Pas de grande refonte du barème de l'impôt sur le revenu cette année, mais une revalorisation sensible des seuils pour cause d'inflation : voici ce qui change en 2022 pour le barème progressif. Adopté dans le cadre de la loi de finances pour 2022, il entre en vigueur au 1er janvier.

Le calendrier de l'impôt sur le revenu peut embrouiller. Tentons de clarifier le calendrier du barème ci-dessous : il s'agit de celui figurant dans la loi de finances pour 2022, à paraître demain vendredi 31 décembre au Journal officiel suite à sa validation (quasi intégrale) au Conseil constitutionnel. Ce barème est donc celui qui sera en vigueur à partir du 1er janvier 2022.

Il s'appliquera à l'impôt à payer en 2022, suite à la déclaration du printemps 2022, sur la base des revenus déclarés pour l'année 2021.

Barème 2022 pour l'impôt sur les revenus de l'année 2021
Tranche de revenu par part fiscaleTaux applicable pour la tranche
Jusqu'à 10 225 €0%
De 10 225 € à 26 070 €11%
De 26 070 € à 74 545 €30%
De 74 545 € à 160 336 €41%
Plus de 160 336 €45%

Barème figurant dans le projet de loi de finances pour 2022.

Comment lire ce barème ?

Le barème de l'impôt sur le revenu est « progressif ». Cela signifie que personne n'est imposé à 45% sur l'ensemble de ses revenus : chaque tranche de revenus est imposé au taux correspondant.

Ainsi un célibataire (soit 1 part fiscale) au revenu net imposable 50 000 euros se voit appliquer un taux de 0% sur 10 225 euros, de 11% sur la tranche de revenus de 10 225 à 26 070 euros, et de 30% sur le montant supérieur à 26 070 euros. Après une refonte totale du barème voici 2 ans, avec la transformation de la tranche à 14% en tranche à 11%, ces taux d'imposition ne varient pas cette année.

Quelles tranches s'appliquent à vos revenus ?

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

Pourquoi le barème de l'impôt sur le revenu augmente-t-il ?

Les seuils du barème de l'impôt sur le revenu sont en hausse de 1,4%, une revalorisation tenant compte de l'augmentation des prix en 2021 au moment du dépôt du projet de budget 2022, en septembre dernier. L'an passé, cette revalorisation du barème n'était que de 0,2%.

Ainsi le seuil d'entrée dans le barème (à 11%) passe de 10 084 euros à 10 225 euros. De façon assez contre-intuitive, une hausse des seuils du barème est une bonne nouvelle pour les contribuables : cette année, pour une part fiscale, 10 084 euros sont taxés à 0% ; l'an prochain 10 225 euros échapperont ainsi à tout impôt. Revaloriser le barème vise ainsi à suivre l'évolution du coût de la vie, et donc à éviter toute hausse d'impôt indirecte.

A contrario, un gel du barème aurait ainsi fait de très nombreux perdants. Un bémol toutefois : la hausse étant limitée à 1,4%, la revalorisation du barème aurait pu être plus avantageuse, puisque les derniers chiffres de l'Insee annoncent une inflation de 2,8% sur les douze derniers mois. Bref, cette hausse est plutôt une bonne nouvelle pour les contribuables... même si elle aurait pu être plus favorable.

Est-ce le même barème pour le prélèvement à la source ?

Pour l'impôt à la source, prélevé chaque mois, le calendrier est légèrement différent. La Direction générale des finances publiques (DGFiP) met à jour votre taux chaque année en septembre suite à votre déclaration printanière. En septembre 2021, votre taux a ainsi été mis à jour sur la base de vos revenus 2020. Cette mise à jour se fait sur la base du barème actuellement en vigueur, autrement dit le barème de l'impôt 2021 sur les revenus 2020.

Le barème ci-dessus servira à mettre à jour votre taux de prélèvement à la source en septembre 2022, et donc à calculer votre solde à régler à la fin de l'été 2022.