Gelés jusqu'en octobre 2022, les tarifs réglementés de l'électricité sont une valeur refuge en ces temps de hausse des prix de l'énergie. Si vous n'avez pas souscrit d'offre de marché à prix bloqués ces derniers mois, ils demeurent une option rassurante en ce moment. Certaines offres de la concurrence sont pour l'instant plus avantageuses.

Les tarifs réglementés (TRV) sont la pierre angulaire du marché français de l'électricité. Quand ils flambent, tous les consommateurs trinquent. A commencer par les 23 millions qui sont toujours abonnés aux tarifs bleus d'EDF. Mais une partie des 10 millions de clients ayant souscrit à une offre de marché peuvent être encore plus touchées. Et si la prime anti-inflation de 100 euros accordée à 38 millions de Français par le gouvernement s'apparente à une rustine de court terme, la prudence recommande-t-elle de revenir aux TRV pour l'ensemble des clients ?

L'association de consommateurs CLCV défend cette option depuis un moment. Elle avait même publié en mars dernier un plaidoyer pour un retour à 100% aux tarifs réglementés et la fin des offres de marché. « L'ouverture du marché de l'électricité à la concurrence est un pari raté qui nuit au consommateur, juge François Carlier, le directeur général de la structure. La seule action tangible des opérateurs alternatifs est un recours puissant aux pratiques commerciales trompeuses et agressives faute de pouvoir se démarquer sur une offre nouvelle. »

Le top : le contrat fixe déjà signé

« Les uns après les autres, les fournisseurs d'énergie retirent leurs offres commerciales, voire matraquent leurs clients avec des hausses insensées », dénonce l'UFC-Que Choisir. En effet, en période de prix très élevés sur les marchés, ces stratégies de vente avec des prix plus bas que les tarifs bleus d'EDF ne fonctionnent plus. Plusieurs fournisseurs ont retiré des offres ces dernières semaines, notamment celles trop avantageuses pour le consommateur. Le Médiateur national de l'énergie en recensait 53 pour l'électricité le 14 octobre dernier, contre 94 le 12 août.

L'UFC-Que Choisir conseille désormais de faire le point sur son contrat et « s'il arrive à échéance ou si votre tarif est trop élevé, revenez au tarif réglementé d'EDF en électricité. Si vous êtes en offre à prix fixe, restez-y et si vous êtes en prix indexé, vérifiez qu'il est toujours inférieur au tarif réglementé. »

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

Dans ses conseils aux consommateurs, le Médiateur de l'énergie confirme qu'un contrat à prix fixe, inférieur aux TRV du moment est avantageux. Dans le cas d'un contrat indexé sur les TRV, il faut réagir au cas par cas, car les fluctuations du tarif de base peuvent être brutales. « Il est toujours possible de revenir au tarif réglementé d'EDF, sans frais mais choisir une offre de marché avec un prix fixe sur plusieurs années peut être un choix pertinent », confirme le directeur général d'Opéra Energie Julien Teddé. Des prix bloqués qui favorisent les gros acteurs. « Pour un petit fournisseur alternatif, il sera très difficile de garantir un prix sur un temps aussi long », estime Vincent Maillard, co-fondateur et président de Plüm énergie.

Faillite du fournisseur : peut-on me couper le gaz et l'électricité ?

Des offres indexées aux TRV à peine plus avantageuses

A l'heure actuelle, aucun fournisseur ne propose à la souscription des offres à prix bloqués avec un tarif inférieur à ceux des TRV. Pour trouver moins cher que les TRV, aujourd'hui, il faut se diriger vers Total énergie, EDF et Alpiq et leurs offres indéxées sur les tarifs bleus d'EDF. Les deux premières permettent une économie potentielle de 15 euros sur l'année pour un client en option Base, consommant 2 400 kWh par an et vivant à Paris. Sa facture annuelle d'électricité sera de 497 euros par an contre 512 euros par an au TRV.

C'est ce qu'indique le comparateur du Médiateur de l'énergie en se basant sur les profils de consommateurs moyens. Les économies peuvent atteindre 53 euros par an pour un client avec un contrat Heures pleines/heures creuses, vivant lui aussi à Paris et consommant 8 500 kWh par an. Il devra débourser chez EDF et Total énergie 1 523 euros par an contre 1 576 euros avec les TRV.

Des gains à bien comparer. Prenons le cas de Digiwatt de EDF. L'offre est avantageuse à l'instant T mais comporte un risque comme toutes les offres variables non indexées sur les TRV. Malgré un prix d'appel inférieur de 4% aux TRV, ses tarifs peuvent évoluer jusqu'à deux fois par an, avec un préavis d'un mois, dans des proportions libres. Pour un contrat identique, le fournisseur GreenYellow a récemment annoncé, dans les délais légaux, un bond de 40% à ses clients.

Une mauvaise surprise qui n'arrivera pas de sitôt avec les TRV et les offres de marché indexés, dont les tarifs sont plafonnés jusqu'en octobre 2022. En effet, le gouvernement a annoncé qu'au 1er février 2022, la hausse des TRV sera limitée à 4%, malgré une hausse redoutée d'au moins 10% sur fond de flambée des cours de l'énergie.

Energie : trouvez le meilleur contrat