Le plan d'épargne logement remonte à 2% dès le 1er janvier 2023 ? Le compte épargne logement fera (au moins) aussi bien un mois plus tard, du 1er février 2023. Et les droits à prêt accumulés sur votre vieux CEL délaissé pendant des années vont peut-être devenir une aubaine. Tout ce qu'il faut savoir sur le CEL et le prêt associé.

Dans la famille « épargne logement », voulez-vous le compte ou le plan ? Fort de ses plus de 12 millions d'épargnants et d'un taux doublé au 1er janvier, le plan épargne logement (PEL) attire logiquement les regards. Mais le compte épargne logement (CEL) et ses 6,7 millions de détenteurs (1) n'a pas vraiment à rougir.

A ce jour, le CEL est rémunéré 1,25%. Mieux que le PEL et ses 1%. Le plan va voir sa rémunération doubler, à 2%, en 2023 ? Certes. Mais le CEL va suivre le Livret A, puisque la règle veut que son rendement soit « égal aux deux tiers du taux du livret A, arrondi au quart de point le plus proche ». Or, emporté par l'inflation galopante, le Livret A va grimper a minima à 3% en février 2023, peut-être 3,2% ou 3,3%. Et le CEL va suivre, à 2%, au 1er février 2023, voire potentiellement 2,25%. Un mois après la remontée du PEL, le CEL fera donc aussi bien, voire mieux.

Compte épargne logement, fiche d'identité

  • Taux actuel : 1,25%
  • Taux probable au 1er février 2023 : 2%
  • Fiscalité : flat tax (donc 12,80% d'impôt sur le revenu + 17,20% de cotisations sociales)
  • Taux après flat tax : 0,88% net actuellement, 1,40% net après la hausse du taux au 1er février
  • Taux du prêt épargne logement : au cas par cas, en fonction de vos intérêts accumulés au fil des années
  • Compte sur livret : c'est la définition légale de ce produit, puisque vous pouvez y déposer et retirer de l'argent quand bon vous semble
  • Ticket d'entrée : 300 euros de dépôts pour ouvrir un CEL
  • Plafond des dépôts : 15 300 euros
  • Prêt CEL maximum : 23 000 euros
  • Conditions pour obtenir un prêt CEL : posséder votre CEL depuis 18 mois + acceptation du dossier de crédit par la banque

Un livret souple... en vue d'un crédit travaux

La remontée du taux du CEL n'en fait pas une aubaine pour autant, puisqu'il est par définition moins bien rémunéré que le Livret A, que le Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS) et que le Livret d'épargne populaire (LEP) pour ceux qui y ont accès. Alors, pourquoi se pencher sur le CEL ? « Le compte épargne logement est un livret d'épargne où l'argent reste disponible à tout moment, rappelle Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'épargne, dans une analyse récente. Il permet d'obtenir des crédits travaux (ou immobiliers) à taux d'intérêt fixe et connu d'avance. »

« Il permet d'obtenir des crédits travaux (ou immobiliers) à taux d'intérêt fixe et connu d'avance »

Un produit très peu contraignant, à la différence du PEL, si bien que Patrick Cuvilliers, responsable du crédit immobilier chez LCL, en fait l'un des produits de base pour un client bancaire : « Oui, il faut avoir un CEL. Il fonctionne comme un Livret A : vous déposez quand vous le pouvez et vous retirez quand vous en avez besoin en respectant le seuil minimum de 300 euros. La pertinence de l'utilisation des droits à prêt peut poindre à un moment ou l'autre selon vos projets et l'évolution des taux de crédit. »

Pour quels projets ce CEL peut-il s'avérer utile ? En complément du crédit immobilier sollicité pour acheter votre résidence principale ? Ou pour un crédit travaux ? « Le CEL, c'est vraiment le produit idéal pour financer des travaux, coupe Patrick Cuvilliers. Car les montants accordés restent limités à quelques milliers d'euros : rappelons que le plafond du prêt CEL est de 23 000 euros. »

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

Prêt CEL : comment savoir combien vous pouvez emprunter ? Et à quel taux ?

Attention calcul savant ! Actuellement, un CEL produit des intérêts au taux de 1,25%, ce qui vous permet d'accumuler des droits à prêt au taux maximum de 2,75%. Mais votre taux d'emprunt n'est pas bloqué à 2,75% ! La banque calculera le taux de votre prêt CEL en fonction de tous vos intérêts accumulés, faisant ainsi un mix entre vos droits à 1,75% de l'année 2021, mais aussi de 2% de 2016 ou 2019... et de 3% de l'année 2012 si vous aviez déjà votre CEL.

