Le droit à l'erreur, version « frais réels » ! La grande nouveauté de la déclaration 2022 des revenus 2021 est la revalorisation de 10% du barème kilométrique. Des millions de foyers ont intérêt à basculer sur les frais réels. Afin d'écarter les craintes, la DGFiP promet de rectifier le tir si vous déclarez choisissez cette option à tort.

« L'option frais réels est insuffisamment connue », a insisté Jérome Fournel, le directeur général des Finances publiques, lors de la conférence de lancement de la déclaration 2022, ce jeudi 7 avril. « Beaucoup de gens ont intérêt à opter pour les frais réels, plutôt que de se contenter de la déduction forfaitaire de 10%. » Un constat d'autant plus criant cette année suite à la revalorisation du barème kilométrique.

Frais réels : pourquoi vous avez intérêt à utiliser cette option pour la déclaration d'impôts 2022

Combien de contribuables auraient intérêt à basculer vers les frais réels ? Des milliers ? Des millions ? A ce jour, 4,3 millions de foyers déclarent des frais réels en détaillant donc l'ensemble de leurs frais professionnels, y compris les allers-retours domicile-travail, « pour 2,5 millions de foyers imposés », selon le Trésor public. Les 1,8 million de foyers déclarant des frais réels sans être imposés intègrent ainsi la catégorie des non imposables notamment grâce au choix de cette option déclarative. Mais ces chiffres « ne reflètent pas la situation de l'année 2022 », estime Jérôme Fournel, qui estime en revanche qu'il est « trop tôt » pour chiffrer le nombre de foyers qui auraient intérêt à basculer vers les frais réels suite à la revalorisation du barème kilométrique.

Plus généralement, la Direction générale des Finances publiques ne peut pas deviner qui, individuellement parmi les 39 millions de foyers fiscaux, a intérêt à basculer vers les frais réels. En revanche, le fisc est capable de repérer une option frais réels choisie à tort. La DGFiP peut en effet aisément comparer l'avantage fiscal que vous retirez de vos frais réels avec ce que vous auriez économisé avec la déduction forfaitaire de 10% de frais professionnels.

Tout nouveau « droit à l'erreur », version frais réels

D'où cette annonce du directeur général du fisc : « en cas d'erreur », donc si vous choisissez les frais réels alors que vous n'y avez pas intérêt, « nous appliquerons automatiquement la déduction forfaitaire de 10% ».

Investissez dans la Bourse au meilleur prix ! 7 offres comparées

Comment se matérialisera ce tout nouveau « droit à l'erreur » version frais réels ? Par un message d'alerte pendant la déclaration ou par une correction automatique au moment de calculer votre impôt sur le revenu ? « Ce sera dans le calcul », répond Jérôme Fournel à MoneyVox. Le fisc corrigera donc lui-même automatiquement cette option frais réels choisie à tort.

Une correction automatique qui a un seul et unique but : vous inciter à tenter simulation et déclaration détaillée de vos frais professionnels (ligne 1AK, rubrique salaires). Au pire, si vous choisissez cette option alors que l'habituel forfait de 10% est plus avantageux, le fisc vous rattrapera le coup.

Impôts : les 5 nouveautés de la déclaration 2022