Plan du site Rechercher

Taux des livrets : pas de coup de pouce pour le LEP !

Livret A, LEP, Livret d'épargne populaire, épargne, livret
© Cécile Haupas - stock.adobe.com

Le taux du Livret A va baisser à 0,5% au 1er février, et il entraîne finalement le Livret d’épargne populaire dans sa chute. Le taux du LEP passe de 1,25% à 1%, malgré le sursaut de l’inflation fin 2019…

La baisse du taux du Livret A annoncée hier est la conséquence de l’entrée en vigueur de la nouvelle formule de calcul. Principale nouveauté : jusqu’à présent un indice d’inflation constituait un plancher, désormais le taux est la moyenne de l’inflation (1) et le taux interbancaire de l’Eonia, qui est actuellement nettement inférieur à zéro... Bref : le taux peut désormais être inférieur à l'inflation ! Le taux du Livret A a donc été fixé au plancher réglementaire, à 0,5%. Une décision qui ne manque pas d’être critiquée, à l’image de François Carlier, délégué général de la CLCV : « Le fait d’avoir décorréler le taux du Livret A de l’inflation est très désobligeant ! C’était une composante importante du contrat social sur le Livret A. »

Le LEP nouveau livret rempart face à l’inflation

Depuis 2008, le taux du Livret d’épargne populaire (LEP) est fixé mécaniquement en fonction du taux du Livret A, avec une bonification de 0,5 point. Le fait que le LEP passe à 1% au 1er février paraît donc logique… Et pourtant, la nouvelle formule de calcul permet au LEP de profiter d’une bonification entre plus importante que l'habituel 0,5 point de bonus par rapport au Livret A !

L’arrêté du 14 juin 2018 modifiant la réglementation bancaire insère une double règle pour la fixation du taux du LEP : il est fixé « au chiffre le plus élevé entre le taux des livrets A majoré de un demi-point et l’inflation ». Avec cette nouvelle formule, le LEP est donc le nouveau rempart à l’inflation.

Le taux du LEP inférieur à l’inflation 2019 !

Restait à savoir à quelle inflation l’arrêté fait référence... L’indice des prix à la consommation (IPC) hors tabac, l’indice référence pour les taux de l’épargne réglementée, est en effet de 1,2% en décembre 2019, ce qui signifie que les prix ont progressé de 1,2% sur un an. Sur cette base, le LEP aurait pu rester à 1,25% !

Mais la Banque de France précise dans le communiqué diffusé mercredi 15 janvier que l’indicateur pris en compte est « l’inflation moyenne observée sur les 6 derniers mois », le même indicateur pris en compte dans la formule de calcul du Livret A. Or, en faisant la moyenne de l’inflation annuelle sur les 6 derniers mois, le taux est de 0,9%. Ce qui justifie un LEP à 1%. Et ce qui prive les épargnants modestes d’un coup de pouce.

Taux du LEP - Février 2020

Taux du LEP 2020 2019 2018 2017 2016 0% 0,50% 1% 1,50% 0% © MoneyVox LEP Inflation moyenne 6m tspan1 tspan2 tspan3 tspan4

Voir aussi l'infographie des taux de l'épargne réglementée.

Bercy promet un accès facilité au LEP

Même rémunéré à 1,25%, net de tout impôt, le LEP peine à séduire : « Ce produit demeure insuffisant utilisé alors que plus de 40% des ménages français y sont éligibles », affirme Bruno Le Maire dans le communiqué annonçant la baisse du rendement des livrets d’épargne réglementée. Or Bercy dénombre uniquement 7 millions de LEP. Et l’épargne déposée sur le LEP ne cesse de dégringoler : selon la Banque de France, l'encours était de 38,8 milliards d’euros fin novembre, contre 43,2 milliards début 2019 !

Bruno Le Maire annonce une simplification des conditions de détention du LEP, souhaitant mettre fin à l’obligation de fournir son avis d’imposition chaque année. Mais le nerf de la guerre est ailleurs concernant le LEP, selon François Carlier, délégué général de la CLCV : « Les banques font tout pour ne pas distribuer le LEP ! » Selon lui, peu importe le « plan de relance du LEP » prévu par Bercy, « les banques ne le mettent pas en avant », ce qui hypothèque toute chance de succès.

(1) Plus précisément l'inflation annuelle « moyennisée » sur 6 mois : « la moyenne semestrielle de la variation sur les 12 derniers mois connus de l'indice Insee des prix à la consommation de l'ensemble des ménages ».

Partager cet article :

© MoneyVox / BL / Janvier 2020

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox
Commentaires

Pour ajouter ou interagir avec les commentaires,
vous devez être connecté à votre compte Moneyvox.

Publié le 17 janvier 2020 à 16h07 - #1replay001

A ce stade, c'est de la spoliation de l'épargnant qu'il s'agit, pas d'une absence de coup de pouce. Le coup de pouce commencerait à partir de 1,4 %, - taux d'inflation sur 1 an constaté au mois de décembre 2019 - . Nous sommes en l'occurrence dans une situation d'impôt non consenti sur la France d'en bas, au profit des traders, spéculateurs et profiteurs. A cause d'une politique monétaire européenne installée par un lobby installé par la grande finance et cautionnée par un pouvoir national installé par la Loi électorale mais politiquement illégitime, comme la rue nous le démontre depuis plus d'un an.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?Oui2Non2
Publié le 17 janvier 2020 à 20h02 - #2€nzo
  • Homme
  • Paris

Nous sommes à la merci de l'UE, ce gang d'individus non élus qui nous imposent leur politique monétaire.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?Oui1Non0