La ministre des Transports demande « un effort » aux sociétés autoroutières sur le niveau des péages avant l'augmentation des tarifs prévue le 1er février. Un gel des tarifs semble exclu.

C’est une hausse qui ne manque pas de faire débat en plein mouvement des Gilets jaunes. Le 1er février, les tarifs d’autoroutes risquent d’augmenter de 1,8% en moyenne sur l’ensemble du réseau hexagonal, selon les très stricts contrats de concessions qui lient les sociétés autoroutières à l'Etat. La hausse était de 1,55% l’an dernier.

Dans ce contexte, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a reçu lundi après-midi les sociétés autoroutières. Elle leur a demandé « un effort » afin de prendre en compte les préoccupations des Français sur le pouvoir d'achat, alors que le réseau autoroutier a été une cible privilégiée des Gilets jaunes ces dernières semaines.

Les sociétés concessionnaires ne sont pas venues les mains vides. Elles ont présenté des « offres d'abonnements à tarif préférentiel à destination des usagers réguliers, en particulier ceux effectuant des trajets domicile-travail », selon un communiqué du ministère.

Ces formules d'abonnement locales pourraient aussi permettre aux employeurs de rembourser une partie de cet abonnement, comme pour les transports publics et bientôt le vélo, selon une porte-parole de la Société des autoroutes du nord et de l'est de la France (Sanef).

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Un gel des tarifs exclu

Aujourd’hui, des offres préférentielles existent mais elles pourraient ainsi être étendues. A titre d’exemple, Vinci Autoroutes propose déjà aux automobilistes qui empruntent plus de 10 fois par mois le Duplex de l'A86, tunnel en région parisienne, une réduction de 50%.

Une chose est certaine : un gel global des tarifs au 1er février, comme l’avait réclamé Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, semble exclu par sa collègue Elisabeth Borne. La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal –dont elle était à l'époque directrice de cabinet– en 2015, avait fait un tel choix, mais les automobilistes payent la facture depuis. Le rattrapage du gel de 2015 compte encore pour 0,25 point de pourcentage dans l'augmentation des tarifs prévue cette année.

Selon Le Figaro, un accord entre le gouvernement et les sociétés autoroutières sur la question des tarifs 2019 est tout proche. Une nouvelle rencontre entre les deux protagonistes est programmée dans les prochains jours, avant une présentation de la hausse des péages au comité des usagers le 28 janvier.