La première ministre a aussi invité les Français, particuliers comme entreprises, à réduire leurs consommations de gaz et d'électricité, alors que certains réacteurs nucléaires producteurs de cette dernière sont arrêtés.

La première ministre, Elisabeth Borne, a affirmé mardi sur la chaine TMC que les éventuelles coupures de gaz, en cas de pénurie ne concerneraient pas les particuliers. « Les coupures, elles ne concernent pas les ménages (...), on ne va pas couper le gaz chez les ménages français, mais c'est [chez] nos entreprises, les gros consommateurs, qu'il pourrait y avoir des coupures », a-t-elle affirmé dans l'émission « Quotidien ». Pour éviter les coupures, elle a invité à nouveau les Français, particuliers comme entreprises, à réduire leurs consommations de gaz et d'électricité, alors que certains réacteurs nucléaires producteurs de cette dernière sont arrêtés.

« Tout ce qu'on peut faire pour baisser nos consommations nous évitera d'arriver à des situations où on devrait avoir des coupures », a détaillé Elisabeth Borne. Celles-ci pourraient survenir « si toutes les mauvaises hypothèses se conjuguent : si la Russie coupe ses approvisionnements, si jamais il y a des tensions sur le GNL [gaz naturel liquéfié] et que les commandes qu'on a passées ne sont pas honorées, s'il y a un hiver très froid », a-t-elle énuméré.

Les tarifs réglementés de vente du gaz restent gelés au 1er septembre 2022, à leur niveau du 1er octobre 2021. Une bonne nouvelle pour les ménages : ils échappent à une nouvelle augmentation moyenne de 26,80% TTC. Au total, sans le bouclier mis en place par le gouvernement, le « niveau moyen des tarifs réglementés de vente au 1er septembre 2022, aurait été supérieur de 116,50% HT, soit 105,10% TTC » à ce qu'il est actuellement.

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

Lundi, devant les patrons réunis par le Medef pour sa rentrée, Elisabeth Borne avait exhorté les entreprises à la sobriété énergétique, leur demandant de « prendre leur part » pour réduire la consommation d'énergie cet hiver, mais sans annoncer de mesures contraignantes.