Des augmentations comme s'il en pleuvaient, même en période de crise. En auto, habitation et santé, la majorité des primes d'assurance vont augmenter en 2022 ! Ces hausses ne reflètent cependant que les moyennes tarifaires, les assureurs rivalisant d'offres commerciales, notamment en auto, pour séduire de nouveaux clients.

Assurance Auto

Une hausse modérée de 0,5% à 2%

La modération s'impose aux acteurs de l'assurance auto en 2022. Ainsi la Maif a annoncé geler à nouveau ses tarifs. GMF le fait également pour les contrats qui arrivent à échéance fin mars 2022. Méfiance néanmoins, car le directeur général adjoint Paul Esmein de l'assureur mutualiste Covéa, qui comprend les marques MMA, MAAF et GMF, a mentionné une tendance à l'« augmentation plus conséquente en habitation qu'en auto ». Si les assureurs ne suivent pas tous le mouvement, des rabais devraient être accordés aux bons clients et les offres commerciales pourraient fleurir.

« Les mutualistes, qui concentrent un contrat sur deux en France, seront proches d'une variation de 0% quand les compagnies traditionnelles pourraient elles pousser jusqu'à 2% », estime Cyrille Chartier-Kastler, président fondateur du cabinet Facts & Figures. Résultat, des prévisions comprises entre 0,5% et 1%. Au cabinet Addactis, on estime que la hausse moyenne sera de 2% quand Fabien Soccio, expert assurance chez le courtier Meilleurtaux, table sur une augmentation de 1%. En 2021, la hausse effective moyenne a été de 0,2%.

Si les assureurs doivent augmenter les prix, ils rejettent la faute sur le coût toujours plus élevé des réparations et des pièces détachées. L'association Sécurité et Réparation Automobile (SRA) confirme que le prix des pièces de rechange des voitures a flambé ces dernières années (+ 6% en 2019 et +5,8% en 2020) et de 3,6% par an, en moyenne sur la période 2012-2020. Ainsi, un rétroviseur bourré d'électronique peut être facturé jusqu'à 780 euros pièce, hors main-d'œuvre, quand un pare-brise dépasse les 800 euros, selon les données de Facts & Figures. En parallèle, le taux horaire de la main-d'œuvre monte aussi.

Voiture : cette mesure radicale qui pourrait faire chuter le prix de votre assurance auto

Si les prix ne s'envolent pas, c'est grâce à la concurrence et à la possibilité de résilier son contrat à tout moment notamment. « La bataille commerciale est intense entre les assureurs », souligne Olivier Moustacakis d'Assurland.com. Les bancassureurs proposent aussi des contrats de plus en plus performants pour une prime raisonnable. Leur part de marché ne cesse d'augmenter depuis 2015 selon Facts & Figures, grâce à la puissance de leur réseau commercial.

Assurance auto : gagnez 340 euros sur votre contrat

Assurance habitation

Une hausse allant de 1,5% à 3,5%

Du côté de l'assurance multirisques habitation, comment vont évoluer les contrats en 2022 ? Selon les hypothèses de Facts & Figures, une hausse des primes comprise entre 1 et 1,5% est à prévoir sur les contrats déjà signés, d'un montant moyen de 270 euros. Fabien Soccio confirme une hausse qu'il juge « modérée » quand Addactis table sur une moyenne plus forte, à 3,5%. « La hausse moyenne a été de 0,2% en 2020, nous tablons sur une évolution équivalente en 2022 », annonce pour sa part Olivier Moustacakis.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Par contre, tous s'accordent sur les causes des augmentations à prévoir. Les risques climatiques explosent. « Le secteur s'y attendait mais nous y voilà, constate Fabien Soccio. L'exceptionnel devient normal. La fréquence et l'intensité des aléas climatiques est plus forte », après les inondations et les incendies de l'été.

Assurance habitation : cette taxe spéciale qui fait flamber votre prime

« La taxe prélevée sur les contrats d'assurance habitation pour alimenter le fonds de remboursement des catastrophes naturelles a rapporté 1,7 milliard d'euros en 2021 quand les indemnités à verser sont de 2 milliards d'euros, souligne Olivier Moustacakis. Cette taxe était de 5,5% à la base, elle est aujourd'hui de 12% de la prime totale ». D'ici quelques années, elle devrait tutoyer les 20%, estiment les experts.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40%

Assurance santé

Une hausse moyenne comprise entre 2 et 6%

Le ministre de la Santé Olivier Véran en personne a souhaité que les tarifs des complémentaires santé « n'augmentent pas » en 2022. Pour l'heure, seule la Matmut a donné satisfaction au ministre. « L'augmentation des complémentaires santé chaque année est inéluctable, liée à des facteurs tels que le vieillissement de la population et l'évolution des technologies médicales : plus élaborées et donc plus coûteuses », estime Olivier Moustacakis. Il table sur une hausse moyenne de 2% pour les contrats de mutuelle en 2022.

Retraite : comment éviter de se faire plumer par sa mutuelle

Le cabinet Addactis attend une hausse comprise entre 4 et 6% et, de son côté, le « prescripteur d'assurance » Good Value for Money anticipe « une hausse moyenne de 3 à 5% des complémentaires santé en raison du coût du 100% santé d'une part, et de la dérive de la prévoyance en arrêt de travail pour les contrats collectifs d'autre part ». Abdellah Nasri de chez Partners Conseils Assurances envisage une hausse moyenne de 5% tout en insistant sur les différences géographiques et de profils qui font osciller les prix et le développement de contrats toujours plus à la carte.

Ainsi, « un jeune actif paye en moyenne 310 euros par an contre 1 100 euros pour une famille avec enfants, et 1 158 euros en moyenne pour un couple senior en garanties « classiques », détaille Fabien Soccio, expert assurance du groupe Meilleurtaux. Et la facture sera bien plus salée en région parisienne que dans l'Est - grâce au régime spécial d'Alsace-Moselle - pour un même couple de retraités.

Mutuelle : trouvez le meilleur contrat