Depuis ce vendredi, les écrans de la Bourse de Paris sont éteints. Ils le resteront jusqu'au 2 janvier, date de réouverture des marchés. L'occasion de dresser un rapide bilan des 12 derniers mois sur les marchés financiers.

Pour les investisseurs, 2022 aura été l'année de tous les dangers. Et si quelques valeurs ont réussi à tirer leur épingle du jeu, la plupart des titres finissent l'année dans le rouge. Au global, le CAC40 recule de -9% sur les 12 derniers mois.

Année difficile

Les marchés avaient pourtant démarré l'année en fanfare. Portés par la réouverture des frontières et la reprise de l'activité économique mondiale après la pandémie, le CAC40 avait atteint 7 384 points en janvier dernier. Du jamais vu.

L'euphorie des marchés aura toutefois été de courte durée. L'inflation qui devait n'être que « transitoire », selon les institutions, a persisté tout au long de l'année. Fin novembre, la flambée des prix atteignait ainsi +6,2% sur 1 an dans l'Hexagone.

C'est justement pour enrayer la forte inflation que la Banque centrale européenne a relevé ses taux directeurs de 250 points de base au cours des 6 derniers mois. Cette hausse, la plus rapide depuis la création de l'euro, a placé les marchés sous tension.

D'autant que d'autres vents contraires ont soufflé sur les places boursières en 2022. A commencer par l'enlisement du conflit ukrainien et la crise énergétique qui en a résulté. Entre les mois de juillet 2021 et 2022, le prix du gaz a ainsi augmenté de plus de +150%.

Investissez dans la Bourse au meilleur prix ! 8 offres comparées

La politique zéro-covid des des autorités chinoises a également pesé sur les cours. Si bien qu'en septembre dernier, « le pessimisme des investisseurs a atteint son pic, avec un nombre record de positions vendeuses », indique Nicolas Chéron, stratège et analyste boursier.

Résultat : 29 des 40 sociétés qui composent l'indice CAC40 terminent dans le rouge. En queue de peloton, le groupe Teleperformance perd -41% de sa valorisation boursière sur 1 an après avoir été soupçonné de violation des droits du travail.

Après une excellente année 2021, le spécialiste des bio-analyses, Eurofins Scientific, traverse lui aussi une période difficile. Le cours de l'action chute de -38,77% sur 1 an. En cause : la baisse du nombre de tests Covid, qui pèse sur les bénéfices du groupe.

Autre action en baisse : Michelin. Le géant des pneumatiques clôture l'année sur une baisse de -25,39%, freiné, notamment, par la sortie du marché russe et les restrictions sanitaires en Chine. Sur les 9 premiers mois de 2022, les volumes de pneus vendus se tassent de -2,4%.

Bourse : 3 outils pour gagner de l'argent quand le CAC40 baisse

Les 10 actions qui ont le plus baissé en 2022

  1. Teleperformance (-41,57% à 223,50 euros)
  2. Eurofins Scientific (-38,77% à 66,56 euros)
  3. Dassault Systèmes (-36,31% à 33,56 euros)
  4. Kering (-30,02% à 480,75 euros)
  5. Capgemini (-26,45% à 156,30 euros)
  6. Vivendi (-25,74% à 8,87 euros)
  7. Michelin (-25,39% à 26,76 euros)
  8. Worldline (-25,34% à 36,86 euros)
  9. Legrand (-24,92% à 76,06 euros)
  10. Alstom (-24,48% à 23,08 euros)

Valeurs sur les 12 derniers mois à compter du 27 décembre 2022.

Toutefois, les boursicoteurs ont échappé au pire. Car après avoir atteint son plus bas de l'année, le 29 septembre, à 5 676 points, le CAC40 a repris +21%. Suite à ce rallye, l'indice phare de la place parisienne n'est plus qu'à 10% de son plus haut historique.

Certaines valeurs se paient même le luxe de terminer l'année dans le vert. C'est notamment le cas de l'action Thales, qui s'envole de +60% sur 1 an. Le secteur de l'armement a en effet profité du contexte géopolitique agité suite à l'invasion russe en Ukraine.

Soutenue par la flambée des prix de l'énergie, TotalEnergies signe également une belle performance (+34%) en 2022. La compagnie de Patrick Pouyanné a annoncé 6,6 milliards de dollars de bénéfice net au troisième trimestre 2022, en hausse de +43% par rapport à la même période en 2021.

Bourse : les robots de trading, bon plan ou arnaque ?

Les 10 actions qui ont le plus progressé en 2022

  1. Thales (+60,18% à 119,35 euros)
  2. TotalEnergies (+34% à 60 euros)
  3. Safran (+11,49% à 118,96 euros)
  4. Sanofi (+8,22% à 91,12 euros)
  5. Engie (+5,67% à 13,59 euros)
  6. Renault (+5,53% à 31,41 euros)
  7. Vinci (+4,79% à 94,10 euros)
  8. AXA (+2,39% à 26,51 euros)
  9. Publicis Group (+1,59% à 59,94 euros)
  10. Carrefour (+1,47% à 15,87 euros)

Valeurs sur les 12 derniers mois à compter du 27 décembre 2022.

Les marchés seront-ils plus performants en 2023 ?

Difficile à dire. L'inflation commence à ralentir aux Etats-Unis. Elle est passée de +9% sur 1 an en juin dernier à +7,1% en novembre. Si ce mouvement se confirme au cours des prochains mois, les banques centrales pourraient ralentir, voire cesser leurs hausses de taux. Ce qui bénéficierait au marchés des actions.

Les perspectives de croissance restent toutefois modérées. La Banque de France anticipe par exemple une variation du PIB français quasi nulle (+0,1%) en 2023. De son côté, le FMI estime que la croissance mondiale pourrait tomber sous la barre des 2% pour la première fois depuis 2009. Dans ce contexte, la prudence reste de mise.

Quelques secteurs pourraient toutefois se démarquer. « Les valeurs technologiques ont été massacrées au cours des derniers mois. Si le pic d'inflation est derrière nous, le cours de ces actions pourrait remonter en 2023 », estime Antoine Fraysse-Soulier, responsable de l'analyse marché chez eToro. « Quant aux secteurs du luxe et du tourisme, ils pourraient profiter de la réouverture des frontières chinoises ».

Bourse en ligne : quelle banque ou courtier choisir ?