« Le montant finançable sera élevé si vous utilisez ces droits sur une durée courte, avec une mensualité importante »

Vous attaquer vous-même à ce calcul est périlleux. Heureusement, rien ne vous oblige à vous le coltiner. Vos « droits à prêt », qui correspondent à vos intérêts bruts (avant cotisations sociales et fiscales) accumulés, sont théoriquement détaillés dans votre espace bancaire en ligne. Si ce n'est pas le cas, votre banque peut les communiquer – ainsi que le taux de crédit auquel vous pouvez prétendre - quand vous le souhaitez. « Les droits à prêt permettent d'établir une grille de ce que l'on peut vous prêter », explique Patrick Cuvilliers, de LCL. Reste alors à décrypter cette grille... « Le montant finançable sera élevé si vous utilisez ces droits sur une durée courte, avec une mensualité importante. Sur une durée plus longue, les mensualités seront plus raisonnables mais en effet avec un montant prêté plus modeste. »

Exemple pour un CEL vieux de 10 ans

Vous avez ouvert un compte épargne logement avec 10 000 euros voici 10 ans, avant de retirer votre mise petit à petit, au fur et à mesure que les taux baissaient, en ne gardant que le minimum de 300 euros sur ce CEL. Vous avez tout de même touché 500 euros d'intérêts bruts depuis la création de votre CEL, avec des taux de rémunération de 0,50%, 0,75% ou encore 1,50%. Ces droits à prêt accumulés au fil des années, vous permettent d'espérer un crédit à 2,28%, dont le montant va varier selon la durée d'emprunt souhaitée : 20 973 euros à rembourser sur 9 ans (mensualités hors assurance de 215 euros) ; 15 707 euros sur 12 ans (mensualités de 125 euros) ; ou 12 536 euros sur 15 ans (mensualités de 82 euros).

Les droits à prêt CEL vous garantissent-ils l'obtention d'un crédit travaux ?

Non : détenir un CEL n'est pas une assurance tout risque pour vous ménager un futur crédit travaux. « On étudie la solvabilité du client dans tous les cas, confirme Patrick Cuvilliers. On regarde leur taux d'endettement. Le mot ‘‘droits'' de droits à prêt ne doit effectivement pas porter à confusion. » Le prêt épargne logement reste un crédit, avec un dossier soumis à l'examen de la banque.

« Le mot ‘‘droits'' de droits à prêt ne doit effectivement pas porter à confusion »

De la même manière, dans les textes, le taux issus de vos droits à prêt CEL est un taux maximum. En théorie, la banque peut vous faire une faveur en abaissant ce taux. Dans les faits, ce genre de geste commercial est rarissime. De la même manière, vous n'êtes pas obligatoirement tenu de demander l'usage de vos droits à prêt CEL dans la banque où vous détenez votre CEL... mais une migration dans une autre banque complique cette démarche (déjà parfois délicate à débloquer).

Vous avez un CEL ouvert avant 2018 ? Gardez-le pour la prime

Pour l'épargne logement, PEL ou CEL, il y a un avant et un après 1er janvier 2018. Avant : prime d'Etat en cas d'utilisation des droits à prêt. Après : rien, uniquement des droits à prêt. « Si vous avez un vieux CEL, ouvert avant 2018, l'intérêt n'est pas uniquement d'obtenir un prêt à taux réduit : c'est aussi et surtout de décrocher la prime d'Etat conjointement au prêt », reconnaît sans ambiguïté Patrick Cuvilliers. Combien, cette prime ? Là encore, le plus simple est d'interroger votre banque. Si vous avez ouvert votre CEL au 21e siècle, la prime d'Etat correspond à la moitié de vos intérêts bruts (2), dans la limite de 1 144 euros.

Prime d'Etat : exemple pour 500 euros de droits

Reprenons ce CEL ouvert voici 10 ans avec 500 euros d'intérêts bruts depuis l'ouverture. Comme vous utilisez tous vos droits à prêt (500 euros), la prime d'Etat est de 250 euros.

Faut-il attendre que les taux remontent ?

Le mécanisme du CEL se distingue de celui du prêt PEL : si le taux des droits à prêt du PEL reste figé, et pourrait donc vite devenir compétitif face aux taux immobiliers, le taux des droits à prêt CEL suit l'évolution du taux d'épargne du CEL. Or, celui-ci va encore remonter, probablement à 2% en février 2023. Tant que votre CEL génère des intérêts, vous ne bloquez pas réellement un crédit travaux à un taux défiant toute concurrence.

« Les droits à prêt du CEL vont devenir intéressants si les taux immobiliers continuent à progresser, souligne Patrick Cuvilliers, de LCL. Les droits acquis ces dernières années permettront dans ce cas d'obtenir un prêt à un taux compétitif. » A ce stade, Patrick Cuvilliers le reconnaît : le déclic n'a pas encore opéré parmi les clients bancaires sur l'intérêt du CEL. « L'attractivité du prêt CEL en 2023 sera progressive. » Tout dépendra, surtout, de l'évolution des taux immobiliers et de crédit travaux.

CEL : vais-je enfin pouvoir débloquer mon prêt épargne logement ?

(1) Source SGFGAS.

(2) Plus précisément la moitié de vos droits à prêt utilisés.