La « décla d'impôts », ou plus précisément déclaration 2022 des revenus 2021, c'est parti. Le formulaire est d'ores et déjà accessible sur impots.gouv.fr.

Le bouton « Accéder à la déclaration en ligne » est apparu, ce jeudi 7 avril au matin, dans votre espace particulier sur le site officiel des impôts.

Les contribuables peuvent ainsi commencer à déclarer leurs revenus et charges de 2021 dès à présent. Le formulaire est quasi inchangé, en ce printemps 2022, par rapport aux dernières années. Avec toutefois quelques nouveautés fiscales à prendre en compte, comme la revalorisation du barème kilométrique décidée face à la hausse des prix des carburants.

Le formulaire 2022 de la déclaration en ligne

Déclaration impôts

Captures d'écran impots.gouv.fr

Déclaration impôts

Les dates limites : de fin mai à début juin

Les foyers fiscaux qui ne peuvent pas faire de déclaration en ligne et remplissent donc encore une déclaration papier auront jusqu'au 19 mai à minuit pour la renvoyer. Pour ceux qui déclarent leurs revenus en ligne, la date limite s'échelonne du 24 mai au 8 juin, en fonction de leur département de résidence.

Dates limites 2022 - déclaration en ligne
DépartementsDate limite
1 à 19 et les foyers non-résidentsMardi 24 mai, 23h59
20 à 54Mardi 31 mai, 23h59
55 et au-delàMercredi 8 juin, 23h59

Source : DGFiP

Comme chaque année, certaines mesures prises durant l'année écoulée apportent quelques modifications à cette déclaration. Une des principales nouveautés concerne le barème kilométrique, qui permet aux ménages imposés de déduire comme frais professionnels une partie de leur dépenses en carburants. Face à la flambée des prix de l'essence et du gazole, le gouvernement a décidé de revaloriser de 10% ce barème, une mesure qui concerne « le cœur de la classe moyenne », selon le ministère de l'Économie. De source gouvernementale, cette mesure devrait concerner 4,3 millions de foyers déclarant leurs frais réels, dont 2,5 millions sont effectivement imposés.

Les 5 nouveautés de la déclaration 2022

Par ailleurs, la prime défiscalisée de pouvoir d'achat, dite prime Macron, a été prolongée en 2021. Elle est exonérée d'impôt dans la limite de 1 000 euros pour tout salarié gagnant moins de trois fois le Smic (brut), et jusqu'à 2 000 euros pour les entreprises de moins de 50 salariés ayant conclu un accord d'intéressement ou de valorisation des métiers dit de la « deuxième ligne » (c'est-à-dire les professionnels, hors soignants, qui ont continué à travailler sur site pendant les confinements).

Le gouvernement a aussi prolongé le relèvement, à 75% du montant du don, de la réduction d'impôt octroyée pour un don à une association d'aide aux plus démunis. Ce relèvement s'applique aussi aux dons faits à des associations cultuelles.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Par ailleurs, de nouveaux crédits d'impôt font leur apparition cette année : celui de 30% accordé pour un premier abonnement à la presse d'information, ou encore celui de 75% (dans la limite de 300 euros) pour l'installation d'un système de recharge de véhicule électrique dans un logement.

Enfin, le taux de la réduction d'impôt pour un investissement dans des PME est porté de 18% à 25% pour les investissements réalisés entre le 9 mai et le 31 décembre 2021.

Faut-il déclarer la prime inflation ?

Non. La prime inflation de 100 euros perçue dès décembre 2021 par des millions de ménages n'est pas soumise à l'impôt sur le revenu.

Impôt sur le revenu : 5 questions utiles pour déclarer en 2022