Travailler pendant la retraite permet d’augmenter son pouvoir d’achat. Mais le jeu en vaut-il toujours la chandelle ?

Avoir enfin plus de temps pour soi. Si la retraite est souvent attendue avec impatience, la chute des revenus qui va avec n’est pas toujours bien anticipée. Dès lors la reprise d’une activité professionnelle rémunérée peut se révéler nécessaire pour gagner un peu de pouvoir d’achat. Pour d’autres, poursuivre une activité professionnelle n’est pas liée à des impératifs financiers mais répond au souhait de rester dans le monde du travail. Travailler pendant la retraite c’est possible, mais la loi vous autorise selon les cas soit à un cumul emploi-retraite intégral, soit à un cumul partiel.

Le cumul emploi-retraite total

Vous pouvez cumuler intégralement une pension de retraite et une activité professionnelle si vous bénéficiez d’une retraite à taux plein. Celle-ci s'obtient si vous partez à partir de l’âge légal de départ à la retraite (62 ans pour les assurés nés à partir de 1955) avec le nombre de trimestres requis (166 pour un assuré né en 1955 par exemple). En cas de départ entre 65 ans et 67 ans (selon votre année de naissance), la retraite à taux plein est automatique, même si vous n’avez pas le nombre de trimestres requis.

Si vous bénéficiez d’une retraite à taux plein, et si vous avez demandé la liquidation (le calcul et le versement) de toutes vos pensions de retraite, il est permis de reprendre immédiatement ou ultérieurement un emploi à temps complet ou à temps partiel, chez votre dernier employeur ou ailleurs. La reprise d’activité peut être réalisée sous le statut de travailleur salarié ou indépendant.

Les règles sont identiques pour la retraite complémentaire du régime Agirc-Arrco (salariés, commerçants, artisans…), mais il est obligatoire d’informer cet organisme de la reprise d’activité.

Lire aussi : Pourquoi il faut vérifier scrupuleusement son relevé de carrière

A condition de remplir les critères du cumul intégral, certaines personnes peuvent demander la liquidation de leur retraite sans interrompre leur activité professionnelle, notamment les assistants maternels, certains artistes du spectacle... Dans tous les cas, les cotisations sociales versées à l’occasion de la reprise d’activité ne créent pas de nouveaux droits à la retraite.

Nouveau contrat de travail

Si vous bénéficiez d’une retraite à taux plein, vous pouvez retravailler, sans aucun délai, chez votre dernier employeur à condition de rompre votre contrat de travail et d’en conclure un nouveau.

Le cumul emploi-retraite plafonné

Lorsque vous ne remplissez pas les conditions pour bénéficier du cumul emploi-retraite intégral, vous pouvez tout de même reprendre une activité salariée, ou à titre indépendant si ces revenus d’activité ajoutés à vos pensions (retraite de base et retraite complémentaire) ne dépassent pas la moyenne mensuelle de rémunération de vos trois derniers mois d’activité. Ou, si ce plafond vous est plus favorable, un cumul pensions/rémunérations égal à 160% du Smic, sur la base de 1820 heures de travail annuel, soit 2 463,07 euros mensuels en 2020. En cas de dépassement de ce plafond, votre retraite de base est diminuée à concurrence de ce dépassement. Par ailleurs, dans le cas du cumul emploi-retraite partiel, vous devrez attendre 6 mois avant de pouvoir reprendre une activité chez votre dernier employeur.

Avec le régime de retraite complémentaire Agirc-Arrco, le total des salaires obtenus dans la nouvelle activité et le montant des pensions doit rester inférieur à l’une des trois limites suivantes, selon ce qui vous est le plus favorable :

  • 160% du Smic, soit 2 463,07 euros bruts par mois en 2020 ;
  • le dernier salaire normal d’activité ;
  • le salaire moyen des dix dernières années d’activité.
Assurance auto : économisez jusqu'à 340 € grâce à notre comparateur en ligne

La fiscalité, un frein au cumul emploi-retraite ?

Loin de connaître un engouement phénoménal, le cumul retraite et activité professionnelle concerne seulement 478 000 personnes, soit 3,4% des retraités, selon une enquête de la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees ) de septembre 2017.

Près de la moitié des personnes cumulant les deux statuts ont moins de 64 ans. Elles sont également plus diplômées et sont le plus souvent non salariées. Elles exercent leur activité principalement dans les métiers de l’artisanat, en tant que commerçants ou chefs d’entreprise. Les nouveaux revenus tirés du travail procurent environ 30% de leurs revenus totaux annuels.

L'intérêt limité pour ce mécanisme s'explique probablement par la fiscalité. En effet, à la retraite, vos revenus diminuent, normalement, et le montant de votre impôt sur le revenu aussi. Par ailleurs si, pendant votre vie professionnelle, vous dépassiez de peu le plafond de ressources permettant le bénéfice de certaines prestations sociales (APL, allègement de la taxe foncière, etc.), le fait que vos ressources baissent à l'âge de la retraite peut vous rendre éligible à ces aides ou avantages fiscaux. A l’inverse, lorsque vous reprenez un emploi, même à temps très partiel, vos revenus d’activités ajoutés à vos pensions de retraite peuvent entraîner une augmentation du montant de votre impôt et/ou vous rendre passible de la CSG. Autant réfléchir à deux fois avant de se lancer dans un cumul emploi-retraite.