Opération de maintenance, demande des fournisseurs d'offres de marché, coût d'approvisionnement et hausse des impayés expliquent cette nouvelle probable hausse de 1,6% des tarifs réglementés de vente de l'électricité. Si cette proposition du régulateur de l'énergie, annoncée ce lundi, était validée par le gouvernement, elle s'appliquerait dès le 1er février.

On s'y attendait depuis les fuites de la semaine passée mais cela reste une mauvaise nouvelle pour le porte-monnaie des clients. La Commission de régulation de l'énergie (CRE) recommande ce lundi d'augmenter les prix des tarifs réglementés de vente de l'électricité de 1,6%.

Si le gouvernement - les ministres de la Transition écologique Barbara Pompili et de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire - valide cette proposition, elle entrera en vigueur à partir du 1er février 2021. La CRE justifie cette proposition par une hausse des coûts d'acheminement de l’électricité.

Dans le détail, cette hausse représenterait 15 euros par an en moyenne pour un consommateur résidentiel mais « en additionnant cette nouvelle augmentation avec les deux autres déjà annoncées - l'augmentation de la taxe transport à compter de cet été; ainsi que la flambée des prix du marché de capacités, destiné à sécuriser les investissements sur le réseau - c'est une cinquantaine d'euros annuels supplémentaires en moyenne qui vont venir plomber les factures d'électricité dès Français en 2021 ».

Vous voulez changer de fournisseur ? Utilisez notre comparateur des prix de l'énergie

Plusieurs raisons à cette hausse

Pour justifier cette augmentation, la CRE écrit que « cette évolution reflète notamment les conséquences de la crise sanitaire de la Covid-19 sur le système électrique français. Les mesures prises pour enrayer l’épidémie, qui ont notamment perturbé les opérations de maintenance du parc nucléaire, conjuguées à l’écrêtement de l’ARENH (La part demandée par les fournisseurs d'offres de marché, NDLR) dont le plafond a à nouveau été largement dépassé lors du dernier guichet de novembre 2020, ont entraîné une hausse des coûts d’approvisionnement en énergie et en garanties de capacité. En parallèle, les coûts de commercialisation d’EDF ont augmenté pour les clients professionnels, dans un contexte de recrudescence des impayés ».

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

La CRE a aussi proposé une hausse de 2,6% pour les tarifs bleus professionnels. Fin 2019, la France comptait 23,9 millions de sites résidentiels aux tarifs réglementés de l'électricité. Un peu plus de 9 millions souscrivaient aux offres de marché, dont les tarifs sont fixés librement par les fournisseurs.

Électricité, gaz et essence : vers une hausse de votre facture d'énergie en 2021 ?