Le fournisseur d'énergie Engie va accorder en novembre une remise de 100 euros en moyenne par client bénéficiaire du chèque énergie. Une décision d'ores et déjà critiquée par l'association de défense des consommateurs CLCV.

Le fournisseur d'énergie Engie va accorder en novembre une remise de 100 euros en moyenne par client bénéficiaire du chèque énergie. Cette aide d'une valeur de 48 à 277 euros été distribuée en mars à 5,8 millions de ménages précaires. En décembre 2021, un chèque exceptionnel de 100 euros avait été envoyé aux mêmes bénéficiaires pour faire face à la flambée des prix de l'énergie, toujours réelle. Sans le bouclier tarifaire du gouvernement, les prix réglementés du gaz auraient dû bondir de 60% au 1er août 2022 par rapport au mois de juillet, soit une hausse de 60% depuis octobre 2021.

« Nous sommes conscients de la réalité inflationniste et soucieux des difficultés rencontrées par nos clients, que ce soient les ménages ou les industriels », a souligné la directrice générale du groupe Engie, Catherine MacGregor, dans Le Parisien.

Energie : trouvez une meilleure offre

« C'est presque une provocation »

Ce geste ne répond en revanche pas au débat lancé au Parlement en juillet sur la mise en place d'une taxe sur les surprofits réalisés par les grands groupes affirme aussi la dirigeante. De fait, il n'a pas convaincu les associations de défense des consommateurs. Ainsi, pour Jean-Yves Mano, le président de la CLCV ce « geste est une aumône qui n'est pas à la hauteur des enjeux et des difficultés financières des Français et des clients d'Engie ». « S'engager à faire un chèque de 100 euros pour un coût de 90 millions d'euros, quand on compare les bénéfices industriels de 3 milliards d'Engie, c'est presque une provocation pour l'ensemble des citoyens », a-t-il regretté sur RMC.

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

Dans la même veine, TotalEnergies avait annoncé une remise de 20 centimes d'euros par litre de carburant à la pompe entre septembre et novembre dans toutes ses stations-service. Et les supermarchés Leclerc vendent ponctuellement, à prix coûtant, du carburant ce week-end.

Facture de gaz : le gouvernement doit-il empêcher la fin du tarif réglementé pour protéger les ménages ?