement appellent, dans un premier temps, les entreprises à la sobriété et à la responsabilité. Lundi, devant les patrons réunis par le Medef pour sa rentrée, Elisabeth Borne leur avait demandé de « prendre leur part » pour réduire la consommation d'énergie cet hiver, mais sans annoncer de mesures contraignantes. « Il faut commencer à économiser l'énergie partout, tout le temps tout de suite. Par des petits gestes du quotidien chez soi, dans les commerces, les entreprises et bien évidemment dans les administrations », avait ajouté le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Si cet appel n'est pas entendu, le gouvernement ne s'interdit de mettre en place des mesures plus dures contre les professionnels, voir d'alourdir la facture. Au cœur de l'hiver, l'exécutif fera aussi face à la fin de son bouclier tarifaire mis en place en octobre 2021. Depuis cette date, le prix du gaz a bondi de plus de 105%...